Hello les amis. Me revoilà donc sur la route en direction de ma prochaine famille. Fini l’époque de l’homme à tout faire à Guelph, faites place au nouveau Dorian : le French Farmer ! Je voulais découvrir la vie dans la campagne canadienne, la vraie ! Eh bien j’ai été servi.

Au cœur de l’Ontario

Pour cette nouvelle expérience en Helpx, je me suis rendu en plein cœur de l’Ontario, autant dire au milieu de nulle part. Mes hôtes, Jeanne et Bill, sont propriétaires de la Cachemire Farm dans la petite bourgade de Glencairn. Leur domaine est une vaste ferme de 29 hectares où cohabite une population très variée : une centaine de chèvres, trois chiens de berger pour le maintien de l’ordre, Penny le poney et enfin Bonnie et Clyde, à la fois cochons et célébrités du quartier.

helpx dorian ontario pvt
Bonnie and Clyde profitant des pâturages

Le travail ici n’est pas vraiment difficile. Au quotidien, il consiste principalement à nourrir les animaux le matin à 8 h et le soir à 4 h. Le reste de la matinée sert également aux travaux d’entretien de la propriété. Et les taches sont variées ! Décrassage de la grange, des enclos, mais aussi jardinage, bricolage, nettoyage de la maison… Ici il faut savoir être polyvalent.

Par rapport à mon précédent helpx, cette ferme a la particularité de recevoir des helpers en nombre constant, ceci à n’importe quelle période de l’année. Nous étions ainsi entre quatre et six helpers à donner un coup de main chaque semaine. Ce fonctionnement a de gros avantages, du moins au niveau social, car il permet de rencontrer un maximum de personnes, un peu comme dans une auberge de jeunesse finalement. J’ai ainsi rencontré d’autres Français, mais aussi une Allemande, une danoise, une Japonaise, un gallois… L’auberge n’était pas espagnole, mais bien canadienne ! Tout ça pour vous dire qu’il y avait du monde à la maison et que l’on ne s’ennuyait jamais.

helpx dorian ontario pvt
La team de Helpers

 Toi tu vivras par contre toi non… Désolé

Comme les deux cochons qui finiront en bacon à la fin de l’été, les chèvres elles aussi ne sont pas destinées à vivre éternellement. Toutes les deux semaines vient l’heure de la difficile loterie où il faut choisir trois ou quatre chèvres du troupeau qui devront aller à la boucherie le lendemain… Elles sont surtout élevées pour la production de viande, ou pour leur peau, généralement du cashmere, qui est vendu tous les samedis sur le marché.

Le marché
C’est jour de marché ! Qui veut de ma viande ou de mes savons, qui ?

Ce marché justement a lieu le samedi, journée toute particulière pour les helpers. Nous avons alors comme tâche et à tour de rôle d’accompagner Jeanne jusqu’à Brampton, à 1 h 30 de route de la ferme. Pour être au marché à 6 h, il faut se lever à 4 h, charger la voiture et partir au plus tard à 4 h 30… Aie !!! Autant dire que quand c’est ton tour, tu oublies la fête du vendredi soir.

Au Canada, une seconde famille tu découvriras

Vivre dans une famille HelpX qui héberge un grand nombre de Helpers vous donne l’impression de participer à une émission de télé-réalité. Vivre 24/7 peut paraître dérangeant, mais, croyez-moi, c’est l’une des meilleures expériences de ma vie. Les gens venant de tous les horizons, avec qui nous partageons les repas, les sorties et la vie de famille vous montrent a quel point une passion peut réunir les gens. C’est une aventure humaine vraiment spéciale, vraiment enrichissante !

Je profite donc de ce carnet de route pour rendre hommage à Jeanne et à sa famille. C’est une personne extraordinaire qui vous considère comme sa propre famille. Elle est toujours présente pour vous et vous fait oublier votre Home sick. Elle a toujours été présente et même ravie de nous faire visiter sa région et découvrir les particularités de son pays et ses nombreuses activités : Rodéo, soirées Fire Camp, Burger-Hot Dog party, Beer Pong… Car ici en effet, en tout bon canadien qui se respecte, on mange et on boit beaucoup !

Voilà mes amis le récit de mon aventure dans une ferme animalière au cœur de l’Ontario. Pour ma prochaine étape, direction l’aéroport le 30 aout pour un vol droit vers la belle Vancouver. Grand Ouest canadien, attention, j’arrive !

Consultez aussi : Photos de mon Helpx en Ontario, Canada

Le Helpx, en Pratique

Pour rendre le témoignage de Dorian encore plus utile aux futurs Backpackers et Pvtistes qui voudraient tenter le même genre d’aventure, nous lui avons posé quelques questions pratiques sur le Helpx et l’organisation autour de ce système.

As-tu mis longtemps pour trouver ton HelpX ? L’as tu anticipé avant le départ ou as-tu fait la demande en last minute ?

Je n’ai pas anticipé ce HelpX. Avant mon départ pour le Canada j’avais pris contact avec mon premier HelpX à Guelph, car je souhaitais avoir un point de chute pour mon arrivée. Pour celui-ci, je m’y suis pris environ 1 mois à l’avance. La réponse de Jeanne a été d’abord négative, car elle était full pour héberger un autre helper. Mais finalement et de ses propres mots, comme elle avait eu un très bon feeling lors de nos discussions, elle a fait en sorte de m’accueillir. Nous ne regrettons absolument pas, car nous sommes devenus très proches.

 As tu aussi cherché du côté du Woofing ?

Non, car je ne voulais tout simplement pas travailler que dans des fermes agricoles et biologiques. C’est là, la grande différence avec le HelpX. Mon objectif est de découvrir le Canada sous différents aspects et, de mon point de vue, le système HelpX est le mieux placé pour me le permettre. Jusque là ça a bien fonctionné : deux mois comme homme à tout faire dans une ville de 200 000 habitants, deux mois dans une ferme animale, et pour la suite je prévois de bosser dans une ferme agricole puis dans une auberge de jeunesse. 

As tu beaucoup dépensé pendant ton séjour à la ferme, ou c’était que du bonus ?

Non vraiment pour l’argent ça vaut le coup ! les seules dépenses ici, c’est soit pour les plaisirs personnels à la maison (bouquins, alcools ou autre), soit pour les produits d’hygiène, ou tout simplement pour vos sorties aux restaurants, dans les pubs… Pour le reste tout est assumé par votre host, enfin en contrepartie de votre bon boulot bien sûr.

Quels sont selon toi les gros avantages associés à ce mode de voyage (le HelpX) ?  Y vois-tu aussi des inconvénients ?

 J’y vois plusieurs avantages. Même si je prévois de faire du HelpX que pendant les premiers mois de mon trip, ce système me permet d’économiser pas mal d’argent pour la suite de mon voyage, là où les grosses dépenses vont commencer à arriver. Donc financièrement, c’est vraiment intéressant. Ensuite, c’est pour mois le meilleur moyen de découvrir la culture d’un pays en totale immersion dans une famille. C’est une aventure humaine géniale. 

Du côté des inconvénients je n’en vois que deux. Tout d’abord, le fait de parfois tomber dans une famille où vous êtes considéré comme de la main-d’œuvre gratuite et donc on vous exploite au maximum, vous faisant travailler plus de 6 heures par jour. Pour éviter ça, il est très important de regarder les commentaires des anciens helpers (sur le site Helpx.net) qui sont passés dans la famille. Ça permet de se faire une bonne idée de ce qui vous attend. Le deuxième inconvénient que je vois, c’est que ce n’est pas toujours possible, selon les caractères de s’adapter à l’environnement, au travail ou même à la famille. Une fille que j’ai rencontrée ici à la ferme est partie au bout d’une semaine parce qu’elle trouvait l’endroit trop bruyant (oui on s’amuse et on rigole beaucoup ici). Elle nous a donc quittés pour trouver un endroit plus calme… En gros, si on n’a pas un caractère à s’adapter, ou qu’on a des attentes trop précises, ça peut coincer.

Si vous avez d’autres questions à poser à Dorian, ou juste nous faire part de votre propre expérience, n’hésitez pas, commentez !

Immersion totale en Ontario : mon Canada try !
Vous avez aimé ?

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 11 novembre 2018