Saaaaamba ! Petit (enfin, grand) détour par le Brésil, où Daphné coule des jours paisibles en PVT Brésil. Elle nous livre tous ses conseils pour un voyage au Brésil réussi !

Témoignage : Daphné, 28 ans, expat’ en série

Pour comprendre quelle voyageuse est Daphné, certains détails disent plus que mille mots : elle finissait son travail en France le 28 septembre dernier, et atterrissait au Brésil le 4 octobre. Soit six jours pour préparer un départ à l’autre bout du monde… « Mais bon, je préparais le voyage depuis mai ! » temporise-t-elle devant mon étonnement. C’est ce qu’on appelle avoir le voyage dans le sang : il parait aussi naturel pour elle de prendre un bus pour le village d’à côté que de partir un an au Brésil…

Le parc national des Lençois Maranhenses… © Rosanetur

Ainsi, du haut de ses 28 ans, Daphné est avant tout une expat’ : des études de commerce en France, quelques années en entreprise au Luxembourg, puis un VIE en Argentine. Puis un retour d’une toute petite année en France avant de reprendre les valises, direction l’Amérique latine avec un PVT Brésil

Pourquoi un PVT Brésil ?

Pourquoi un PVT, pourquoi le Brésil ? Pour Daphné, l’idée de départ n’était pas tant de partir au Brésil… Que de partir tout court :

Quand tu as pas mal voyagé, tu as toujours un peu envie de repartir !

Ensuite, c’est un mélange de signes et de coïncidences (la vie, quoi) qui l’ont poussée jusqu’au Brésil. Car lors de son VIE en Argentine, un ami Brésilien l’y avait déjà emmenée plusieurs fois : « Tous mes petits voyages au Brésil, j’avais adoré… » Alors, quand elle apprend qu’un PVT Brésil est sur le point d’ouvrir, elle reste alerte. Et quand il ouvre pour de vrai, alors même que son CDD français se termine quelques mois plus tard, « je me suis dis que c’était un signe pour que je parte ». Direction Brasil !

Son objectif numéro 1 : « Apprendre le portugais ! » Et si ça doit passer par des rencontres, des aventures et de nouveaux paysages, alors tant mieux… Je l’interview au tout début de son PVT, mais son projet est tout réfléchi : commencer par découvrir Rio de Janeiro en s’y installant pendant six mois et en travaillant au Social Hostel, l’auberge de jeunesse d’amis à elle. Puis partir découvrir le reste du pays… Elle rêve déjà d’horizons brésiliens : dans la région de Bahia, elle voudrait visiter la capitale Salvador, mais aussi l’île de Tinharé et son village Morro de São Paulo. Elle voudrait aussi voir le magnifique parc national Chapada Diamantina et ses canyons…

Rio de Janeiro
Vue sur Rio de Janeiro, la cité merveilleuse. © Nico Kaiser

Rio de Janeiro : premières impressions

Arrivée au Brésil, Daphné s’est tout de suite établie à Rio – aussi appelée cidade maravilhosa (cité merveilleuse), pour vous donner une idée du charme de l’endroit. Quelques semaines seulement après son installation, elle a déjà ses repères : une coloc avec quatre Brésiliens, un compte en banque, un quartier qu’elle adore… Et ses petites habitudes : son cours de sport sur la plage, ses bars préférés et son marché à légumes du lundi, dans le quartier de Botafogo.

En vrac, elle me livre ses premières impressions : l’étrangeté que l’on ressent en arrivant au cœur des élections brésiliennes de 2018, le fait que tout le monde fasse du sport et la fascination du corps, les « meu deus » (« mon dieu ») à tout bout de phrase, le climat (qui change de la région parisienne !), la plage en pleine ville, la place de Whatsapp dans la vie quotidienne… Ce qui la marque le plus, à Rio de Janeiro, c’est la détente et la fête permanentes : « La plage dans la ville… ça donne une autre ambiance ! Les gens sont toujours dehors, en train de boire des bières… Ce n’est pas un cliché : tout le monde est tout le temps en Havaianas [une marque de tongs] ! » Les Brésiliens sont fidèles à leur réputation : « les gens sont plutôt accueillants, quand ils voient que tu es étranger et que tu connais pas grand monde, ils te proposent tout de suite des sorties… »

Fille voyageant seule : pour Daphné, pas de problème de sécurité !

Pour Daphné, il n’y a pas vraiment de problème de sécurité au Brésil… Tant qu’on est prudent ! « Les Brésiliens vont toujours te mettre en garde : fais attention, c’est dangereux, etc… Mais moi, je me déplace beaucoup toute seule, en vélo, en métro, à pieds, même le soir (jusqu’à une certaine heure, après je prends un Uber), et je n’ai pas de problème ! Après, évidemment, il faut pas se balader seule dans la rue, la nuit, avec son téléphone a la main… Bref, avoir une logique de base ! Et en cas de doute sur les quartiers à traverser, il faut demander aux amis et aux locaux. Le fait de parler portugais aide aussi à se sentir à l’aise… »

Le PVT tout juste entamé de Daphné a déjà son lot d’aventures : Une élection, quelques sorties, des imbroglios administratifs, une initiation à la raclette pour Brésiliens (« heu, Daphné, on fait quoi avec le fromage fondu ? »), une étrange découverte nommée le Camenbleu… Pour l’instant, elle découvre, mais elle est sûre d’une chose : le Brésil lui plait bien. En attendant de pouvoir nous en dire plus, elle nous propose des conseils pratiques pour bien commencer son PVT Brésil – mais avant, quelques chansons brésiliennes à la mode, pour se mettre dans l’ambiance !

Mise en bouche : le jukebox brésilien

Voilà la BO du Rio de Daphné ! Quelques musiques brésiliennes pour vous mettre dans l’ambiance… Il y en a pour tous les goûts : du tube oublié à la chanson que l’on entend 12 fois par jour à la radio…

Des bâtiments dans le centre de rio de janeiro, au Brésil.
Dans le centre de Rio de Janeiro © Alejandro

Vivre à Rio de Janeiro, au Brésil : les conseils pratiques de Daphné

Les premières démarches du PVT Brésil à faire sur place

En arrivant au Brésil, vous devrez faire deux démarches principales pour valider votre PVT. Ne les omettez pas : les papiers obtenus vous permettrons de louer un appartement, d’acheter une carte sim, d’ouvrir un compte en banque, etc.

  • Obtenir le numéro CPF. « On en a besoin tout le temps ! », prévient Daphné : elle conseille de le faire en arrivant… Et de le plastifier une fois obtenu ! Pour demander votre CPF, prenez votre passeport ainsi que la feuille qui a été agrafée à l’intérieur avec le visa : c’est cette feuille qui vous donne un numéro de « protocolo ». Commencez par vous rendre dans un Coreos (bureau de poste) ou dans une agence Banco Do Brasil pour payer une taxe de 5 ou 6 reals – soit 1,20 à 1,40 €. Conservez le reçu qui vous est délivré. Allez ensuite (à l’ouverture !) à la Receita Federal pour demander votre CPF. Deux heures plus tard, vous devriez ressortir avec le CPF.
  • Faites votre carte RNM, soit l’enregistrement auprès de la police fédérale : sans cette démarche, vous serez dans l’illégalité au bout de 90 jours. Consultez la liste des documents à apporter sur le site de la police fédérale.  Attention : cette démarche dure des heures. Daphné conseille d’arriver 2 h avant l’ouverture, et de prier pour arriver à entrer dans les 20 premiers !

Comment trouver un travail à Río de Janeiro ?

  • Un élément important : il faut parler portugais (ou du moins, se débrouiller) dans la plupart des jobs au Brésil.
  • Pour trouver des annonces, Daphné conseille les sites Riovagas, Indeed, ou tout simplement de faire des candidatures spontanées.
  • Autre source pour des plans boulot (qui marche aussi pour rencontrer des gens !) : les groupes Facebook Français au Brésil, Français et Belges au Brésil.

Comment apprendre le portugais ?<br>

Daphné conseille le site lebresilien.com : un site qui propose de la documentation assortie d’exercices, de vidéos, et de cours en ligne par Skype. Bon, ce n’est pas donné : 350 € le tout… Pour les plus fauchés, misez plutôt sur des applis comme Duolingo ou Babbel, et/ou trouvez des cours avec un natif…

Comment trouver un logement à Rio de Janeiro ?

  • Pour trouver une chambre en coloc à Rio de Janeiro, Daphné conseille de se servir des groupes Facebook Aluguel de quartos – rio de janeiro (rj) et Aluguel zona sul – rj. L’avantage : la possibilité de trouver une coloc avec des Brésiliens !
  • Elle a trouvé une colocation rapidement, après seulement 4 visites. Elle estime que louer une chambre est plutôt facile : pas de garanties à fournir, mais seulement une caution, une signature de contrat.
  • A noter : vous aurez très souvent besoin de votre CPF !
  • En terme de quartier, elle aime bien celui où elle habite, Botafogo : « plus vivant, moins touristique » que les quartiers près de la plage comme Copacabana ou Ipanema… Mais aussi plus tranquille.

Se déplacer à Rio avec le vélo libre service (Bike Rio)

C’est le moyen de transport principal de Daphné à Rio de Janeiro : le vélo libre service. Il existe des stations dans plusieurs quartiers de Rio. Voir le site officiel de Bike Rio !

Cours de sport à Copacabana Rio de Janeiro Brésil
Cours de sport sur la plage de Copacabana. Plus sympa que la salle non ? © Daphné

Que voir, que faire à Rio de Janeiro ?

  •  L’un des endroits préférés de Daphné à Rio, c’est Mureta da Urca : un simple muret au bord de la baie, pour se poser au bord de l’eau avec les copains et profiter de la fin de journée…
  • Au rayon parc et bain de nature, Daphné conseille d’aller voir le Parque Lage, qui en plus d’être immense et très beau, est le point de départ de beaucoup de balades – y compris celle qui permet d’atteindre le Cristo, qui domine la ville. Elle conseille aussi le Parque da catacumba, « un cocon de verdure avec vue sur la ville… »

A Rio, la plage est vraiment dans la ville, avec tous les buildings le long de la mer… Mais si tu vas un peu en retrait, dans les parcs, dès que tu marches 5 minutes tu te retrouves dans une espèce de jungle, avec beaucoup de verdure. Dès que tu montes, tu te retrouve avec des points de vue sur la ville… 

parque Lage rio de janeiro brésil
Dans le parque Lage. © Kelly Sato
  • Pour sortir le soir – et boire des caïpirinha ! -, Daphné aime bien le bar-restaurant Pavao azul ou, un peu plus chic, le Canastra à Ipanema.
  • Faire des cours de sport sur la plage : avec l’application MUDE, il suffit de s’inscrire, et c’est gratuit !
  • Pour le weekend, elle conseille de profiter des nombreux marchés de Rio, pour manger des fruits délicieux, acheter de l’artisanat local, ou écouter de la musique…
  • Elle conseille de faire une rando au cœur de la ville, en grimpant le Morro Dois Irmaos, qui domine la ville !

Pour travailler, aller à la bibliothèque du Consulat<br>

Pour travailler ou lire, Daphné conseille d’aller à la bibliothèque du Consulat.

Voyager au Brésil : les 3 immanquables de Daphné

  • L’un des coups de cœur de Daphné, ça a été son voyage à la Ilha de Marajó, une île située en Amazonie, bordée par le fleuve, aussi sauvage que lumineuse. En trois jours de bateau sur le fleuve, elle a rejoint Alter-do-Chão, une presqu’île avec des plages magnifiques…
  • Une autre île à voir, cette fois dans l’état de São Paulo : Ilhabela, sur l’Atlantique, point de départ de randos pour aller voir des cascades.
  • Autre genre d’endroit, le parc national Lençois Maranhenses et ses dunes de sables, au creux desquelles se nichent des mares d’eau… Que l’on peut aussi visiter à cheval, et même au coucher du soleil !
La Ilha de Marajo ! C’est comme qui dirait magnifique… © Zé Carlos Barretta

Que boire, que manger au Brésil ?

  • Daphné conseille de profiter de la profusion de fruits délicieux – et en particulier des mangues !
  • Côté snack et nourriture de rue, elle conseille de goûter les salgados, ces petits pains chauds farcis de fromage, de jambon typiques du Brésil…
  • Dans le nord, au bord de la mer, goûter le poisson tout juste sorti de l’eau, et notamment la moqueca de Bahia – un poisson blanc cuisiné avec une sauce à la coco.
  • Au rayon insolite, notez l’existence du Camembleu, un étrange mélange de camembert et de gorgonzola.
  • Côté boissons, la bière est très répandue, mais Daphné conseille de jeter son dévolu sur les fameuses caïpirinha – ou caïpi, pour les intimes. Déjà parce que c’est bon, mais aussi parce que c’est tellement brésilien !
Lençois Maranhenses dunes brésil
Daphné et une de ses amies dans le parc national des Lençois Maranhenses, au Brésil. © Daphné
PVT Brésil : le témoignage de Daphné (en tong Havaianas !)
Avis : 5/5 | 2 votes

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 11 février 2019