Trouver un travail en Australie, la plupart des gens qui en reviennent vous diront qu’il n’y a rien de plus simple. La réalité est un peu plus nuancée, car si les opportunités ne manquent pas, les arnaques, la concurrence et plans foireux non plus. Où, quand et comment chercher, comment se démarquer, quoi accepter, on vous donne les ficelles du métier.

Formalités administratives

Tax File Number (TFN)

C’est votre identité fiscale et il est impossible de travailler sans ce précieux numéro. Pour l’obtenir, il suffit de remplir un formulaire sur internet et d’avoir une adresse fixe pour recevoir vos papiers qui peuvent mettre jusqu’à trois semaines à arriver. En cas de pépin (si vous n’avez pas reçu vos papiers par exemple), sachez qu’il est possible de récupérer ce numéro par téléphone.

Consultez aussi : notre article complet sur l’obtention du TFN

Salaire en Australie

En moyenne, on peut espérer un salaire horaire entre 16 et 20 dollars brut au minimum (en dessous vous vous faites arnaquer). Ce taux peut évidemment augmenter, et l’on peut espérer gagner facilement 30 dollars de l’heure pour un travail qualifié (maçonnerie ou hôtellerie par exemple). Dans le secteur agricole, la rémunération au rendement est plus commune et n’est pas vraiment avantageuse. Vous serez par exemple payé à la « caisse » (bin), ce qui implique d’être extrêmement rapide et investi si l’on veut gagner assez d’argent.

fruitpicking renmark

La paye au rendement, ou à la bin : souvent dur les premières semaines, il faudra tenir pour obtenir un bon rythme et une paye décente en Australie !

Diplômes et certifications

Certaines catégories de métier sont soumises à une législation particulière en Australie et notamment ceux du BTP, du jeu ou de la vente d’alcool. Pour accéder à ces emplois, souvent rémunéré au-dessus du salaire minimum (award wage), il est nécessaire de suivre une formation, évidemment payante, afin d’acquérir un certificat.

Consultez aussi : notre guide pour l’emploi en Australie pour le récapitulatif des certificats demandés pour chaque métier

Superannuation

C’est le système de retraite en Australie. Chaque employeur est tenu de verser cette cotisation (environ 10 % de votre brut) sur un compte spécial à la fin de chaque contrat ou période de travail. Nous vous recommandons d’ouvrir un Superannuation account dans votre banque en Australie et de fournir les informations de ce compte à l’embauche. Si vous ne le faites pas, votre employeur a pour obligation d’ouvrir un compte pour vous, ce qui rendra les procédures pour récupérer votre argent beaucoup plus compliquées lorsque vous quitterez l’Australie.

Récupérer ses taxes

Lorsque vous quitterez l’Australie ou à la fin de l’année fiscale le 30 juin, vous avez la possibilité de réclamer vos taxes australiennes. Cela représente 15 à 30 % de vos salaires bruts, alors ça vaut le coup de s’y pencher.

Consultez aussi : notre article complet sur le Tax return

Vos droits

Certains employeurs peu scrupuleux abusent des travailleurs saisonniers comme les backpackers et oublient par exemple de les payer. Vous pouvez vous plaindre sur le site du gouvernement et auprès de la police locale. Sachez également que votre employeur est responsable si vous vous blessez sur votre lieu de travail. Autrement dit, il est dans l’obligation d’assumer toutes les dépenses de santé résultant de l’accident en question. Vous avez droit à 4 semaines de congés payés par an. Cela ne vous concerne pas si vous êtes embauchés pour des contrats saisonniers (seasonal job) ou ponctuels (casual).

Assurance

La souscription d’une assurance santé et accident est recommandée pour votre voyage. C’est encore plus vrai si vous avez l’intention de travailler dans des environnements à risque comme les fermes où vous serez amenés à utiliser des outils potentiellement dangereux.

Où et comment chercher ?

Internet

La voix la plus facile pour chercher sans bouger, et donc étendre sa recherche sur un plus large territoire si on est mobile par exemple. En revanche, c’est aussi là que tout le monde cherche. Les bons plans partent à une vitesse éclair, et les plans foireux pullulent.

  • Jobsearch : site officiel de l’agence australienne pour l’emploi qui a le mérite d’être fiable au niveau de ses annonces. Le moteur de recherche est très bien conçu et permet d’orienter sa recherche par état, régions, type d’emploi, etc. Il y a également une section spéciale Jobs agricole et fruit picking (harvest jobs) régulièrement mise à jour.
  • Gumtree : c’est leboncoin.fr australien. Beaucoup d’annonces sont disponibles chaque jour, mais il faut faire un sacré tri avant d’en dénicher une valable. Évitez notamment les annonces trop alléchantes qui promettent mondes et merveilles avec « backpackers » écrit plusieurs fois en lettres capitales… Et ne tardez pas à vous manifester, car TOUT le monde est sur Gumtree, et seuls les premiers sont servis.
  • Kowala map du fruit & vegetables picking en Australie. Cette Google map interactive répertorie toutes les régions agricoles ainsi que les saisons de récolte à travers l’Australie.

Cherry picking dans les collines d’Adélaïde. Une super expérience !

Agences agricoles

La plupart des villes à vocation agricole ont une agence qui centralise les offres d’emploi, notamment de fruit picking. Vous pouvez trouver l’agence la plus proche sur Jobsearch. Ne vous attendez pas à trouver l’offre du siècle en revanche, la plupart seront payés au rendement.

Agences intérim

Il existe le même réseau que nous connaissons en France avec Adecco, Manpower et Randstad pour les plus influentes. N’hésitez pas à les appeler et vérifier leurs sites internet pour consulter les dernières offres.

Porte-à-porte

Se présenter en personne reste la meilleure option pour faire bonne impression. C’est particulièrement valable pour les jobs agricoles, où les propriétaires sont habitués à recevoir un tas de coups de téléphone et de mails.

Bouche-à-oreille

L’Australien est sympa et serviable. N’hésitez pas à dire autour de vous que vous cherchez à travailler, ils se feront un plaisir de vous aiguiller voire de vous proposer un poste.

Backpackers hostels

Certains backpacks proposent de vous trouver un travail, si vous logez chez eux au moins une semaine (payable d’avance évidemment). Nous n’avons pas personnellement tenté l’expérience, mais les témoignages que nous avons entendus sont unanimement négatifs sur ce type de fonctionnement. Il faut savoir que vous êtes souvent placé sur « liste d’attente » et que rien n’est garanti quant au salaire et à la durée du travail si vous décrochez effectivement un travail…

Les secteurs qui recrutent

De façon générale, l’expérience et la disponibilité payent en Australie. Particulièrement si vous avez des compétences en agriculture, bâtiment ou dans le service, secteurs où la main d’œuvre manque. Si vous débutez complètement, sachez que les Australiens sont plutôt du genre à vous donner une chance de faire vos preuves.

Récolte, vendange, jardinage

Les critères des employeurs sont souvent la condition physique (capable de travailler longtemps et au soleil par exemple), la mobilité et la disponibilité. Évidemment, faites valoir chaque expérience précédente si vous en avez. Si vous savez manipuler et conduire un tracteur ou autre gros joujou par exemple, vous avez toutes les chances de décrocher un boulot payé à l’heure.

Consultez aussi : Kowala map du fruit & vegetables picking en Australie.

Hôtellerie et restauration

Les Français sont particulièrement bien réputés dans ce secteur. Si vous avez de l’expérience en France, mettez-là en valeur dans votre CV. Si vous n’en n’avez pas, faites valoir votre savoir-faire à la française et tentez de décrocher une période d’essai, histoire de prouver que vous êtes capable. Hotellerie Restauration Australie

Charpenterie, maçonnerie, peinture et travaux de la route

Toutes les compétences manuelles sont les bienvenues en Australie et les salaires peuvent être élevés dans ce secteur. Expérience et White card souvent exigés. Il est possible de trouver un poste sans expérience préalable, dans ces conditions, vous n’aurez évidemment pas les mêmes responsabilités que les autres et serez cantonnés à des tâches répétitives.

Tourisme

Le tourisme inclut tous les jobs relatifs, entre autres, à l’hébergement des touristes et notamment le nettoyage des chambres, la restauration, les magasins ou sur les bateaux qui baladent les touristes.

Vente / accueil

C’est l’un des jobs pour lesquels il faut parler relativement bien anglais. Vous pouvez aussi bien travailler dans un magasin de vêtements, de souvenirs que de produits de luxe. Vous pouvez aussi faire du fundraising (demander aux gens de faire des dons pour une association, dans la rue), distribuer des flyers ou accueillir les clients dans des établissements ou à l’occasion d’événements.

Travaux divers

Les autres métiers régulierement pratiqués par les backpackers en australie sont le lavage de voiture, les déménagements, ou offrir des cours français. Ces emplois, souvent ponctuels, peuvent être dénichés via les petites annonces (Gumtree) ou directement au porte à porte.

Les alternatives : Helpx, Wwoofing et au pair

Travailler quelques heures par jour en échange d’un logement et du couvert, tel est le concept du Helpx et du Woofing. Vous pouvez ainsi vivre au sein d’une famille australienne, travailler juste de quoi subvenir à vos besoins, et avoir du temps libre pour visiter la région. Testé et approuvé par Kowala !

Consultez aussi : notre article sur le Helpx et le Wwoofing

Vous êtes également nombreux à partir un an en Australie avec en tête l’objectif de vous occuper d’enfants en tant qu’au pair pour quelques mois. Cette option est particulierement attrayante, à condition d’aimer les enfants bien sur, afin d’ameliorer rapidement son anglais et pour s’immerger dans le mode de vie à l’australienne sans trop être préoccupé par les questions de finances.

Consultez aussi : comment devenir au pair en Australie