Tout vient à point à qui sait attendre. Nul dicton n’a jamais été plus approprié pour l’Australie où les offres d’emplois peuvent couler à flot pour ceux qui savent tenir la barre, changer de cap, mais aussi se laisser porter par le courant. En effet, l’Australie c’est à la fois de la planification et du lâcher prise, dénicher les opportunités tout en laissant les choses venir à soi ; mais plus que tout, c’est une question de timing et de réseau. 

Consultez aussi : Trouver un job en Australie, mode d’emploi

Pour décrocher un job en Australie, ne le cherchez pas « à la française » !

Voilà maintenant un an que nous avons largué les amarres. Après une année à vadrouiller en Asie, nous voici en terre australe avec un objectif : trouver du travail ! A peine arrivés, nous commettons déjà notre premier faux pas : nous postulons en couple et nous sommes tirés à quatre épingles. 

Nous remarquons vite que ce n’est pas la bonne technique. En effet, il est plus facile pour un employeur d’avoir en face de lui une seule personne, et dans sa main un seul CV. Il pourra ainsi discuter librement avec vous, apprendre à vous connaître et vous questionner sur votre expérience ; voir même vous prendre à l’essai sur le champ.

Adoptez une tenue décontractée

Le costard cravate ne sera pas non plus votre meilleur allié pour décrocher un job ; bien que vous fassiez un effort vestimentaire, l’Australien est quant à lui sérieux MAIS détendu au travail. Ici pas de chichis ; on bosse bien et dans la bonne ambiance. Alors à vous d’adopter les codes et de vous fondre dans la masse : restez motivés et impliqués, mais souriants et à l’aise. Sauf si vous visez les hauts sommets, préférez le jean basket au costume de cérémonie. Les Australiens ont l’esprit cool, adaptez vous au pays ! 

La première semaine, nous perdons notre temps et notre énergie à arpenter les rues et à distribuer nos CV pour très peu de résultat. Nous passons toutes nos soirées en compagnie de nos deux nouveaux potes Seek et Gumtree (sites de recherche d’emplois en Australie), qui n’ont d’ailleurs pas grand chose d’intéressant à raconter en ce moment. 

Certes, il est toujours préférable de se présenter physiquement auprès d’un employeur afin qu’il puisse voir votre frimousse et également évaluez votre niveau d’anglais. Cependant, la plupart des gens que vous verrez ne seront pas les managers mais seulement les employés ; bien sûr ils seront ravis de vous aider en transmettant votre candidature à leur supérieur, mais vous ne serez malheureusement qu’un CV de plus sur la pile des backpackers en quête d’argent. Rien ne fera vraiment la différence, et vous finirez épuisés après avoir fait tout ses efforts pour finalement ne pas réussir à décoller.

Savoir prendre la vague de l’emploi en Australie, tout un art !

Les backpackers hostels : vos meilleurs alliés pour obtenir tous les bons plans

À l’auberge de jeunesse, les autres ont l’air moins investis que nous pour décrocher un boulot. Lorsqu’entre deux avenues nous repassons par l’hostel pour la pause déjeuner (oui, il faut bien manger quand même) et recharger notre pile de CV, nous croisons Clément, dans le canapé, emmitouflé dans son plaid et un bol de muesli à la main. « Toi aussi tu cherches du boulot ?  Bah pourquoi t’es encore en pyjama à 11h du mat ? »  Clément, serein et souriant, nous réponds : « T’inquiètes pas, ici en Australie, tout vient à point à qui sait attendre ». Ce n’est que plus tard, au gré des rencontres et au fil des discussions, que nous prenons conscience des deux ingrédients magiques qu’il nous manquaient pour trouver un job en Australie : patience et communication. 

Consultez aussi : Sydney : les meilleurs backpackers

Le réseautage, arme fatale de l’emploi en Australie

En discutant avec les autres, nous comprenons que ce sont les groupes de voyageurs qui créent les connaissances, les astuces, les bons plans et les opportunités. Le secret, c’est de temporiser, observer, parler, échanger ; nouer des liens pour se rendre compte que nous sommes tous des marins qui souquons ferme ensemble pour faire avancer nos bateaux. 

Maximiser vos chances en multipliant les interactions: préférez les auberges de jeunesse aux hôtels, sortez boire un verre dans des lieux propices aux rencontres. Il n’y a pas que la bière qui peut couler à flot ; les opportunités de jobs aussi. 

Par exemple, le groupe d’allemands qui squatte le canapé tout les soirs vous expliquera tout ce qu’il faut savoir pour bosser en construction (adresses, équipements, et même les réponses à l’examen pour l’obtention de la white card). Le matin, vous aurez l’habitude de croiser Tony, qui travaille dans la plantation d’arbres et qui vous rencardera dès qu’une place se libérera dans son équipe. En attendant de trouver un job, vous allez voir le gérant de l’hostel pour échanger des heures de ménage contre une nuit gratuite. «Vous cherchez du boulot ? Mon frère a besoin de quelqu’un, vendeur dans une boutique de tableaux ça vous intéresse ? » Super, c’est parti pour un essai mardi ! Sans compter la crêperie, découverte par hasard au coin d’une rue et qui vous propose un job de six mois en cuisine ; le français arrivé hier qui vous donne en deux minutes le lieu et la date d’une ferme solaire qui va bientôt démarrer ; et votre ancien pote rencontré en Malaisie qui est justement sur la route pour aller faire la saison des avocats…On sent que la marée commence à monter ! 

Rencontrez, discutez, échangez, rencardez, offrez, recevez ! Soyez disponible, étudiez les possibilités, évaluez les risques. Quand le bon moment arrive pour vous, lancez vous et prenez la vague !

Jobs saisonniers : restauration, bâtiments, hôtellerie… il y en a pour tous les goûts !

Maintenant que vous avez les bons plans, il faut se jeter à l’eau ! Choisissez votre planche et exercez-vous, vous surfez déjà (presque) comme un pro. Laissez-vous porter par les rencontres, les infos, les bons plans que vous trouverez au gré du vent. 

Alors que certains choisissent de rester au port pour quelques temps, d’autres embarquent dès la semaine suivante pour les saisons ; certains optent pour le fracas des centre-villes alors que d’autres préfèrent voguer seuls vers le bush. Quand la saison touristique arrive, c’est marée haute : de nombreux postes sont à pourvoir dans différents domaines ; en revanche, une fois la tempête passée, n’hésitez pas aller voir sur l’autre côte si l’eau n’est pas plus bleue.  

N’hésitez pas à essayer et changer de job

Certaines vagues vous ramèneront peut être sur le rivage, ou peut être est-ce vous qui descendrez de votre propre chef de la planche, trop bancale ou pas assez rodée. Maintenez l’équilibre, profitez tant que le soleil brille, et si des nuages apparaissent, n’hésitez pas à changer de cap ! De nombreuses vagues vous attendent, et une fois que vous avez pris la première, vous n’avez plus qu’à garder le rythme et vous laisser porter !

Gardez tout de même un œil sur l’horizon, car si vous souhaitez valider votre deuxième année de WHV, mieux vaut ne pas s’y prendre à la dernière minute pour réaliser vos trois mois (88 jours) de ferme obligatoires. Les saisons tournent vite et des paramètres imprévus (pluies, mauvaises saisons, fermetures plus tôt que prévu…) ont déjà empêcher des visa d’être renouvelés, parfois même à dix jours près ! Prenez le temps de vous informez, de calculez, et de planifier, en fonction des lieux et des saisons. Prenez également en compte le type de fruit ou légume que vous souhaitez récolter : en effet, tous ne vous apporteront pas la même fatigue, ni le même salaire.  

N’hésitez pas également à vous amuser en tentant de nouvelles figures (c’est tout l’objet du voyage, et de la vie en général !). Que vous soyez expérimenté ou pas pour le job en question, l’important est d’aller à la rencontre de votre employeur, de s’investir et travailler consciencieusement. En Australie, on évalue plus vos quali tés humaines que ce que la société a bien voulu vous donner comme titre sur un bout de papier ! Et c’est ce qu’on apprécie ici, on vous donne votre chance, et l’on peut vraiment devenir qui l’on veut pour peu qu’on y mette un peu d’implication et de motivation.  A vous de choisir quel nouveau métier vous voulez essayer !

N’hésitez pas à vous amuser en tentant de nouvelles figures (c’est tout l’objet du voyage, et de la vie en général !). Que vous soyez expérimenté ou pas pour le job en question, l’important est d’aller à la rencontre de votre employeur…

Notre expérience dans le monde de l’emploi en Australie

Mes deux premiers mois en Australie, chronologiquement :

  • 4 journées entières de distribution de CV,
  • plus de 150 candidatures déposées (principalement dans le domaine hotellerie-restauration),
  • 0 appel en retour,
  • 1 essai « à chaud » en restaurant de luxe qui n’a pas aboutit,
  • une quarantaine de backpackers rencontrés, 
  • des dizaines d’opportunités de travail échangées (fermes solaires, entreprises de déménagement, restauration, bâtiment, fermes agricoles…),
  • 2 semaines de travail en service dans une crêperie française, 
  • 2 semaines de travail dans un magasin de posters et tableaux (je n’ai aucune expérience dans ce domaine),
  • 1 opportunité de travail de 6 mois en tant que chef cuistot (je n’ai aucune expérience dans ce domaine) que j’ai refusé au profit d’une opportunité pour un travail saisonnier.

Les 10 clés de la recherche de travail en Australie

  • Allez à la rencontre de vos employeurs : préférez les face à face plutôt que les échanges par mail.
  • Munissez vous toujours de votre cv (en anglais évidemment). Cela peut paraître évident mais peut faire la différence avec des backpackers moins organisés…
  • Postulez seul plutôt qu’à plusieurs.
  • Habillez-vous et comportez vous comme les australiens : sérieux et motivé, mais sympathique et détendu.
  • Échangez au maximum avec les backpackers : nombreux conseils, astuces, bons plans et contacts vous attendent.
  • Persévérer. 
  • Soyez disponible, prêt à saisir les opportunités et à démarrer rapidement.
  • Sachez également virer de bord si les circonstances le nécessitent (saisons avancées ou retardées, durée de contrat, ou tout simplement meilleur salaire…)
  • Si vous souhaitez poursuivre une deuxième année en PVT, ne perdez pas de vue vos trois mois de ferme obligatoires et anticipez-les pour ne pas être pris de cours.
  • Profitez de l’abondance des offres et de la facilité d’y accéder pour découvrir de nouveaux métiers.
  • Amusez vous !

Comment prendre la vague de l’emploi en Australie : notre expérience en PVT
Avis : 4.8/5 | 4 votes

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 2 novembre 2018