Après s’être envoyé en l’air à Rainbow beach, notre compte en banque est plus bas que terre. L’occasion de constater que le marché du travail n’a vraiment pas le moral en Australie non plus. Est-ce l’effet de la crise ou d‘un trop-plein de backpackers cette année ? Probablement un peu des deux ! Résultat, les offres sont rares, Gumtree est bourré d’arnaques ou de petits plaisantins, et les places vacantes n’ont pas le temps refroidir que dix backpackers se battent pour s’y mettre. Alors on épluche les petites annonces, on appelle toutes les agences agricoles du Queensland pendant deux semaines, et ça finit par payer.

Job trouvé ! Direction les champs de patates

Direction Rockhampton, « la ville du bœuf », à 600 bornes au nord de Brisbane. Une signature qui fait rêver… Heureusement, cette ville de taille moyenne a tous les commerces possibles et une librairie tout juste construite avec Wi-Fi illimité. Surtout, nous serons logés à la ferme. À nous l’électricité, la douche et les bons petits plats, et il faut bien ça pour compenser avec la pénibilité du travail. Car nous sommes sur le point de ramasser des patates douces pendant près de deux mois, et je ne vous cache pas que j’ai connu plus excitant comme boulot. C’est sans compter sur notre boss à la langue bien pendue qui, dans son infinie sagesse, a installé une radio et des enceintes sur la machine où nous passons des heures debout, à nettoyer et trier nos chères pommes de terre. C’est peu de choses, mais ça a sauvé pas mal de nos journées de labeur. Car vous vous en doutez, la tâche est quelque peu répétitive.

Sweet potatoes farm
Sweet potatoes farm

Il faut dire aussi que nous sommes bien tombés. Notre petite famille d’accueil est adorable, il semble que ce soit la règle en Australie. Et nous sommes grassement payés, entre 20 et 30 dollars de l’heure selon les tâches réalisées. Et nous donnons 20 dollars par semaine pour utiliser les facilités, une bouchée de pain dans ce pays. Le seul hic, nos semaines de travail sont rythmées par la météo qui n’a pas l’intention de nous laisser tranquilles.

Les environs de Rockhampton

On profite donc de nos days off pour visiter les alentours en passant par les côtes de Yeppoon ou encore les reliefs de Backdown Tableland National Park le temps d’un weekend camping. Encore une fois, on a choisi la bonne période, nous sommes quasiment seuls et nous apprécions encore plus les marmites d’eau douce et la cascade spectaculaire au bout du parc.

Tableland Backdown
Cascade de Tableland Backdown

Le boulot à la ferme

Notre dernière semaine chez Eric et Kristie se termine sur un jeu de construction. Notre mission, construire une serre de 6 mètres par 30, n’est pas une mince affaire. Les ingénieurs d’Ikea n’ont pas bossé sur le manuel de montage qui fait 50 pages et donne des instructions parfois très floues. Après quatre jours entiers, on aura au moins terminé l’essentiel de la structure sans s’arracher trop de cheveux. Avant de partir pour les Whitsunday islands, on ne déroge pas à la traditionnelle soirée crêpes pour remercier nos hôtes de leur gentillesse, mais aussi de nous avoir permis de financer la fin de notre voyage en Australie et notre bonus d’un mois et demi en Asie. Le compte à rebours est enclenché puisqu’il nous reste un mois pour faire les Whitsundays, le Kakadu, Uluru et vendre notre cher van. Tout un programme !

Montage de la serre
Montage de la serre

Toutes nos photos du sweat potatoes picking à Gracemere

Corvée de patates dans le Queensland
Vous avez aimé ?

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 19 novembre 2018