L’Australie, nouvelle reine de la lutte anti-tabac ? C’est le moins que l’on puisse dire ! Le pays des kangourous ne cesse de développer de nouvelles stratégies de communication ou politiques pour éradiquer le tabagisme de son paysage. Et ça semble fonctionner ! Vous me direz, avec un prix moyen du paquet de clopes autour de 18 $, il faut déjà avoir du courage, et surtout des moyens pour continuer à se griller quelques blondes à l’autre bout du monde. Alors pour nos amis fumeurs qui s’apprêtent à partir en working holiday visa, commencez peut être tout de suite à penser au sevrage !

La nouvelle campagne de pub du gouvernement

Après avoir été un précurseur en obligeant les revendeurs à utiliser des paquets neutres, et ne cessant d’augmenter année après année les taxes sur le tabac (avec un plan d’augmentation de 12,5 %/an jusqu’en 2016), le gouvernement australien continue son effort de lutte contre le tabagisme avec une campagne qui se veut « positive » en détaillant tous les aspects positifs liés à l’arrêt du tabagisme.

campagne arrêter fumer en australie - kowala

L’une des affiches de la campagne antitabac du gouvernement australien © Australian Government

Plus que positifs, les bénéfices liés à l’arrêt du tabac sont alléchants et (si vérifiés) assez convaincants. Disparition de la nicotine de votre corps en 5 jours, retour du gout en 1 semaine, diminution de moitié des risques cardiaques en 12 mois ou de la quasi-totalité des risques vasculaires en 5 ans. Et si la santé ne vous convainc pas assez, il y a aussi une belle économie de 4000 $ à faire en un an (en moyenne). C’est quasiment le budget minimum conseillé pour partir en WHV en Australie, pas négligeable, non ?!

Cette campagne n’est pas sans rappeler la très médiatique campagne finlandaise connue sous le nom de « Tobacco Body » qui proposait une vision interactive de toutes les « jolies transformations » que peut provoquer le fait de fumer sur le corps d’un homme ou d’une femme. Enfin, avouons-le, la version scandinave est tout de même pas mal plus trash !

tobaccobody-effet tabasser le corps-fumer en australie-kowala

capture du site interactif © tobaccobody.fi

La cigarette électronique pas épargnée

Pour ceux qui pensaient éventuellement se rabattre sur la cigarette électronique afin de compenser les manques de nicotine en Australie, et bien c’est un peu râpé… Les vapoteurs ne sont en effet pas beaucoup plus appréciés Down Under. Les cigarettes électroniques qui contiennent de la nicotine sont purement et simplement interdites de vente sur tout le territoire, et même celles qui n’en contiennent pas posent problème. La loi interdit en effet la vente de « tout aliment, jouet ou autre produit qui a l’apparence d’une cigarette ou d’un cigare », y compris les cigarettes en chocolat, ceci afin de protéger leurs chers enfants de toute forme d’influence négative.

Si cette législation semble intéressante pour protéger les têtes blondes (sans mauvais jeu de mots) dans les pièges du tabac, cette mesure semble malgré tout assez extrême pour le fumeur qui aurait la volonté d’arrêter, mais dont le besoin en nicotine ne peut pas disparaitre soudainement. Et quitte à tout interdire, on se demande alors ce qu’ils attendent pour légiférer sur l’alcool (quid du très « healthy » Goon par exemple) ou sur leurs nombreux aliments modifiés ou arrosés aux pesticides qui ne doivent pas non plus faire beaucoup de bien, aux jeunes comme aux moins jeunes.

Fumer en Australie, à éviter ?

Le tabagisme est il vraiment mal vu en Australie ? Après notre expérience d’un an sur place, notre constat est mitigé. En ville, c’est clair, les fumeurs se font beaucoup plus rare que sur les trottoirs ou cafés français. La législation et les très fortes taxes ne doivent pas y être étrangères : de 50 % dans les années 1950, le pourcentage des fumeurs en Australie est aujourd’hui descendu à 15 % (contre environ 35 % en France). Autant dire que quand on s’en grille une à Sydney, Melbourne ou Perth, on se sent parfois un peu seul, voire indésirable. Ce n’est pas pour autant un acte impossible (et puis ils continuent à en vendre quand même, merde !), il suffit juste de bien choisir l’endroit et le moment où on l’allume. Si vous êtes entourés, pensez simplement à demander si ça ne dérange pas, et tout ira bien.

À la campagne ou au fin fond du bush, les règles de bienséance ayant peut-être plus de mal à pénétrer, le fumeur est monnaie courante. On vous embêtera ou jugera beaucoup plus rarement. Il suffit alors de suivre les règles de comportement qui (selon nous) vont de soi : ne pas jeter votre mégot n’importe où, faire vraiment très gaffe aux risques de feu de forêt, et ne pas s’en griller à tout va au boulot. Eh oui, le fumiste ne fait pas tabac, et ça c’est international !

Une Australienne fume une cigarette à Melbourne (Australie), le 21 mai 1999. (WILL BURGESS : REUTERS)

Une fumeuse à Melbourne, bientôt une image d’archive ? © Will Burgess, Reuters

Pour information, arrêter de fumer pourrait être quasiment indispensable à toutes les personnes qui souhaitent visiter prochainement la ville de Melbourne. La métropole, déjà connue pour être le sanctuaire des sportifs et l’une des villes les plus agréables à vivre au monde, a mis en place un plan pour bannir complètement le tabagisme de tous ses espaces publics : terrasses et bar donc, mais également les rues et parcs de la ville. Pour les accrocs, prévoyez donc une visite avant 2016 !

Notre expérience du tabac en Australie

Finalement, même si vous avez encore (et pour combien de temps ?) votre libre arbitre, le séjour en Australie reste une excellente occasion pour arrêter de fumer dans de bonnes conditions ! Nous étions deux fumeurs réguliers (10 clopes/jour en moyenne) avant notre arrivée en Australie. Voyant que continuer à fumer pourrait être fatal à notre budget, nous avons très rapidement réduit et totalement arrêté en 2 semaines. Le pays est vraiment propice à ça, car il y a beaucoup moins de tentations avec le faible nombre de fumeurs qui vous entoure. Là où ça restait difficile, c’était au moment de l’apéro, mais au final, là aussi on a fini par réduire. Voilà comment l’Australie peut devenir un des rares pays où il est possible d’arrêter de fumer tout en perdant du poids ! Et ça s’est plutôt ressenti également pendant nos grandes randonnées en Tasmanie ou dans le centre rouge.

Infos pratiques

La réglementation est très contraignante pour ceux qui veulent fumer en Australie. Sachez ainsi que c’est en général interdit sur toutes les plages d’Australie, même si ce n’est as toujours indiqué. Si vous enfreignez cette règle, vous vous exposez à une amende de 150 AUD, et dans le meilleur des cas, à pas mal de regards de travers.

En ville, de nombreux lieux publics, rues et parcs sont interdits aux fumeurs, l’interdiction étant normalement toujours signalée (sauf quand cela concerne toute la ville, comme, on vous l’a dit, ce devrait être prochainement le cas à Melbourne). Le fait de jeter un mégot par terre est aussi puni par la loi (appliqué principalement en ville bien sûr). Là encore, si on vous y attrape, l’amende tournera entre 120 et 150 AUD. Oui, ça pique !

Si vous souhaitez faire des économies et faire passer quelques cartouches françaises ou d’une escale asiatique aux douanes, là aussi c’est raté. Vous êtes actuellement autorisés à importer 50 g de tabac ou 50 cigarettes (soit 2 paquets et demi). Si vous en avez plus, il vous restera deux choix : soit jeter tout le reste, soit payer taxe plutôt salée (prévoir 0.40639 x (le nombre de cigarettes importées) + 10 % du total, soit environ 100 AUD par cartouche, le détail du calcul sur le site officiel des douanes australiennes). Après, il y en a toujours qui arrivent à passer entre les mailles, à vous de voir si le jeu en vaut la chandelle…

Votre avis nous intéresse !

Alors, vous qui vivez déjà en Australie ou vous apprêtez à plier bagage, que pensez-vous de cette législation extrêmement poussée ? Géniale et à reproduire chez nous, débile et bien trop contraignante, ou autre ? La parole est à vous !

Vous avez aimé ?

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 22 avril 2017