L’Alaska, la dernière frontière… Je l’admets volontiers, quand j’ai choisi le Yukon pour mon PVT Canada, la proximité avec l’état américain n’y était pas pour rien. Grande amoureuse de la nature, Whitehorse était la localisation parfaite pour commencer à toucher du bout des doigts l’immensité des étendues alaskiennes ! Trois fois et demie plus grand que le Yukon, l’Alaska regorge de beautés et d’originalité. S’y rendre pour une journée ou un week-end est chose commune au Yukon. Alors oui, ce n’est peut-être qu’une minime partie de l’Alaska qui est ainsi accessible, mais une qui donne l’eau à la bouche et l’envie d’en découvrir encore plus. Ici, c’est une sortie presque traditionnelle. Pour moi, c’est toute autre chose… un dépaysement assuré ! Je ne m’attendais pas à pénétrer un « monde » si différent, avec un climat océanique et une végétation si dense. Le tout à seulement quelques heures de route de Whitehorse !

Skagway, la ville du vent

skagway alaska vu depuis un chemin de randonnée

Skagway, vu depuis un sentier de randonnée ©Kelly Tabuteau

Les habitants de cette petite ville du sud-est de l’Alaska n’ont pas fait preuve d’une imagination hors norme en trouvant son nom, puisque Skagway signifie la ville du vent dans la langue autochtone locale. Et tous ceux qui y sont allés au moins une fois peuvent le témoigner : le vent est un des charmes de la ville… ou un de ses défauts. Située dans un fjord longeant le Pacifique, c’est un vent certain et une odeur de sel qui vous accueilleront à la sortie de la voiture. Mais avant d’y arriver, il faudra emprunter la Sud Klondike Highway, l’une des plus belles routes sur laquelle j’ai conduit jusqu’à ce jour. Entre montagnes, lacs et faune sauvage, les décors s’enchaînent, sans se ressembler, offrant des panoramas magnifiques : le lac Émeraude, le désert de Carcross, Bove Island, le passage en Colombie-Britannique puis celui du col Blanc avant la frontière américaine et enfin, la descente jusqu’à Skagway. En 2 heures, vous aurez observé une variété de paysages qui ne vous laissera pas indifférent, croyez-moi !

le désert de carcross, yukon, canada, en automne

Le désert de Carcross est réputé être le plus petit désert au monde. Pourtant, au sens géologique du terme, ce n’en est pas vraiment un. ©Kelly Tabuteau

Activités et découvertes à Skagway

Une fois sur place, vous retrouverez toutes les caractéristiques typiques d’une ville américaine : rues perpendiculaires, petites maisons citadines et signalisation kilométrique en miles. D’octobre à avril, vous errerez dans une ville fantôme… tout, ou presque, est fermé ! C’est alors l’occasion parfaite d’emprunter l’un des quelques chemins de randonnée qui partent du centre-ville ! Si toutes les saisons sont propices à une bonne rando, j’aime particulièrement m’y rendre en automne, où les champignons se multiplient par centaines dans les forêts environnantes.

champignons

©Kelly Tabuteau

En été, c’est une tout autre ambiance qui vous accueillera. Les rues seront surpeuplées ! De mai à septembre, ce sont des énormes bateaux de croisière qui déversent continuellement leur flot de touristes dans la rue principale de Skagway. C’est l’agitation assurée ! Tous les magasins sont ouverts, surtout les bijouteries où les vendeurs attendent les badauds directement dans la rue… Ici, on promeut la Tanzanite, ce qui est assez étrange quand on sait que c’est une pierre précieuse originaire de… Tanzanie. Anyway ! Qui dit ville touristique, dit aussi magasins de souvenirs. Ils s’enchaînent les uns après les autres, chacun vendant globalement les mêmes produits. Et pour finir votre immersion au temps de la ruée vers l’or dans laquelle Skagway vous immergera, un spectacle de danseuses est offert à heures fixes, pendant ces cinq mois de l’année. En s’éloignant quelque peu de la route principale, vous trouverez quelques musées historiques.

rue de skagway Alaska

Je n’ai peut-être plus la même notion de foule après 1 an et demi à vivre à Whitehorse… ©Kelly Tabuteau

À l’assaut de la célèbre Chilkoot Trail

À cette foule de touristes de toutes nationalités se joignent les backpackers, se préparant à fouler la célèbre piste Chilkoot, un des principaux chemins empruntés par les milliers de pionniers venus chercher de l’or après sa découverte près de la ville de Dawson en août 1896. Ils se rendront à Dyea, à une quinzaine de kilomètres de là, où, aujourd’hui, rien ne subsiste de cette glorieuse période, si ce n’est un panneau et le départ du sentier.

dyea Alaska, depart de la chilkoot trail

L’entrée dans le parc national. Quelques mètres plus loin, c’est le départ de la piste Chilkoot ! ©Kelly Tabuteau

Skagway, mes coups de cœur :

 Où manger à Skagway ?

  • La brasserie de Skagway pour de bons burgers et de bonnes bières (parait-il puisque je n’aime pas ça…).
  • Starfire, un excellent restaurant de cuisine thaïlandaise… Très réputé !

 Où dormir à Skagway ?

  • Le plus accessible financièrement : le camping de Dyea. Proche de la rivière, c’est le lieu idéal pour observer phoques, ours et oiseaux en tout genre. Pour 10 $ américain par nuit, cela ne vaudrait pas le coup de s’en priver, surtout que chaque emplacement est équipé d’une table et d’un réchaud (le bois est même fourni !).

Suggestions d’excursion à Skagway :

  • À partir de mai, un bateau express vous emmènera, l’espace d’une journée, découvrir Juneau, la capitale de l’Alaska.

Haines, l’observatoire de la vie sauvage

Mont riley haines alaska

Au milieu, en bas, Haines. Vue depuis le Mont Riley. ©Kelly Tabuteau

Haines, village côtier par excellence, est un incontournable pour tous les amoureux de la nature : entre pêche, randonnées ou observation de la faune, chacun y trouvera son bonheur ! Pour vous y rendre, vous pourrez prendre un ferry depuis Skagway (traversée de 45 minutes), ou emprunter la route de Haines (compter au moins cinq heures de conduite). Ici, c’est ce qu’on appelle la boucle de l’or : conduire dans un sens, prendre le ferry dans l’autre !

Une fois sur place, on découvre un village de pêcheurs très typique, qui vit au rythme des marées, entouré de montagnes, avec une végétation luxuriante et une faune omniprésente. Haines est notamment connu pour l’observation de grizzlis, le long de la rivière Chilkoot. Pourquoi ? Car c’est un garde-manger immense, qui leur demande très peu d’effort puisque les saumons s’y succèdent par centaines. Période de reproduction, ces derniers remontent la rivière pour aller pondre leurs œufs sur leur lieu de naissance… Un voyage de quelque 2000 kilomètres !

grizzlis haines alaska

Les grizzlis, tout comme les hommes, pêchent le saumon dans la rivière Chilkoot. ©Kelly Tabuteau

Haines, c’est également un excellent observatoire pour les amateurs d’oiseaux ! L’American Bald Eagle Foundation y a installé son « siège social » et c’est depuis le petit village de Haines qu’elle œuvre pour la réhabilitation des aigles et de tout autre oiseau de proie blessé. Début novembre est la meilleure période pour aller observer les aigles à tête blanche qui se rassemblent au bord de la rivière Chilkat pour accéder, eux aussi, à un garde-manger prospère… toujours les saumons ! La fondation a aménagé son espace de travail sous forme de mini-musée ; très intéressant !

aigle à tête blanche haines alaska

©Kelly Tabuteau

De retour en « centre-ville », vous pouvez vous abandonner à une balade bucolique pour admirer l’agitation portuaire des retours de bateaux de pêche ou alors vous rendre à l’office du tourisme pour dégoter le dépliant « Take a walking tour of downtown Haines », une marche suggérée dans les rues principales de la ville, avec explications historiques et arrêts incontournables de la ville, comme le musée du marteau ou le musée Sheldon. Quitte à vous arrêter au centre des visiteurs, prenez également le guide rando de la région, car franchement, ce serait dommage de vous rendre à Haines sans aller marcher un peu : pour de jolies vues surplombantes, il y a le Mont Riley et le Mont Ripinsky ; sinon, le long de la côte, vous pourrez tester Battery Point ou Seduction Point.

randonnée côtière haines alaska

Le long du sentier Battery Point. ©Kelly Tabuteau

Haines, mes coups de cœur :

  • Les ours, les ours, les ours !!!
  • Me retrouver dans le décor du film Croc-Blanc

Où boire un verre à Haines ?

  • Obligation d’aller déguster une bière à la brasserie locale : Haines Brewing Company, qui dans une ambiance chaleureuse vous servira des bières pour le moins originales (par exemple, une bière infusée de bourgeons d’épinettes ou brassée avec des malts de caramel).
  • La distillerie Port Chilkoot : le bâtiment ne paye pas de mine, ni la microscopique salle de dégustation. Pourtant, vous serez vite conquis par la qualité du service, tout comme de celle des alcools à savourer : gin, absinthe, vodka et j’en passe… Et petit secret, vous pourrez même demander de visiter l’arrière de la bâtisse et en apprendre davantage sur les secrets de la distillation.

Suggestions d’excursion à Haines :

Démarches de base pour entrer aux États-Unis :

  • Par voie terrestre, il faudra remplir le formulaire I-94W, directement à la douane, puis après prise de vos empreintes digitales et d’une photo, vous débourserez 6 $ américains pour pouvoir entrer aux États-Unis. Grâce au régime d’exemption de visa, vous aurez ainsi le droit de rester jusqu’à 90 jours aux USA. N’oubliez pas de rendre le coupon agrafé à votre passeport quand vous quittez le pays et si vous n’avez pas l’intention d’y retourner dans les 90 jours.
  • Par voie aérienne, c’est l’ESTA qu’il vous faudra. Valable 2 ans, elle vous offre le statut de touriste pour des périodes de 90 jours. Elle vous coûtera, quant à elle, 14 $ américains.

Carte des randonnées autour de Haines :

Du Yukon à l’Alaska, il n’y a qu’un pas ! Escapade à Skagway et Haines
Vous avez aimé ?

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 19 novembre 2018