Soleil, palmiers, déserts, canyons… L’Ouest américain a de quoi faire rêver et pour cause, ses paysages et son ambiance unique offrent un dépaysement absolu ! Lors d’un séjour d’un mois en aparté de mon PVT Canada, j’ai eu la chance de découvrir cet endroit mythique. Coup d’œil sur ce voyage de rêve suivi de quelques conseils pratiques sur la préparation avant roadtrip.

Atterrissage en Californie, la Sunshine Coast

Arrivée à Los Angeles, c’est mon copain vivant à Santa Barbara qui vient me récupérer à l’aéroport. Après quelques minutes passées sur le sol américain, je peux d’ores et déjà valider certains de mes clichés : palmiers à perte de vue, grand soleil, belles maisons et belles voitures, skateurs, beach cruisers, et j’en passe. Mais finalement la Californie et surtout Los Angeles, c’est aussi du trafic (beaucoup de trafic) et les autoroutes à six voies ! Ayant eu écho de l’ambiance générale de Los Angeles, nous avons fait le choix de nous attarder le temps d’une journée dans la petite station balnéaire de Santa Monica.

Les palmiers de Californie

 Que faire à Santa Monica  ?
La farniente sur la plage principalement ! Mais les balades en bord de mer sont aussi très agréables et donnent un véritable aperçu de la vie « à la californienne » : la Muscle Beach et ses Californiens bodybuildés, la fameuse jetée et son mini parc d’attractions, le skate park, Venice Beach et son spectacle de rue, et mon coup de cœur, les canaux de Venice et le charme de ses maisons.

Highway 1, direction le nord de la Californie

De Los Angeles à San Francisco, la magnifique Highway 1 longe la côte Pacifique, et serpente au sommet des falaises. Plages à perte de vue et paysages à couper le souffle… Le rêve californien est bien là et le simple fait de rouler est déjà un voyage.

 Que faire sur les routes de Californie  ?
Entre les plages de sable blanc, les lions de mer à Point Piedras Blancas, les randonnées à Big Sur, les stations balnéaires comme Pismo Beach, Carmel,… Les points d’intérêts sont nombreux sur la route, les arrêts sont donc assez fréquents. Vous pouvez atteindre San Francisco en une journée ou une semaine, selon vos envies ;)

Un phoque qui prend la pause

Mon coup de cœur
Santa Barbara est une magnifique petite ville aux allures latinos, mon vrai coup de cœur sur la côte.  Rien à faire particulièrement, juste apprécier les joies d’une petite ville dynamique : visiter la ville toute fleurie et sa belle architecture, faire les magasins sur State Street, regarder les pêcheurs sur la jetée, admirer les surfeurs à Isla Vista lors du coucher de soleil, goûter aux spécialités de la région, rouler en Beach Cruiser, observer les dauphins au large… Bref, on y vit bien. C’est une parfaite escale pour quelques jours si l’on veut s’imprégner de l’ambiance californienne sans la foule de Los Angeles.

Santa Barbara

San Francisco et son ambiance décontractée

La vie semble animée dans cette charmante ville et ses habitants détendus offrent un accueil exceptionnel. Nous y avons passé 3 jours, assez pour s’imprégner de son atmosphère, ses belles maisons en bois, son front de mer… Prévoyez vos meilleures jambes, ça grimpe !

 Que faire à San Francisco ?
Chaque quartier de San Francisco a sa particularité et tous valent le coup d’être visités, mais il vous faudrait au moins une bonne semaine pour en faire le tour. Mission district est devenu mon quartier de prédilection. Sa bouffe, ses restos, sa vie de quartier : j’ai adoré me perdre dans ses rues et y découvrir son ambiance si particulière. C’est d’ailleurs à cet endroit que se trouvait notre Airbnb.

Les maisons de San Francisco

L’immanquable de San Francisco est sans aucun doute son fameux pont rouge : le Golden Gate bridge. Une balade agréable en bord de mer permet de l’admirer de loin, puis de près. Et puis il y a aussi Castro, c’est le quartier gay de San Francisco. On y trouve de bons bars, cafés, restaus et parfois, des gens se baladant tout nus ! Il y a aussi l’inévitable ChinaTown, les belles maisons Painted Ladies, la prison Alcatraz, le cable car, Lombard Street, les parcs sur les hauteurs de la ville, le quartier hippie The Haights et le très touristique Fisherman’s Wharf. Impossible de s’ennuyer !

Painted Ladies

Où manger, boire, sortir à San Francisco ?
– Pour un live music : Revolution Café
– Pour les meilleurs tacos de la ville : Taqueria Cancun
– Pour une terrasse sur un rooftop : El Techo Terrasse
– Pour un Beer Garden : Zeitgeist
– Pour un délicieux Chai Latte : Samovar Tea Bar
– Pour un Brunch : Mission Beach Café

Le fameux Golden Bridge

Yosemite National Park 

Le parc de Yosemite est un concentré de nature : animaux sauvages, cascades sortant droit du ciel, séquoias géants, dômes granitiques… On se sent tout petit face à ce décor grandiose. Dès notre arrivée, on s’aperçoit de la beauté du lieu grâce au point de vue à Tunnel View. Malheureusement, la météo n’a pas été en notre faveur avec 2 jours de pluie constante et beaucoup de brume. Mais on n’a rien lâché et on s’est tout de même motivés à faire deux randonnées. Après tout, c’est le paradis de tout randonneur…

Les cascades de Yosemite

Mirror Lake — Reflet du Half Dome dans le lac
Durée1h30
Distance3,8 km
Niveau de difficultéFacile
TypeAller-retour

 

Upper Yosemite Falls Trail — Point de vue sur la vallée et sur la cascade
Durée5h
Distance12 km
Niveau de difficultéDifficile
TypeAller-retour

 

 Où loger à Yosemite ?
Nous avons logé dans le camping de Lower Pines pour 20 $. Il existe d’autres campings dans le parc, mais ils sont vite pris d’assaut surtout en été, il est préférable de réserver plusieurs mois en avance.

Las Vegas, ville de tous les excès

La route depuis Los Angeles est quasi désertique, de nombreux bâtiments sont d’ailleurs laissés à l’abandon, ce qui laisse penser que l’économie n’y est pas très bonne. Pourtant, c’est au cœur du désert que se trouve la célèbre Sin City. Haute en couleur, ambiance loufoque, argent à gogo, on a voulu s’y arrêter le temps d’une nuit pour avoir un aperçu de cette ville déjantée.

Malheureusement, à part dépenser son argent dans les casinos, ne boire pour quasiment rien (moins on est lucide, plus on joue, plus on perd ?!) et regarder les riches se faire plaisir, il n’y a pas grand-chose à faire. On s’est tout de même pris au jeu en misant un peu d’argent, dans la limite du raisonnable ! On aura réussi à gagner assez pour rembourser la chambre d’hôtel : pas trop mal au final ;)

Las Vegas, ville de tous les excès

 Où loger à Las Vegas ?
Les prix y sont très raisonnables (ils savent que vous allez dépenser votre argent ailleurs). L’hôtel Ellis Island offre des chambres très agréables pour 70 $. Sa localisation est parfaite pour profiter du centre-ville, à 5 minutes à pied.

Zion National Park

Sur la route pour Zion, la terre devient de plus en plus rouge, des montagnes désertiques se forment sous nos yeux. Sur place, le charme opère instantanément. La Virgin River qui sillonne la vallée de Zion offre une véritable oasis de fraîcheur. Nous restons 3 jours sur place, le temps de s’imprégner des lieux en faisant quelques randonnées.

Pendant la saison estivale, les voitures sont interdites dans le parc. Une navette est mise en place de mai à octobre pour circuler à l’intérieur. Pour plus d’informations sur Zion National Park, vous pouvez consulter le site National Park Service ou aller directement au Visitor Center sur place.

La longue ascension pour Angels Landing

Watchman Trail – Point de vue sur l’entrée du Parc
Durée2h
Distance3,2 km
Niveau de difficultéFacile
TypeAller-retour

 

Angels Landing – Vue 360° sur Zion
Durée4h
Distance8,7 km
Niveau de difficultéDifficile
TypeAller-retour

 

Hidden Canyon – Visite d’un canyon caché et étroit
Durée2h30
Distance3,9 km
Niveau de difficultéDifficile
TypeAller-retour

 

Riverside Walk – Promenade au bord de la Virgin River
Durée1h30
Distance3,5 km
Niveau de difficultéFacile
TypeAller-retour

La vue depuis Angels Landing

Où manger à Zion ?
Le Café Soleil offre des petits déjeuners sains et copieux : idéal pour commencer la journée !

 Où loger à Zion ?
South Campground est le camping que nous avons choisi à l’intérieur du parc. L’emplacement coûte 20 $ avec accès aux toilettes et douches. Les réservations ne sont pas possibles, les premiers arrivés sur place sont les premiers servis. En général, les places se comblent assez rapidement, même avant 9 heures du matin.

Si vous arrivez trop tard ou que vous n’avez pas trouvé d’endroit où loger, privilégiez les campings dans les villes alentour. Il existe également un site internet : Freecampsite qui référence des endroits où passer la nuit gratuitement. Mais vous n’êtes jamais à l’abri d’un réveil matinal par les rangers.

Bryce Canyon National Park

Les paysages de Bryce Canyon sont totalement atypiques, je n’avais rien vu de tel auparavant. Le site est constitué d’une multitude de tours rocheuses colorées que l’on appelle les hoodoos.

Deux options sont possibles pour visiter le canyon : la voiture et/ou la randonnée.  On a fait les deux sur une seule journée, ce qui est nettement envisageable à condition de se lever de bonne heure ;) Nous avons commencé la journée par une excursion en voiture, en nous arrêtant à tous les points de vue de la Rim Road Scenic Drive. Elle constitue un bon point de départ pour se rendre compte de la splendeur et grandeur du lieu.

L’immensité de Bryce Canyon

Ensuite, plusieurs randonnées permettent de descendre à l’intérieur du canyon, afin d’admirer de plus près ces immenses hoodoos. Si vous souhaitez prolonger le plaisir une fois en bas, il est possible de faire « un combo » de ces randonnées.  Nous avons opté pour une boucle qui réunit 3 sentiers.

Marcher dans les entrailles de Bryce Canyon

 Peekaboo Trail — Navajo Trail — Under Rim Trail
Durée5 h
Distance3,2 km
Niveau de difficultéMoyen
TypeBoucle


 
Où loger à Bryce ?
Il existe deux campings à l’intérieur du parc. Complets lors de notre arrivée, nous nous sommes finalement installés au camping Ruby’s Inn qui se trouve à l’entrée du parc. Sans regret, on a pu profiter de la piscine et du jacuzzi de l’hôtel : un must après plusieurs jours de marche. L’emplacement pour la tente coûte 30 $ avec accès aux toilettes et douches. Attention, désert oblige, les températures sont négatives la nuit, même en plein été. On a eu une nuit frigorifique (-10 degrés, mais on a survécu) alors ne négligez pas les bons sacs de couchage !

Lake Powell

Nous continuons la route direction la vallée du Lake Powell, lac artificiel crée sur la fameuse Colorado River.  Le lieu regorge de particularités notamment ses nombreux canyons et ses couleurs ocres.

 Que faire à Lake Powell  ?
Horseshoe Bend est une courte randonnée de 1 h aller-retour qui mène sur le haut d’une falaise donnant sur le Colorado, 340 mètres plus bas. Ce canyon en forme de fer à cheval offre un panorama qui laisse bouche bée.

On est obligé de prendre la pause devant ce panorama

Antelope Canyon est aussi une excursion populaire dans la région. Il s’agit d’un canyon très étroit qui offre une lumière incroyable dans les alentours de midi (avis aux photographes). Mais cette visite a un coût : 46 $, sans parler de sa foule abondante. Nous n’avons pas voulu le visiter ayant eu écho de la forte affluence du lieu. En revanche, nous avons trouvé une solution de repli : Water Holes Canyon. Un permis d’entrée est requis pour y accéder. Il coûte 10 $ par personne et se demande au Tribal Parks Office dans la ville de Page (à 10 km du canyon). Le lieu est remarquable et nous avons été agréablement surpris par la tranquillité des lieux.

 Où loger à Lake Powell ?
Nous passons la nuit à Lone Ranch, une plage aménagée en camping (toilette uniquement) située à 10 km au nord du barrage. Le site est incroyable, la vue donne sur le lac et un désert montagneux en fond. La nuit, on peut observer des étoiles jusqu’à l’horizon. Un luxe pour la modique somme de 14 $ par voiture.

Monument Valley

Monument Valley est sans aucun doute le symbole de l’Ouest américain. C’est un véritable décor de cinéma, le paysage des plus grands Western. En même temps, c’est impressionnant de voir ces formations rocheuses d’un rouge flamboyant sortir de nulle part !

Pour entrer dans le parc, il faudra payer le droit d’entrée à 20 $. Il faut savoir que ce lieu fait partie d’une réserve indienne, il y a donc certaines règles à respecter notamment l’interdiction de boire de l’alcool dans la réserve.

Monument Valley

 Que faire à Monument Valley ?
Pour entrer au cœur de Monument Valley, il existe une piste circulaire de 27 km (la Valley Drive) qui offrent différents panoramas du site. Une route absolument incroyable qui nous plonge instantanément dans le décor. Comptez au moins 2 heures pour faire la boucle. Celle-ci est fermée au public la nuit.

Valley Drive

Si vous avez plus de temps, les randonnées à cheval sont aussi très populaires, mais assez chères (70 $ pour 1 h). En alternative, vous pouvez faire la courte randonnée de Wildcast Trail qui permet d’observer de plus près les formations rocheuses.

Les levers et couchers de soleil sont stupéfiants. Il faut au moins voir l’un des deux !

 Où loger à Monument Valley ?
À l’intérieur du parc, The View Campground offre une vue à couper le souffle. Toutes les commodités sont accessibles pour 20 $ par emplacement.

Grand Canyon National Park

J’ai beau l’avoir vu des centaines de fois en photos, j’ai tout de même eu le souffle coupé face à l’immensité de cet endroit (446 km quand même). Ici, il n’existe pas un point de vue, mais des centaines ! Vous pouvez probablement vous arrêter toutes les 5 minutes pour admirer des facettes différentes du Canyon. On ne s’en lasse pas vraiment… Pour explorer cette merveille de la nature, nous sommes partis 2 jours en randonnée, à la rencontre du Colorado River, qui se situe en bas du Canyon.

Le Backcounty office permet d’obtenir le permis pour camper à l’intérieur du Canyon. C’est 10 $ pour le camping + 8 $/personne/jour.

La descente se fait à South Kebaib Trail et remonte par Bright Angel Trail. Il est plus facile de remonter par ce dernier, car il est possible de se ravitailler en eau le long du chemin. On campera à Indian Garden, à mi-chemin sur le sentier de Bright Angel. Cette expérience est inoubliable, malgré la difficulté du trek (bien loin d’être insurmontable), on a adoré partir à la découverte des profondeurs du Grand Canyon. Une autre vision de celui-ci, bien moins prisée par les touristes et selon moi, bien plus intéressante.

La descente depuis South Kebaib

Le petit plus de cette randonnée
Le droit au plongeon dans le Colorado une fois en bas.

Baignade dans le Colorado River

 South Kebaib Trail — Bright Angel Trail
Durée11 h
Distance26,6 km
Niveau de difficultéDifficile
TypeBoucle

 

 Où loger à Grand Canyon National Park ?
Le camping Grand Canyon Mather Campground se situe à proximité du Village Grand Canyon.  Le tarif de 18 $/emplacement comprend l’accès aux douches et toilettes.

San Diego, ville frontalière du Mexique.

Charmante ville située à côté du Mexique, San Diego est une belle étape pour quelques jours. Moins prisée et plus petite que Los Angeles, je l’ai trouvé beaucoup plus conviviale que cette dernière.

 Que faire à San Diego ?
Vous pouvez passer une journée entière à visiter l’immense Balboa Park. Ses jardins, son architecture, ses boutiques d’artisans méritent le détour.  La Jolla est aussi un très bel endroit pour se promener, en longeant la côte pour observer les oiseaux, phoques et plongeurs, mais aussi pour flâner dans sa rue commerçante. Il y a aussi SeaportVillage et ses boutiques touristiques, Mission Beach et son côté très californien, Coronado Island et ses belles plages, Old Town, et mon endroit préféré : Black’s Beach…

Où manger, boire à San Diego ?
– Pour un déjeuner en terrasse : The Prado
– Pour une bière de microbrasserie (difficile de faire un choix parmi les 85 microbrasseries) : Le View Point Brewing Company

Un roadtrip sans préparation pour plus de flexibilité

Fidèles à notre philosophie de voyage, nous n’avions rien prévu excepté les grandes lignes droites et la réservation d’Airbnb dans les grandes villes.  Sinon, aucune réservation de camping ou activité n’a été faite à l’avance, ce qui nous a parfois joué des tours. Certains campings étaient complets, des activités étaient à prévoir des mois à l’avance… Mais c’était une volonté de notre part, histoire de pas être dans le « rush » à cause des impératifs, et ça se fait très bien, particulièrement en basse saison et en faisant du camping.

N’hésitez pas aussi à aller voir le Visitor Center une fois être arrivé sur les lieux que vous souhaitez visiter. Les personnes à l’accueil connaissent les lieux comme leur poche, ils sauront mieux que quiconque vous renseigner sur les activités à faire selon vos aptitudes, envies, budget…

L’Ouest américain pratique

 Vol aller/retour Paris — Los Angeles : 600 euros.

 En tant que touriste, vous avez le droit à 90 jours autorisés aux États-Unis. L’ESTA est un visa obligatoire pour l’entrée dans le pays.

 Assurance voyage : si vous êtes en PVT, Cap Working Holiday de Chapka vous couvre également pendant vos séjours en dehors du Canada pendant 90 jours (et vous bénéficiez en plus de 40€ de réduction grâce à notre code promo). Sinon, Cap aventure propose également une bonne couverture aux États-Unis et dans le monde entier.

 Location de voiture : vous devez avoir plus de 21 ans pour louer une voiture aux États Unis. Le permis français est suffisant pour un séjour de moins de 3 mois. Autoescape semble être la compagnie la moins chère pour la location de voiture. Il faut compter environ 30 $/jours pour une petite voiture.

 Coût moyen repas : un repas en fast food coûte en moyenne 8 $. En restaurant, c’est environ 25 $. La pinte de bière varie entre 5 et 8 $. Privilégiez les happy hours, ils ont souvent de bons deals.

 Coût moyen hébergement : un dortoir vous coûtera environ 30 $/nuit, de même pour un emplacement de camping. Pour ce qui est des hôtels, ce sera dans les alentours de 80 $, voir 150 $ pour les hôtels plus confortables. De même pour le Airbnb.

Si vous avez prévu de visiter beaucoup de parcs nationaux, je vous conseille d’opter la carte d’accès à 80 $. Valable 1 an, elle est largement rentabilisée après un roadtrip.

Article mis à jour le 21 novembre 2017