Virée dans le Kimberley : l’Australie à l’état brut

Le Kimberley se situe au nord de l’Australie-Occidentale. Avec 40 000 habitants répartis sur 420 000 m2, on y a croisé plus de bêtes sauvages que d’humains. Peu touristique, car difficilement accessible, cette région authentique où le temps semble suspendu regorge de paysages spectaculaires.

Pour info c’est ici qu’a été tourné le film Australia de Baz Luhrmann. Si vous vous apprêtez à partir à l’aventure dans le Kimberley, voilà ce qu’il ne faut pas manquer.

marsupiaux Lake Argyle
© Charlène Blaison

La mythique Gibb River Road est une route (ou plutôt piste) de terre rouge accessible uniquement en 4×4. Longue de 660 km, elle relie Kununurra à Derby. On y croise des dingos, des vaches et autres kangourous prêts à vous couper la route à tout moment. On a vraiment l’impression d’être chez eux et on ne veut surtout pas déranger.

Au volant de notre Toyota Land Cruiser loué avec la compagnie Britz, la sensation est incroyable. On se sent une âme d’explorateur en plein cœur de l’outback australien. La route est bordée de baobabs, on se croirait parfois dans la savane africaine. Elle est coupée par des courants d’eau plus ou moins profonds, d’où la nécessité d’un 4×4. La première traversée est stressante (et si je reste coincée en plein milieu et qu’un crocodile arrive ???), mais après on en redemande !

Gibb River Road
© Charlène Blaison

L’immense Lake Argyle, créé grâce à un barrage sur l’Ord River, est le plus grand lac d’Australie. Une croisière nous en apprend plus sur sa faune dense, sa construction et son utilité. On a la possibilité de se baigner non loin des crocodiles, verre de vin à la main.

Petit conseil : arrêtez-vous au Lake Argyle Caravan Park pour profiter de la piscine à débordement face à une vue imprenable. Rien de tel après plusieurs jours passés sur la route !

Lake Argyle
© Charlène Blaison

Purnululu National Park est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et la raison principale pour laquelle je fais ce voyage. Il est accessible en 4×4 uniquement par une piste difficile, mais géniale. Pour ceux qui aiment rouler dans l’outback, c’est l’idéal !

C’est ici que se trouve l’emblématique Bungle Bungle Range, dômes gigantesques de grès striés noir et orangés, formés il y a 350 millions d’années. Une marche au milieu de ces monts mène à la majestueuse et paisible Cathedrale Gorge. Également à voir : Echidna Chasm, une étroite gorge creusée dans la roche. À midi, le soleil pénètre à l’intérieur et offre un fantastique jeu de lumières et de couleurs.

Cathedrale Gorge - Purnululu NP
© Charlène Blaison

Tunnel Creek et Windjana Gorge faisaient partie d’une grande barrière de corail il y a 350 millions d’années. On peut d’ailleurs apercevoir des fossiles figés dans la roche.

Tunnel Creek est, comme son nom l’indique, un tunnel qui mène à une crique. On marche dans la pénombre avec de l’eau jusqu’au genou muni d’une lampe frontale sous le regard des chauves-souris et des crocodiles (petits, mais pas rassurant quand même !). Après avoir aperçu quelques crocos, on marche en restant groupés !

Tunnel Creek
© Charlène Blaison

À quelques kilomètres se trouve Windjana Gorge. La roche rouge et noire tombe à pic dans une rivière infestée de crocodiles. Au coucher du soleil, on pointe notre lampe torche vers l’eau et des dizaines d’yeux brillants nous regardent… C’est à la fois inquiétant et magique. Pendant qu’on admire ce spectacle, un kangourou passe à quelques mètres de nous. On se demande si tout ça n’a pas été mis en scène par l’Office du Tourisme australien, car ça nous paraît trop cliché pour être vrai !

© Charlène Blaison
© Charlène Blaison

Bell Gorge : après une petite marche, on arrive à une superbe cascade et une piscine naturelle où l’on peut se baigner. Et vu la chaleur, ça fait du bien ! Cet endroit nous a été conseillé par couple de « Grey Nomads » (c’est comme ça qu’on appelle affectueusement les retraités campeurs australiens). Nous avons donc fait un petit détour et nous n’avons pas été déçus.

Bell Gorge
© Charlène Blaison

Derby est le seul endroit de la région qui ressemble à une ville. Il y a même le réseau téléphonique ! À voir : le tristement célèbre Boab Prison Tree, un baobab géant à l’intérieur duquel on enchaînait les aborigènes. Également à visiter : Mowanjum Art & Culture Centre. Géré par des aborigènes, vous pourrez admirer (et même acheter) des peintures d’artistes reconnus de la région. Une vidéo explique leur croyance en l’esprit Windjana, spécifique aux peuples du Kimberley.

Boab Prison Tree
© Charlène Blaison

La nuit étoilée dans le Kimberley est extraordinaire. Loin de toute habitation, le ciel est parfaitement clair et empli de millions d’étoiles. On a passé toutes nos soirées le nez en l’air à compter les étoiles filantes, restant sans voix face à ce spectacle époustouflant.

Ce qui m’a le plus marquée pendant ce road trip, c’est la sérénité qui règne sur ces terres ancestrales. On se sent tout petit, perdu dans ce désert inhospitalier, totalement coupé du monde, mais en même temps on s’y sent bien, touché par tant d’authenticité. Le Kimberley restera une de mes plus belles découvertes.

Originaire de Nancy, j’ai travaillé un peu partout en France en tant que chargée de communication dans le domaine culturel. En 2014, j’ai décidé de quitter mon CDI pour m’envoler seule vers l’Australie. Officiellement pour améliorer mon anglais, officieusement pour changer d’air. J’ai, comme beaucoup, attrapé le virus du voyage et je ne veux plus m’arrêter !

Commentaire(s)

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Abonne-toi ! Reçois ton guide voyage

Reçois ton guide de bienvenue et les derniers conseils des voyageurs de la communauté Kowala

Partager avec un ami