Cape Leveque et la péninsule de Dampier : un petit coin de paradis

Roche rouge, sable blanc, eau turquoise : vous ne trouverez rien d’autre à Cape Leveque que ces trois éléments qui font de ce lieu un petit coin de paradis. Situé sur la péninsule de Dampier, à la pointe nord de la côte ouest de l’Australie, on y accède par une route chaotique depuis Broome.

© Charlene Blaison
© Charlene Blaison

Cette route est, pour une bonne partie, non revêtue, attention donc aux secousses ! Elle est uniquement ouverte quelques mois par an, pendant la saison sèche. Il vous faudra donc un 4×4 pour parcourir ces 215 kilomètres (comptez 3h environ). La péninsule de Dampier est le territoire de plusieurs communautés aborigènes. Vous devrez alors parfois payer un droit d’entrée (se renseigner à l’office de tourisme de Broome).

© Charlene Blaison
© Charlene Blaison

Cape Leveque offre des paysages spectaculaires empli de sérénité. Il y a beau y avoir quelques touristes, les espaces immenses vous permettront de trouver un coin de tranquillité où vous vous sentirez seul au monde. Situé sur la pointe nord de la péninsule, ce lieu magique est entouré de plages grandioses d’où vous pourrez admirer de magnifiques levés et couchés de soleil. Assister à ces deux phénomènes naturels depuis le même endroit, c’est plutôt rare !

© Charlène Blaison
© Charlène Blaison

D’autres activités de plein air sont également possibles : nager bien sûr, pêcher, faire du kayak et aussi faire des visites guidées par des aborigènes qui vous apprendront à fabriquer une lance ou bien encore comment reconnaître les plantes médicinales et leurs propriétés.

© Charlène Blaison
© Charlène Blaison

Vous pouvez séjourner ici au camping appelé Kooljaman, pour un minimum de deux nuits (négociable hors saison). J’ai testé la hutte sur la plage, sorte d’abris qui vous permettra juste d’avoir de l’ombre pendant les chaudes journées et aussi de planter votre tente (75$ la nuit pour 2 personnes). Le restaurant du camping ne paye pas de mine mais les plats sont délicieux. Un peu cher mais on est au milieu de nulle part et la qualité est là.

© Charlène Blaison
© Charlène Blaison

A quelques kilomètres de là, sur la côte est, se trouve One Arm Point d’où vous profiterez d’une superbe vue sur l’archipel de Buccaneer. Cette communauté aborigène a développé des bassins de pisciculture où sont élevés diverses sortes de poissons, de mollusques mais aussi des tortues. Vous pourrez acheter des coquillages polis et autres bijoux en guise de souvenir.

© Charlène Blaison
© Charlène Blaison

A voir également : Cygnet Bay, la plus ancienne ferme perlière d’Australie. Une visite guidée vous en apprendra plus sur la culture des perles. Outre sa bijouterie, Cygnet Bay compte également un bar restaurant doté d’une piscine avec une vue imprenable. Ici pas question de se baigner dans l’océan : les crocodiles rôdent !

© Charlène Blaison
© Charlène Blaison

Au cœur de la péninsule, arrêtez-vous à la communauté de Beagle Bay, lieu historique. En 1890 des moines y fondent une mission catholique, une première dans le Kimberley. Puis en 1918 une église fut construite. Ce joli petit édifice vaut le coup d’œil pour son autel revêtu de nacre. Le sol et les parois sont également parsemés de coquillages.

© Charlène Blaison
© Charlène Blaison

A découvrir aussi sur la péninsule : les communautés de Lombadina, James Price Point et Middle Lagoon.

La péninsule de Dampier, et plus particulièrement Cape Leveque, est pour moi l’un des plus beaux endroits en Australie. Je vous conseille d’y aller au moins deux jours car il faut absolument voir le coucher du soleil. La lumière changeant au cours de la journée, les paysages évoluent, les rochers rouges passant de carmin à l’aube à flamboyant au crépuscule. Un endroit magique qui vaut largement la peine de s’y attarder.

Originaire de Nancy, j’ai travaillé un peu partout en France en tant que chargée de communication dans le domaine culturel. En 2014, j’ai décidé de quitter mon CDI pour m’envoler seule vers l’Australie. Officiellement pour améliorer mon anglais, officieusement pour changer d’air. J’ai, comme beaucoup, attrapé le virus du voyage et je ne veux plus m’arrêter !

Commentaire(s)

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Abonne-toi ! Reçois nos bons plans

Reçois ton guide de bienvenue et les derniers conseils des voyageurs de la communauté Kowala.

Partager avec un ami