PVT Corée du Sud : mon volontariat Helpx dans une ferme

Alors que nous recherchions un hôte à Séoul, nous recevons un message sur Helpx. « Nous avons besoin de volontaires. Contactez-moi dès que possible ». Après quelques jours de réflexion, nous décidons de nous lancer dans l’aventure. Au programme : travailler dans une ferme à Cheongsong en Corée du Sud via Helpx

Une longue expérience d’accueil

15h00, nous arrivons dans le village de Cheongsong, à 224 kilomètres de Séoul. Sur place, nous faisons connaissance avec notre hôte : Kim. Il est propriétaire d’une petite exploitation agricole. Il y vit avec sa femme. Elle tient un restaurant dans un village voisin. Tous deux n’ont pas d’employés. Ils leur arrivent parfois de faire appel à des locaux. La plupart du temps, ils reçoivent des volontaires via Woofing et Helpx. Depuis huit ans, ils en ont déjà accueilli plus de quatre-vingts.

Devenir volontaire sans parler Coréen

Si vous ne parlez pas un mot de coréen, ne vous en faites pas ! Certes, Kim ne parle pas beaucoup l’anglais. Mais il y a toujours moyen de se débrouiller ! Nous avons eu la chance qu’une volontaire soit notre traductrice. Pourtant, ne pouvoir échanger que dans une langue pousse à l’apprendre davantage !

La culture du crosne du Japon

La principale activité agricole de Kim est le 초석잠 (chosokjam). En français, on l’appelle crosne du Japon. Il s’agit d’un tubercule comestible connu pour ses vertus médicinales. En effet, il aide à prévenir et à lutter contre les pertes de mémoire. La plantation se fait au début du printemps. La récolte, quant à elle, a lieu à la fin de l’automne. Kim est l’un des neuf producteurs de Corée du Sud. La région de Cheongsong est davantage connue pour  sa production de pommes.

Le crosne du Japon est un tubercule qui mesure environ 1 à 3 cm. Il est blanc nacré.
Le crosne du Japon après la récole.

Notre travail à la ferme 

Le travail est de six heures par jour et six jours par semaine. L’horaire est découpé en deux : de 7h30 à 10h30 et de 14h à 17h. Parfois, il arrive que l’horaire soit plus léger. Les activités sont assez diversifiées. Elles ne sont pas trop physiques non plus. Cela va de l’installation d’une serre à la récolte de légumes divers (choux, poireaux, etc.). En fonction des saisons, le travail est différent. Comme nous y étions à la fin de l’automne, nous avons ramassé et trié des crosnes du Japon.

Première étape : arracher les plants et ratisser la terre à la recherche du précieux tubercule. Les crosnes du Japon se trouvent aux extrémités des racines. Ils forment une sorte de grappe autour de celles-ci. Une fois récoltés, la seconde étape est de retirer les racines. Une partie des crosnes sont séchés et cuits. Le tri consiste alors à jeter ceux qui sont carbonisés et abîmés.

Comment consommer les crosnes du Japon ?

Les crosnes du Japon brut sont utilisés en cuisine (soupe, salade, etc.)Tandis que ceux séchés sont utilisés pour les infusions.

Une source d’inspiration

Lors de notre arrivée, les autres volontaires nous ont prévenus. À force de travailler, nous allions rêver du crosne du Japon. En effet, les tâches sont simples et ne nécessitent pas de réflexion. Pendant le tri, nous avons vu toute notre vie défiler. À moins que vous ne soyez fan du crosne du Japon, vous risquez aussi de faire le bilan de votre vie. Un volontaire a été pour le moins inspiré par celui-ci. Il a composé et interprété une chanson spécialement pour nous. En voici quelques extraits : « 초석잠 (chosokjam), c’est ma vie. Je pense à toi, 초석잠 (chosokjam), quand je suis seul et que je me sens perdu. Quand j’ère dans les rangs à moitié nu, je pense à toi, 초석잠 (chosokjam). Quand je suis seul, je pense à toi. »

À la découverte des spécialités culinaires coréennes

Le midi et le soir, Kim emmène les volontaires au restaurant de sa femme. Vous pourrez ainsi découvrir de nombreuses spécialités coréennes. Pour n’en citer que quelques-uns : kimchee (chou fermenté épicé), mandu (ravioli coréen), jajangmyeon (plat de nouilles à la sauce soja), etc. Tous les plats sont issus de la cuisine coréenne. Les produits sont locaux. Le restaurant propose des plats variés.  Si vous êtes végétarien, pas de problème ! Le restaurant propose aussi des alternatives sans viande.

Temps libre et visites culturelles

Les temps libres sont l’occasion de découvrir les hôtes, les autres volontaires et aussi la culture coréenne. Que ce soit un départ ou une arrivée, il y a toujours un  événement à célébrer. Lorsque c’est le cas, nous nous retrouvons autour d’un verre de soju (= alcool de riz) ou somaek (alcool de riz + bière). Le Soju est très répandu en Corée du Sud. Il se trouve dans les supermarchés. Peu cher (moins de 2 euros) et fort en teneur d’alcool, c’est l’un des alcools les plus populaires.

Notre hôte emmène aussi parfois les volontaires faire des activités le dimanche. Nous avons ainsi eu l’opportunité de visiter deux sites historiques à Geongju :

  • le Temple Bulguksa classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
  • le parc des Tumuli dans l’aire de Daereungwon où se trouvent des tombes de rois, de reines et d’aristocrates. Un tumulus est une sorte de pyramides « version coréenne ». L’extérieur des tombes forme des petites collines recouvertes de gazon.

Les jeux de Soju

Lors de notre séjour, nous avons eu l’occasion de tester plusieurs jeux coréens : 

  • Le jeu du bouchon : on fait tourner la tige métallique (entre le bouchon et la bouteille) sur elle-même. À tour de rôle, les participants donnent une pichenette sur la tige métallique. Celui qui arrive à la détacher complètement gagne la partie. Les participants à la droite et gauche du gagnant boivent leur verre cul sec. 
  • Un autre jeu consiste à deviner le numéro qui se trouve à l’intérieur du bouchon. Il s’agit d’un numéro allant de 1 à 50. Les participants ont seulement six chances. Si personne n’a trouvé au-delà, tout le monde boit. Si gagnant il y a, les autres participants doivent boire leur verre cul sec.

K-pop et culture coréenne

Une autre volontaire était, quant à elle, fan de K-pop. Pendant le travail ou lors des soirées, elle nous a fait connaître quelques artistes et chansons. Si vous ne connaissez pas, K-pop est l’abréviation de « Korean Pop ». Il s’agit de musique pop coréenne. Les artistes de K-pop sont la plupart du temps des groupes. On peut les comparer à nos boys band des années 90. C’est un véritable phénomène culturel en Corée du Sud. Voici notre sélection :

  • IKon – Love scenario
  • BTS – Idol
  • Twice – Yes or Yes
  • Wanna one – Boomerang
  • Blackpink – DDU-DU DDU-DU

Kakao, les applications incontournables

Kakao est une firme coréenne qui propose plusieurs applications. Il est le leader du marché en Corée du Sud. Voici quelques applications du groupe Kakao :

  • Kakao map : “Google maps” coréen
  • Kakao music : service de streaming musical. Il permet d’acheter et partager de la musique.
  • Kakao talk service de messagerie gratuit (appels et messagerie instantanée). Le « WhatsApp » coréen.
  • Kakao T : réservation de services de transport (taxi, etc.), recherche de places de stationnement à proximité, service d’informations routières en temps réel.
  • Kakao metro : plan de métro des principales villes de Corée du Sud. Itinéraire, horaire et coût.

Une expérience de voyage hors du commun

Après la ferveur de Séoul, le calme de Cheongsong et l’authenticité de ses habitants nous ont charmés. Je ne connaissais pas le milieu agricole mais j’ai adoré ! Heureusement que mon compagnon m’a persuadé d’y aller ! Si je ne l’avais pas écouté, je serais probablement passée à côté d’une belle expérience…

Devenir volontaire chez Kim

Si vous aimez la nature, le travail à la ferme et que vous voulez découvrir la culture coréenne, découvrez le projet de Kim !

Se rendre à Cheongsong depuis Séoul

  • Prendre le train à partir de Séoul Train Station jusqu’à Dongdaegu Station.
  • Prendre le bus de Dongdaegu Station jusqu’à l’arrêt Cheonsong-bullo.

Activités à Geongju

  • Temple Bulguksa
    Adresse : 385, Bulguk-ro, Gyeongju-si, Gyeongsangbuk-do
    Admission : 5 000 wons (environ 3.90 €).
    bulguksa.or.kr
  • L’aire de Daereungwon
    Adresse : 9, Gyerim-ro, Gyeongju-si, Gyeongsangbuk-do
    Admission : 2 000 wons (environ 2,30 €).
    english.visitkorea.or.kr
    guide.gyeongju.go.kr

PVT Corée du Sud : le témoignage de Maéva

Commentaire(s)

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Abonne-toi ! Reçois ton guide voyage

Reçois ton guide de bienvenue et les derniers conseils des voyageurs de la communauté Kowala

Partager avec un ami