J’ai travaillé dans un bar en Nouvelle Zélande

Arrivée dans la petite ville de Kaikoura, et ayant un gros coup de cœur pour celle-ci, je me suis lancé dans la recherche d’un travail. En moins de 5 jours, c’était tout trouvé : je vais tenir un des bars de la ville. Mon expérience et mes conseils si le métier vous intéresse.

Me voici commis de cuisine et barman au Strawberry Tree, un pub irlandais à l’ambiance déjantée. Pourtant sans expérience à la base, j’ai tout appris sur « le tas » et ce petit boulot s’est finalement révélé formateur en tout point.

Comment j’ai décroché mon job

J’ai voulu mettre toutes les chances de mon côté pour trouver un travail rapidement sur Kaikoura. J’ai donc imprimé un grand nombre de Cvs pour ensuite les distribuer dans l’ensemble des bars, restaurants et cafés de la ville. Bien heureusement, la ville de Kaikoura n’est pas bien grande. En une demi-journée, la ronde était terminée avec pour récompense : un entretien d’embauche et un essai dans le fameux Strawberry Tree le lendemain.

La recherche de travail en Nouvelle-Zélande

Le bar Strawberry Tree à Kaikoura
Le bar Strawberry Tree à Kaikoura

Sceptique au départ, car je n’avais aucune expérience, j’ai tout de même voulu faire l’essai. Sans regret. J’ai tout de suite accroché avec l’équipe et le rôle que j’avais dans le bar.

Être honnête sur son CV ?

On nous demande souvent s’il faut mentir sur son CV et ajouter quelques lignes d’expériences pour avoir toutes les chances de décrocher un essai ?  J’ai personnellement joué la carte de l’honnêteté, mais c’était plus simple, je possédais déjà quelques expériences de serveuse à l’étranger.

Si je n’en avais eu aucune, j’aurais probablement un peu gonflé mon CV pour qu’il se démarque du lot, mais dans la limite du raisonnable ! Mentir sur un domaine que l’on ne maîtrise pas du tout ou ajouter de trop nombreuses expériences pourrait eneffet plus desservir qu’autre chose. D’une vous risquez d’être pris au dépourvu une fois à l’essai et l’employeur risque de beaucoup moins vous laisser de chances s’il s’attend au top et obtient un  »newbie ».

Donc gonfler un peu, oui, mais pas trop ! Le but est de décrocher l’essai, qui lui fera la différence et où il faudra montrer toute votre motivation. Et pour rassurer ceux qui découvriraient ce métier, on s’en sort très vite sans aucune expérience, à condition d’avoir l’envie, la motivation et une bonne dose de bon sens !

concert au Strawberry Tree
Un concert au Strawberry Tree

Le travail dans un bar, ça consiste en quoi ?

Premier job : préparer les plats

Mon premier rôle est d’assister le chef dans la préparation des plats. Mise en place des assiettes, cuisson, préparation des garnitures, plonge… En un rien de temps, je suis devenue la femme à tout faire !

Deux en cuisine, environ soixante plats en moyenne à envoyer chaque jour. Comment dire, étant donné que je n’avais aucune expérience dans le domaine, le premier jour était… déconcertant. Sans parler de l’incompréhension totale que j’ai eue avec mon binôme (le chef), un kiwi bien trempé avec un accent très, très prononcé. Du coup, dans les premiers temps, on communiquait en langage des signes. Je vous laisse imaginer les scènes !

cuisine du Strawberry Tree
La cuisine du Strawberry Tree

Deuxième job : barmaid

Mon second rôle se joue après la fermeture de la cuisine à 21 h, je rejoins les autres barmans pour travailler derrière le bar. Changement de décor absolu. Le bar dans lequel je bosse est un pub irlandais, autant dire que les gens ne viennent pas ici pour jouer au Monopoly.

Là aussi, les débuts ont été compliqués, entre la musique forte et les gens bien alcoolisés, il m’était parfois difficile de comprendre toutes les commandes. Et j’étais loin de connaitre tous les alcools derrière le bar. Canadian dry, what is it ? Soda water ? Ah no, you want a Cider okkkk. Verser une bière pression est un art dont je n’avais également aucune connaissance.

Un job vite prenant

Mais finalement, après un apprentissage de quelques jours, je me suis complètement familiarisé avec les lieux, le rythme et les conditions de travail. Les habitudes et automatismes se sont vite installés, j’ai fini par m’amuser de ces petites choses qui rendent ce travail si prenant.

Comme on me l’a fait comprendre dès mon premier jour, la routine n’existe pas dans un bar. Chaque jour et nuit sont différents. En effet, 3 mois dans ce bar et aucun brin d’ennui ne s’est fait ressentir.

barmaid en Nouvelle-Zélande
Être barmaid en Nouvelle-Zélande

Quelle paie peut-on espérer ?

Il s’agit du minimum donc 17,70 $, (salaire minimum en avril 2019) mais l’avantage c’est que je peux faire autant d’heures que je le souhaite. Il m’est donc arrivé de faire des semaines à plus 50 heures.

Les conditions de travail sont vraiment tranquilles (du moins pour mon expérience), je n’ai jamais eu l’impression de faire trop d’heures.

Les avantages du travail de barman/barmaid

  • Le staff drink : rien ne vaut une bonne bière bien fraiche et gratuite en fin de service. Et je l’avoue, il y a parfois quelques shooters pendant le travail, histoire de tenir le coup !
  • Les repas sont compris, je suis d’ailleurs en charge de faire les repas pour l’équipe. Libre choix à mon imagination, j’ai juste à me servir dans le frigo.
  • Le contact avec les clients et l’avantage de faire des rencontres et de connaître les locaux
  • L’ambiance et la solidarité avec l’équipe notamment lorsque l’on doit supporter les derniers clients, loin de vouloir quitter le bar
  • L’atmosphère relax du bar et l’impression d’être en soirée tout en étant payé
  • Travailler avec la vue sur les montagnes et la mer
  • Faire un plongeon dans l’océan lors des pauses
  • Avoir les activités de la ville gratuitement
  • La flexibilité des horaires et l’opportunité de se prendre quelques jours de congé pour aller vadrouiller dans les environs

Les inconvénients du travail dans un bar

Ils sont rares, mais si je devais en citer un ou deux, je dirais la paie et le fait de ne pas avoir un emploi du temps organisé des semaines à l’avance, mais très franchement, je prends vraiment plaisir à aller au boulot !

La terrasse
La terrasse

Avec le recul, une bonne expérience ?

Cette expérience est de loin la meilleure que j’ai pu avoir en Nouvelle-Zélande. Je suis étonnée de ma capacité d’adaptation dans un travail dont je n’avais aucune connaissance auparavant et qui n’a absolument rien à voir avec ce que je faisais en France.

J’ai eu la chance de tomber sur une équipe géniale qui m’a donné l’opportunité d’évoluer rapidement dans mon travail. Ils ont une entière confiance en moi, et ce dès le début, ce qui ne m’était jamais arrivé auparavant. L’exemple le plus frappant : après seulement 3 semaines au sein de leur équipe, je me voyais confier seule la gestion de la cuisine du bar ! Bon, je garde tout de même quelques cicatrices de brûlure aujourd’hui, mais ça m’évitera de faire un tatouage. :)

Alors, sans hésitation, je conseille à tous de se jeter dans l’inconnu. N’ayez pas peur de vous lancer dans un domaine d’activité dont vous n’avez aucune connaissance. Si l’opportunité se présente, saisissez-là. Et justement, c’est l’occasion rêvée d’élargir vos horizons, car heureusement pour nous, la plupart des Kiwis sont prêts à vous faire confiance très rapidement.

Comment j’envisage le voyage ? En suivant une règle simple : « Go with the flow » (aller dans le sens du courant). Cette belle expression dicte aujourd’hui ma vie : je suis mes envies, saisis les opportunités qui s’offrent à moi tout en appréciant chaque moment.

Commentaire(s)

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Abonne-toi ! Reçois nos bons plans

Reçois ton guide de bienvenue et les derniers conseils des voyageurs de la communauté Kowala.

Partager avec un ami