Partir en PVT Canada pendant le Covid-19 : témoignages et conseils de pvtistes

Antonin

Antonin

Depuis le 8 mai 2020, le Canada autorise les détenteurs d’une lettre d’introduction et d’une offre d’emploi à entrer sur le territoire afin d’activer leur PVT. Nous avons interviewé deux d’entre eux afin de connaitre leurs conditions de voyage et d’arrivée au Canada.

Entrée au Canada pour valider un PVT : retour d’expérience de deux pvtistes

Margaux et Sébastien sont arrivés au Canada pour activer leur PVT en juillet et août dernier. Ils ont accepté de nous partager en détail leur parcours : prolongation ou non de LI, démarches pour trouver un emploi, documents à réunir et parcours de l’embarquement à l’arrivée à l’immigration canadienne.

La lettre d’introduction ou LI, c’est quoi ?

Aussi connue sous le nom de lettre pour le Point d’Entrée ou PDE, la lettre d’introduction (LI) est le document que vous fournit l’immigration canadienne (IRCC) suite à l’obtention d’un permis d’étude ou d’un permis de travail. Cette lettre doit être présentée à un agent de l’immigration à votre arrivée au Canada afin d’obtenir votre permis. 

Dans le cadre du PVT Canada, la lettre d’introduction correspond à la dernière étape du processus de « sélection ». Pour l’obtenir, il faut avoir soumis son profil dans le bassin de candidats PVT, recevoir une invitation à présenter sa demande et enfin compléter sa candidature.

L’obtention de la LI signifie que le visa PVT vous est accordé. Pour obtenir le PVT, il est indispensable de se rendre au Canada dans un délai d’un an après réception de votre LI.

PVT Canada 2020 : où en sommes-nous ?

Peux-tu te présenter ? 

M : Je m’appelle Margaux, j’ai 27 ans et je suis originaire de Lyon où je travaillais comme infirmière en pédiatrie depuis trois ans. Je suis arrivé le 4 juillet dernier à Montréal pour activer mon PVT. 

S : Salut, je m’appelle Sébastien, j’ai 27 ans et habitais à Lyon. Je suis monteur vidéaste avec également une expérience de 3 ans en tant que barman en France. Moi et ma copine avons obtenu le PVT Canada. Nous sommes partis avec le projet d’essayer de nous installer là-bas. Je suis arrivé le 7 aout à Montréal.

Quand as-tu obtenu ton PVT ? As-tu obtenu un prolongement de LI ?

M : J’ai obtenu ma Lettre d’Introduction (LI) en avril 2019 et n’ayant pas pu venir activer mon PVT en avril (merci le covid) j’ai demandé une prolongation courant mars. J’ai eu une réponse le 22 avril pour une prolongation de trois mois ce qui m’a permis de partir début juillet.

S : J’ai obtenu ma LI en juin 2019. Je prévoyais de partir au Canada avec ma copine le 29 mai 2020, mais le Covid a rendu le projet impossible. J’ai donc déposé une demande de prolongation de LI fin mai 2020 (dans les 30 jours avant la date de fin de validité de la LI).

Ne recevant aucun mail de confirmation pour ma prolongation, j’ai tenté de joindre le service immigration IRCC (grâce à l’appli Fongo pour appeler gratuitement un numéro canadien). Après 2 h d’attente, un agent m’a simplement confirmé que ma demande s’affichait, mais n’avait pas encore été traitée. J’ai finalement obtenu ma prolongation de L.I. par mail en juillet (près de 2 mois après ma demande et après fin de validité de ma première LI au final), m’autorisant à activer le PVT avant septembre 2020. 

Frontières partiellement ouvertes : jusqu’à quand ?

Le gouvernement canadien a décidé de maintenir les restrictions d’entrées aux frontières et la quatorzaine obligatoire pour les personnes en provenance de l’étranger jusqu’au 30 septembre 2020.

Il est fort probable que ces restrictions soient reconduites (réévaluation tous les mois) étant donné la situation internationale. Nous vous tiendrons informés des nouvelles décisions. 

Quel emploi t’a permis d’entrer au Canada ?

M : Grâce au métier d’infirmière j’ai pu entrer au Canada malgré le Covid était donné que c’est une des professions jugées comme essentielles au pays. J’aurais dû venir à Montréal en avril, mais uniquement en tant que touriste pour repérer un peu les quartiers, mais n’ayant pas de contrat à ce moment-là j’ai du tout annuler. 

S : J’ai décroché un job de paysagiste grâce à un contact de ma copine.

Métier « essentiel » obligatoire ?

Les autorités canadiennes ont exigé dans un premier temps des activités dites « essentielles » pour l’entrée au Canada avec une Lettre d’Introduction.

Les nombreux retours comme celui de Sébastien indiquent que le spectre des métiers est bien plus large à présent. Le travail doit néanmoins être rémunéré (le volontariat ne fonctionne pas), et il faut bien un contrat d’embauche. Impossible de venir en tant que travailleur indépendant. 

As-tu réussi à obtenir cet emploi depuis la France ? Si oui, comment ?

M : J’ai d’abord fait les démarches pour obtenir un PVT que j’ai eu en avril 2019 puis je me suis inscrite sur RSQ (Recrutement Santé Québec) en septembre.

Via leur organisme j’ai rapidement pu m’inscrire aux journées Québec de décembre qui se déroulait à Paris, j’ai passé un seul entretien et à la fin j’avais une proposition de poste qui s’est concrétisé en février par l’hôpital. 

S : J’ai d’abord cherché dans mes domaines d’expertises en multipliant les candidatures sur tous les sites d’embauches (indeed.ca, linkedin, kijiji, etc.) avec CV et lettre de motivation. J’ai du en faire pas loin de 50. Je me suis rapidement rendu compte que le marché de la restauration employait plus des personnes sur place et prêtes à démarrer rapidement. Mon profil intéressait aussi d’autres entreprises qui m’ont néanmoins expliqué privilégier des travailleurs déjà sur place.

Le déclic s’est passé en postant simplement un message sur mon profil Facebook pour demander si personne ne connaissait quelqu’un qui pourrait me trouver un job sur Montréal. Alors que je ne m’y attendais pas, j’ai reçu des dizaines de réponses avec des contacts, des « cousins éloignés » ou des « amis d’amis » à contacter. C’est ainsi que j’ai décroché un job de paysagiste grâce à une amie de ma conjointe qui m’a donné le contact du patron de l’entreprise.  

Quand démarre ton emploi au Canada ? Es-tu rémunéré pendant ton confinement ?

M : Mon contrat a débuté le 4 juillet, jour de mon arrivée au Canada. J’ai donc été payé pendant ma quatorzaine grâce aux journées de formation théorique ! J’ai débuté le 22 juillet en service après avoir fait un test Covid à la fin de ma quatorzaine.

S : Sur ma promesse d’embauche, mon employeur a écrit qu’il s’engage à m’embaucher à mon arrivée au Canada et suite à la période de quarantaine obligatoire de 2 semaines. Il n’a même pas donné de date précise en indiquant une embauche « fin aout ». Mon contrat débutera donc réellement qu’après le confinement, mais cela n’a posé problème ni à l’embarquement ni à l’immigration où on m’a demandé ce document. 

As tu facilement trouvé un vol pour partir au Canada ?

M : J’ai pris mon billet trois semaines avant mon départ, en juin seulement deux compagnies proposaient des billets pour Montréal, malgré ça j’ai vite trouvé un billet à la date que je voulais et dans mon budget (sachant que je partais avec trois bagages).

S : Nous avions réservé un vol avec TAP pour le départ initial le 29 mai. Vol qui a été annulé environ 1 mois avant. Nous avons obtenu un avoir, mais avons préféré éviter l’option lowcost et escale au Portugal pour le nouveau départ.

Nous avons finalement opté pour des vols avec Air France pour plus de sérénité. Ma copine est partie de Paris une semaine avant moi. De mon côté, j’ai reçu ma promesse d’embauche le 4 aout et souhaitait partir le plus rapidement possible.

Les prix des vols avaient explosé : 1800 € l’aller simple sans bagages pour un vol le lendemain depuis Paris. En vérifiant les départs depuis Genève, j’ai découvert que le même vol ne coutait plus que 230 €. J’ai pris ce vol avec escale à Paris en vérifiant bien qu’Air France organisait les 2 vols pour éviter toute complication lors du transit avec les bagages à récupérer ou un éventuel vol annulé. 

Y’a-t-il eu des questions à l’embarquement ?

M : J’ai d’abord pris un vol de Genève à Paris où on m’a demandé l’origine de mon voyage puis on a pris ma température avant de monter dans l’avion.

Au départ de Paris, j’ai dû fournir mon contrat, ma LI, mon passeport et mes données biométriques. On a également pris ma température avant de monter dans l’avion. 

S : À Genève, l’agent à l’enregistrement des bagages et délivrance du billet d’avion est super agréable, il me demande si j’ai mon justificatif Covid. Je lui rappelle que j’ai un confinement de 14 jours sur place. Il s’excuse et me confirme que dans ce cas effectivement je n’ai pas besoin de ce justificatif.

Pour le deuxième embarquement à Paris, la nana devant moi n’avait pas de motif valable ou de preuve pour prendre son vol, elle s’est vu refuser l’accès. Pour ma part on me demande la raison de mon départ et la preuve. J’ai montré ma promesse d’embauche et ma lettre d’introduction. Prise de température et masque chirurgical obligatoire avant la montée dans l’avion.

Qu’avais-tu préparé comme documents pour l’arrivée à l’immigration ?

M : J’avais préparé beaucoup de documents. Tous les documents liés à mon PVT (LI, données biométriques, visite médicale, formulaires en lien avec mon dossier), des photocopies de mon passeport et de ma carte d’identité, mon assurance PVT, mon contrat de travail, une lettre de mon employeur mentionnant que j’avais une période de quatorzaine à respecter à partir du 4 juillet, mon bail et ma facture d’épicerie avec une preuve de livraison le jour même de mon arrivée.

S : Mon dossier était super complet, j’avais juste oublié d’imprimer ma Lettre d’introduction à force de vouloir penser à tout. Mais la version sur téléphone et la copie de ma prolongation ont suffi aux agents (de toute façon ils ont tout notre dossier sur leur ordinateur). En plus de tous les documents liés à ma demande de PVT, j’avais ma promesse d’embauche ainsi que mon plan de confinement avec les contacts nécessaires.

Contenu de la lettre d’embauche et du plan de confinement

Avec les informations officielles de l’immigration canadienne ainsi que les retours des pvtistes partis au Canada en période covid, voici les informations essentielles que doivent contenir :

Quelle assurance PVT as-tu prise ?

M : Je suis parti avec l’assurance Globe PVT.

S : J’ai souscrit au contrat Cap Working Holiday de Chapka Assurance.

Bien choisir son assurance PVT

Vérifiez qu’elle couvre les soins en cas de Covid, et optez immédiatement pour une couverture de 2 ans pour ne pas risquer de réduire la durée de votre PVT.

Choisissez ensuite l’assurance qui vous convient le plus en fonction des garanties spécifiques (optique, dentaire, sports couverts, etc.) et du prix. Notre tableau comparatif vous aidera à les décrypter. 

Quelles questions t’a posé l’immigration ? 

M : L’immigration m’a uniquement demandé mon passeport, ma LI, mon assurance PVT et mon contrat de travail.

Je n’ai eu aucune question concernant ma quatorzaine, mon lieu d’habitation ou même mon organisation pour les deux semaines à venir. 

S : Après le passage aux bornes, je suis arrivé aux douanes où on me demande la raison de mon arrivée au Canada, si je sais qu’il faut que je me confine et si j’ai une assurance pour la durée de mon PVT.

Le douanier est très agréable et prend le temps de voir avec moi les règles pour entrer au Canada. Je lui montre l’ensemble de mes documents et il me dit de poursuivre en guichet d’immigration 2. Il y a déjà pas mal de personnes qui attendent. Je prend mon ticket et suis appelé environ 1 h 45 plus tard.

L’agent d’immigration me demande à nouveau l’ensemble des documents et me propose de me rassoir sans plus de questions. Quelques minutes plus tard j’obtiens enfin mon PVT. 

Arrive CAN pour accélérer le passage des douanes

Plutôt que de remplir le formulaire papier à l’arrivée, vous pouvez télécharger l’application de l’immigration ArriveCan. Vous pourrez remplir jusqu’à 48 h avant votre départ vos informations personnelles.

Ceci vous permettra à la fois d’être rassuré sur les informations demandées à l’arrivée mais aussi d’aller plus vite au premier passage de douane afin de réduire l’attente à l’immigration.

Télécharger l’application ArriveCAN (iOSAndroid ou format Web)

Comment s’est passé le confinement à l’arrivée ? 

M : Le confinement a été long ! Avec cette période j’ai dû arriver seule alors que c’est un projet de couple donc pas évident de se retrouver seule à l’autre bout du monde, avec un décalage horaire et la frustration de ne pas pouvoir sortir ! 

Heureusement pendant cette période-là mon employeur avait programmé des journées de formation théorique pour les nouveaux arrivants dans le centre hospitalier, j’ai donc eu des journées sur zoom du lundi au vendredi, ce qui aide à passer le temps mine de rien. L’autre point positif c’est que nous avions déjà trouvé un appartement (semi-meublé) avant mon arrivée donc j’ai eu le temps de ranger mes affaires et de prendre mes marques ! 

S : Après avoir vécu 2 mois de confinement en France, ces 2 semaines ne m’effraient vraiment pas. C’est même sur certains aspects plutôt plaisants ! Dans la coloc où nous sommes, nous avons accès à une terrasse et au rooftop, et on nous ramène nos courses et de la bière, bref, on est loin des 30 m2 qu’on avait à Lyon !

Il ya bien sûr une petite frustration de ne pas pouvoir sortir du tout, tu ne réalises pas complètement que tu es au Canada au final. Mais à côté ça nous a fait découvrir la solidarité à la canadienne : un contact fait des inspections de voitures pour nous, d’autres nous aident pour la recherche d’appartement. Une entraide qui rassure sur le choix du Canada !

Le Canada ne rigole pas avec le confinement

La quatorzaine obligatoire à l’arrivée est extrêmement stricte au Canada. Aucune sortie du logement de confinement n’est autorisée, même pour une petite course.

Les contrôles par téléphone sont fréquents et les sanctions en cas de manquement extrêmement lourdes (2000 $ au minimum et jusqu’à 750 000 € et 6 mois d’emprisonnement). Il existe aussi des rumeurs sur de la géolocalisation que nous n’avons pas pu vérifier.

Dans tous les cas, il faut vraiment organiser une période d’isolement avec des colocs/connaissances qui vous feront les courses ou en utilisant les services de livraison.

Les hôtels et Airbnb sont acceptés comme lieux de quarantaine tout comme les appartements et colocations. S’il y a d’autres personnes dans le logement, il faudra limiter les contacts physiques, mais ces personnes n’auront pas à se mettre en quatorzaine. 

D’autres conseils pour ceux qui prévoient de partir ?

M : Le passage à la douane a été rapide, car nous sommes moins nombreux à arriver pendant cette période de Covid-19. J’ai été surprise du peu de documents à fournir une fois sur place, mais je conseille quand même aux futurs arrivants de prévoir le maximum de documents au cas où.

Avoir un logement à l’arrivée facilite beaucoup les choses aussi, car pendant la quatorzaine il n’est pas possible de visiter des logements et une fois le boulot commencé, le temps libre se fait rare…

La période rend le projet encore plus « difficile » à concrétiser, mais ça en vaut la peine ! 

S : Conseil n° 1 : Pour le boulot, penser au réseau ! Même si on vous donne un contact qui n’est pas directement un employeur, ou qui a peu de chance d’embaucher… Contacte toutes ces personnes et explique ta situation. Ils n’auront peut-être pas de travail directement, mais ils vont probablement à leur tour demander dans leur réseau. Les canadiens sont vraiment dans l’entraide, et il ya une grosse communauté d’expatriés qu’on découvre aussi. De mon côté quasi tout le monde a pris au moins le temps de me répondre. Certain pour me dire qu’il n’avait rien, mais avec la possibilité de les rencontrer une fois au Canada. D’autres ont demandé autour d’eux, et c’est comme ça que j’ai décroché mon job.

Conseil n° 2 : Respire ! On se met une grosse pression avant le départ et pendant le voyage alors que si on a réuni tous les documents et qu’on s’est bien organisé, il n’y a pas de raison d’avoir peur. En étant stressé, on risque plus de devenir suspect auprès des personnels d’embarquement ou d’immigration, alors qu’au contraire on s’est préparé à tout. Expliquez calmement votre situation et vos ressentis, car les personnes en face de vous ne sont pas forcément aussi bien renseignées que vous !

Conseil n° 3 : Sois le plus carré possible ! Réunis tous les documents et preuves nécessaires. Il y a de bonnes chances que tout ne te serve pas, mais au moins tu passeras toutes les étapes avec sérénité.

Code promo Chapka - 5% de réduction sur ton assurance voyage

Documents à réunir pour partir au Canada

Vous l’aurez compris, l’entrée sur le territoire canadien pour activer ton PVT est possible mais demande plus de préparation qu’en temps normal. Pour ne pas subir une interdiction d’accès à l’avion, ou pire un refus d’entrée sur le territoire en arrivant au Canada, il faut disposer des documents suivants.

Papiers à prévoir pour l’arrivée à l’immigration canadienne

Obligatoires :

  • Passeport (+ photocopie du précédent passeport si tu l’as renouvelé depuis la réception de ta Lettre d’Introduction)
  • Billets d’avion
  • Lettre d’Introduction + eventuelle(s) extension(s)
  • Contrat d’embauche valide
  • Plan de quarantaine
  • Assurance PVT (valide pour toute la durée de votre PVT, et couvrant les soins en cas de contraction du covid-19)
  • Preuve de fond (relevé bancaire de moins d’une semaine avec au moins 2500$CA soit 1600€ environ + eventuel prix d’un vol retour)
  • Données biométriques

Note : pas besoin de demander une AVE (sauf changement de passeport), vous en disposez déjà avec le PVT, le numéro figure sur votre Lettre d’introduction.

Si demandés lors de la demande de PVT :

  • Original du casier judiciaire
  • Original du certificat médical
  • Copie des diplômes si travail réglementé

Comment trouver un emploi au Canada depuis la France ?

Il n’est pas évident de trouver un emploi actuellement au Canada, encore plus depuis la France. Le Covid comme en Europe a déclenché une vague de chômage et vous serez « en compétition » avec des demandeurs d’emploi sur place. En plus de la distance, vore arrivée sera nécessairement suivi d’une confinement qui vous empêchera de travailler immédiatement, hormis en télétravail si le job le permet.

Pour autant, vous êtes de plus en plus nombreux à parvenir à trouver un job qui vous permettra de passer les frontières canadiennes et activer votre PVT. De notre expérience, et avec les retours obtenus, la meilleure méthode consiste à :

  • postuler sur l’ensemble des sites spécialisés avec un CV et une lettre de motivation adaptée et,
  • activer tous vos réseaux (famille, amis, post sur tous vos réseaux sociaux, etc).

Ressources pour trouver un job au Canada

Les sites internet tels qu’indeed.ca ou les réseaux comme linkedin sont très couramment utilisés au Canada. Kijiji, sorte d’équivalent du Boncoin, est également un bon point de départ. N’hésitez pas à visiter le site gouvernemental Guichet emploi pour mieux comprendre le marché du travail, les secteurs qui embauchent, etc.

Pour une liste bien plus exhaustive de sites utiles ainsi que les bonnes méthodologies pour candidater, je vous renvoie vers nos deux articles sur l’emploi au Canada.

Méthodologies pour augmenter vos chances

Pour mettre toutes les chances de votre côté, nous vous conseillons de viser large. Ne soyez pas passif en attendant nécessairement l’annonce pile-poil adaptée à votre profil, dans la ville que vous visez et à la date idéale. Elle risque de ne jamais tomber. À l’inverse, vous démultiplierez vos chances en :

  • Multipliant les candidatures spontanées : une entreprise vous plait sur Linkedin mais il n’ya pas d’offre d’emploi. Tentez tout de même de les contacter avec une candidature spontanée, de nombreuses offres ne sont pas publiées !
  • Elargissant le spectre des métiers : le PVT est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux métiers et il n’y a rien de dégradant à travailler dans la construction ou dans des fermes par exemple. Vérifiez tout de même à chaque fois que les conditions de travail et de salaire respectent la législation canadienne.
  • Elargissant la zone géographique : tout le monde cherche un job à Montréal ou Toronto, mais si vous élargissez vos recherches aux régions et provinces alentour, il ya tout de suite beaucoup moins de concurrence et souvent beaucoup d’offres !

Informations importantes pour les employeurs

Permis de travail ouvert

Lors de vos candidatures, précisez bien que vous allez disposer d’un permis de travail ouvert après validation du PVT. Avec ce type de permis, vous pouvez travailler pour n’importe quel employeur au Canada. En d’autres termes votre visa ne sera pas lié au maintien de votre nouveau travail.

Autre avantage pour l’employeur : il n’aura pas à réaliser de démarche supplémentaire pour l’embauche (une étude d’impact sur le marché du travail par exemple), ni à débourser de frais supplémentaires.

Exprimer clairement votre situation

Comme Sébastien le dit dans son témoignage, pensez à bien expliquer votre situation à votre futur employeur. Elle est claire pour vous, mais pas forcément pour lui. Il est important de lui faire comprendre dans vos échanges que :

  • la lettre d’embauche est indispensable pour passer les douanes et activer votre visa,
  • vous avez obligation de faire une quatorzaine de confinement à votre arrivée,
  • vous disposerez d’un permis de travail ouvert : pas de démarches supplémentaires à réaliser pour lui pour embaucher un travailleur étranger. 

Sébastien par exemple a du relancer plusieurs fois son employeur, car il ne comprenait pas l’urgence d’obtention de la promesse d’embauche. 

Retour à la liste des documents obligatoires

Quelles informations doivent apparaitre sur le contrat ?

Pour être valide auprès de l’immigration, demandez à votre employeur de faire figurer les informations suivantes :

Contrat de travail

  • Type de contrat ( saisonnier, mi-temps, plein temps…)
  • Début et durée du contrat
  • Titre du futur poste
  • Liste des activités principales dans la société
  • Lieu d’activité
  • Paragraphe précisant que l’entreprise est actuellement en activité et qu’elle s’engage à te recevoir dès la fin de ta période de quarantaine obligatoire
  • Coordonnées complètes de l’employeur (téléphone, mail et adresse postale)

Pour le format, essaye d’obtenir un document aux allures officielles :

  • Document à en tête si disponible
  • Date, signature et/ou tampon de l’employeur

Vérifications de l’immigration

Il est possible que les autorités de l’immigration à l’arrivée au Canada contactent directement votre employeur pour valider l’exactitude des éléments de la lettre d’embauche.

Pour certains partants, cette vérification a même été réalisé avant l’embarquement pour leur vol en France. Dans certains cas, l’agent d’immigration a demandé aux pvtistes s’ils disposaient dee leurs échanges avec l’employeur.

Pensez donc à prévenir vootree futur employeur qu’il pourrait être contacté par les autorités et conservez vos communications avec lui.

Payé pendant la période de confinement ?

Légalement, l’employeur a obligation de vous rémunérer y compris pendant la période de confinement de 14 jours. Dans les faits, des employeurs comme celui de Sébastien ne l’ont pas fait sans impact pour l’obtention du PVT.

Retour à la liste des documents obligatoires

Que mettre dans le plan de confinement ?

Le but du plan de confinement est de prouver à l’immigration que vous avez bien compris les règles de confinement obligatoires à votre arrivée au Canada et que vous disposez des moyens pour le respecter :

  • un logement pour les 14 prochains jours qui vous permettra de vous isoler du monde exterieur,
  • un moyen pour vos achats pendant le confinement (personne qui fera vos courses ou systeme de livraison),
  • un moyen de transport pour vous rendre immédiatement à votre lieu de confinement après l’aéroport (personne qui vous récupère / Taxi ou Uber / véhicule de location…).

Document à présenter

Les informations essentielles à présenter sur votre plan de confinement sont :

  • l’adresse du lieu de confinement,
  • le contact du propriétaire et personnes sur place ( propriétaire, personne sur place qui pourra faire vous courses ou achat de première nécessitée),
  • éventuellement le transport jusqu’à votre lieu de confinement.

Si vous avez un bail / reçu de location imprimez le par précautions mais il n’est pas obligatoire. Les quarantaines en hôtel, Airbnb ou en colocation sont bien autorisés.

Exemple de plan de confinement

Sébastien nous a transmis la lettre qu’il a fourni aux autorités et qui lui a permis d’obtenir son PVT. Vous pouvez éventuellement vous en inspirer.

Retour à la liste des documents obligatoires

Quels critères pour le vol et la compagnie aérienne ?

Avec les restrictions aux frontières, tous les vols pour le Canada n’ont pas repris mais les principales compagnies aériennes (Air France, Air Transat, Air Canada…) proposent tout de même des vols réguliers.

Réserver auprès de la compagnie

Pour éviter toute complication de vol, ou faciliter les procédures en cas de retard ou de perte des bagages… nous vous conseillons toujours de réserver directement auprès de la compagnie !

Les comparateurs tel que Skyscanner sont très utiles pour vérifier les écarts de prix ou simuler sur plusieurs dates/aéroport. Une fois le vol trouvé, nous vous déconseillons en revanche de réserver via des oérateurs tiers, surtout si c’est pour économiser une dizaine d’euros.

Éviter les transit ou changement de compagnie

Si vous parvenez à trouver un vol direct, vous êtes dans la situation idéale. Toutes les vérifications se feront au premier et unique enregistrement.

Un vol avec escale est nécéssaire si vous partez depuis la province, ou comme pour Sébastien, permet parfois de réduire drastiquement le prix du billet (une aberration du système, je l’entends bien). Si vous optez pour un billet avec un transit, nous vous conseillons d’opter pour des vols opérés par une seule et même compagnie ! Dans le cas inverse, vous allez probablement avoir à :

  • récupérer vos bagages lors du transit pour vous ré-enregistrer,
  • expliquer deux fois les raisons de votre départ,
  • courir le risque de ne pas être couvert en cas de retard du premier vol.

Compagnies aériennes et sites à utiliser

Si vous attendez d’obtenir une promesse d’embauche avant de prendre vos billets d’avion, il est probable que vous les réserviez en dernière minute. Il est alors possible de tomber sur des tarifs qui ont explosé.

Nous vous conseillons donc de faire des simulations sur Skyscanner ou Google Flight en activant les options de flexibilité (sur les dates et les aéroports de départ).

En même temps que vos contacts avec vos potentiels employeurs, vous avez intéret à regarder régulierement les calendriers et prix des vols des principales compagnies afin de proposer des dates qui arrangeront tout le monde (et en pensant aux 14 jours de confinement obligatoires à l’arrivée).

vol pour le Canada

Calendrier et tarifs des vols vers le Canada

➡️ Vols Air France
➡️ Vols Air Canada
➡️ Vols Air Transat

Retour à la liste des documents obligatoires

Derniers conseil pour un départ au Canada

Essayez de rester calme et serein autant que possible pour le passage par l’immigration. Vous n’êtes pas des hors la loi, et même surement bien plus préparé que les précédents pvtistes arrivés au Canada. Montez un dossier béton et tout se passera bien !

Une fois récupéré à l’immigration, vérifiez bien l’ensemble des informations inscrites sur votre PVT (orthographe des noms, restrictions, dates, etc). Des erreurs se glissent parfois et il sera beaucoup plus long et compliqué de demander des corrections une fois parti de l’immigration.

Hormis cela, félicitation, votre grande aventure canadienne débute enfin, dans des conditions étranges certes, mais avec encore plus de mérite pour vous !

FAQ – PVT Canada en période de coronavirus

Vais-je perdre mon PVT si je ne me rends pas au Canada ?

Non, IRCC a mis en place la possibilité de retarder de 90 jours, ceci deux fois de suite pour l’instant, la date limite d’entrée au Canada. Pour obtenir ce délai, il faut impérativement les contacter via ce formulaire en ligne dans les 30 jours qui précédent votre date limite d’entrée (et pas avant).

Soyez clair dans votre message : expliquez que les conditions actuelles ne vous permettent pas de vous rendre au Canada, d’où la demande d’un délai supplémentaire pour organiser votre arrivée au Canada et débuter votre PVT dans les meilleures conditions.

Nous ne savons pas encore si un troisième prolongement de la validité de la LI va être mis en place mais il est probable.

A-t-on intérêt à se rendre au Canada dans la période actuelle ?

C’est du cas par cas selon votre situation. Les voyages sont à éviter autant que possible et la période de confinement stricte dans un pays étranger est forcément contraignante.

Certain d’entre vous avez cependant déjà tout organisé pour le départ et se retrouvent dans des situations complexes (appartement en France déjà résilié, emploi quitté…). Si vous parvenez à respecter les règles de l’immigration pour l’embauche et le confinement, le départ peut clairement vous offrir une amélioration de situation. En mettant tout en place pour ne pas devenir un vecteur possible de transmission du virus, vous n’avez aucune honte à avoir en faisant le choix du départ.

La crainte de perte du PVT ne doit selon nous pas entrer en compte dans votre décision car l’immigration propose jusqu’à présent des solutions pour reporter votre départ et maintenir la validité de la LI tant que les frontières restent partiellement ouvertes.

Merci encore à Margaux et Sébastien pour leur témoignage précieux. Si vous avez des questions en suspend, ou souhaitez ajouter votre propre témoignage, nous serons ravi de les lire dans les commentaires !

Antonin
Antonin

Je suis l'ancien et le sage du duo, ou pas... 30 ans fêtés chez les kangourous, en me jetant dans le vide à 4500m d'altitude au dessus de Rainbow beach pour l'anecdote. J'ai aussi eu une histoire d'amour de 4 ans avec Montréal qui fut l'occasion de vadrouiller sur ce nouveau continent : le Pérou, les Rocheuses, l'Ouest américain, l'Alaska... J'ai tenté l'aventure australienne pour m'offrir un grand bol d'air et de découvertes! Pari gagné...

Commentaire(s)

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Abonne-toi ! Reçois nos bons plans

Reçois ton guide de bienvenue et les derniers conseils des voyageurs de la communauté Kowala.

Partager avec un ami