Un budget bien ficelé pour votre PVT en Argentine est essentiel. Parler d’argent en Argentine, c’est, comment dire… compliqué. Vous l’apprendrez très vite, les prix et les taux de change y sont comme des montagnes russes, ce qui rend toute prévision difficile. Mais pas de panique : on va vous donner ici les meilleurs conseils pour que vous (et votre porte-monnaie) soyez bien préparés à cette grande aventure… ¡ Vamos !

Avant de partir : le coût du visa

La demande de PVT/WHV pour l’Argentine est gratuite. Il vous faut néanmoins prévoir d’investir dans un contrat d’assurance obligatoire et un billet d’avion aller-retour.

Assurance santé et assistance (obligatoire) — 400 €

Nous avons choisi le contrat Cap Working Holiday de Chapka : comptez aux alentours de 400 € pour être assuré un an à l’autre bout du monde avec la réduction Kowala. Même si vous ne restez que 6 mois en Argentine, il est obligatoire d’être assuré pour toute la durée du visa, soit 12 mois. À vous de vérifier auprès de l’assurance si elle vous rembourse les frais dans le cas où vous décidiez d’écourter votre séjour (c’est le cas de Chapka par exemple). Vous pouvez comparer les garanties des différentes assurances PVT/WHV pour vous faire votre propre opinion.

Code promo : jusqu’à 40 € de réduction sur l’assurance PVT/WHV de Chapka

Pour bénéficier des 5 % de réduction, il suffit de cliquer sur n’importe quel lien Chapka de ce site pour être identifié comme lecteur Kowala. La réduction sera automatiquement appliquée.

Billet d’avion — 1000 à 1300 € aller/retour

Une fois que vous avez la confirmation de l’obtention de votre visa par le Consulat (et pas avant !), vous pouvez acheter votre billet d’avion.

Pour trouver le vol le moins cher et le plus adapté à votre voyage : essayez avec différentes dates de départ, différentes villes de départ, depuis plusieurs ordinateurs, consulter les agences de voyages, appeler les compagnies…

Votre date de départ détermine en grande partie le prix du billet. Par exemple, partir en octobre est souvent beaucoup plus cher que de partir en janvier. Si vous avez le choix, adaptez donc votre période de voyage !

Si vous souhaitez rester une année entière en Argentine, vous allez vous heurter au problème du retour. En effet, les compagnies ne vendent pas les billets avec plus d’un an d’anticipation. Les billets aller-simple sont souvent plus chers qu’un aller-retour (allez comprendre). Les billets dits « open » ne semblent pas exister pour aller en Argentine. Une seule solution : vous devrez acheter un retour que vous changerez par la suite. Pensez donc à vous renseigner sur les conditions d’échange de votre compagnie pour ne pas avoir de surprises !

Notre petit secret : servez-vous du train !

Si, comme nous, vous avez la chance d’habiter dans une ville desservie par le train low-cost Ouigo, regardez les prix des billets d’avion au départ de plusieurs villes : Lyon, Paris, Marseille… Car ça vaut le coût de mettre 10 € dans le train pour en gagner 100 sur le prix du vol, non ?

On a choisi un aller-retour acheté directement sur le site d’Air France, avec un changement de billet qui nous a coûté 150 €. Pour réduire les coûts, nous sommes partis de Lyon, et nous avons pris un Ouigo Marseille-Lyon pour 10 €. Au final, on reste dans une fourchette correcte : on s’en est tirés pour 1040 € chacun pour l’aller et le retour.

Préparation de votre sac : les indispensables

Visa et billet d’avion en poche, vous faites face à un défi de taille : faire rentrer dans un sac un an de votre vie… Pour des frais minimum, évidemment. Challenge accepted !

Montée avec nos sacs à 3400 mètres d'altitude
Quand vous faites votre sac, réfléchissez bien avant de le surcharger : car vous pourriez bien vous retrouver à grimper une montée à 3400 mètres d’altitude… Et c’est dur !

En bons campeurs du dimanche, on s’est limités à un petit tour chez Décathlon et on s’est équipés total Quechua (on n’est pas sponsorisés par Quechua, on est juste fans de leurs prix) :

  • Un sac à dos, pas trop gros, mais pas trop petit : 50 €
  • Une paire de pompes étanches et confortables : 40 €
  • Une doudoune bien chaude qui rentre dans un tout petit sac : 30 €
  • Un kit de camping (tente, matelas, sac de couchage minuscule) : 60 €
  • La fameuse serviette microfibres : 5 €
  • Les essentiels pour la survie en tente : un couteau (on sait de quoi on parle, on a passé les premiers mois à découper nos tomates aux ciseaux), un thermos (pour le maté, che !), une lampe frontale : 20 €
  • Un super appareil photo pour immortaliser les moments de galère : 250 €

Chacun ses essentiels : vous trouverez une liste made in Kowala des 20 accessoires indispensables pour vous faciliter la vie en voyage dans laquelle on vous invite à piocher allègrement !

Erreur à ne pas faire : se dire qu’on achètera sur place…

En Argentine, tout est cher, et en particulier le matériel de camping, les habits, l’électronique. On en a fait les frais : on a payé l’équivalent de 35 € deux minuscules tapis de sol à Mendoza… Ça fait mal au porte-monnaie !

Pour sélectionner ce que vous allez emporter, pensez à bien prendre en compte TOUS les paramètres. Où et quand allez-vous voyager ? Plutôt campagne ou ville, nord ou sud, été ou hiver ? Car il est inutile de vous encombrer de la tente si vous comptez rester à Buenos Aires pendant un an. Et inversement, prévoyez une augmentation du budget camping et équipement chaud si vous comptez aller camper en Terre de Feu, au (littéralement) bout du monde…

Consultez aussi : Préparer son sac avant un PVT/WHV et tour du monde

Vivre en Argentine : combien ça coûte ?

Introduction au fonctionnement de l’économie argentine

La monnaie argentine est le peso ; son code est ARS et son signe $, comme le dollar. Vous allez vite vous en rendre compte, l’Argentine, c’est cher. Passé l’euphorie des premiers jours (restaus, bières en terrasse, cinés, cafés), il vous faudra mettre en place le « programme fourmi » : dépenser peu, mais bien.

Le problème principal, c’est qu’en Argentine, les prix sont aussi aléatoires que la loterie. Pour essayer de comprendre (et devenir, comme tout Argentin moyen, un pro de l’économie), il y a deux choses à prendre en compte : l’inflation et le taux de change.

L’inflation est galopante : plus de 40 % en 2016, 25 % en 2017, 47,6 % (!) en 2018… Concrètement, ça veut dire que les prix augmentent sans cesse… Mais pas de manière linéaire. Votre kilo de pâte peut ne pas changer de prix pendant trois mois, mais votre trajet de bus peut passer de 90 $ à 110 $ en une semaine… On l’a vécu !

Autre problème, la monnaie est très volatile : la valeur de vos euros change tout le temps, au gré de processus politiques et économiques mystérieux. Pour vous donner un exemple, entre janvier et août 2017 à Buenos Aires, le cours de l’euro est passé de 17 $ pour 1 € à 20 $ pour 1 €… Ce qui fait qu’un produit à 100 $ (par exemple, une grande pizza dégoulinante de mozzarella) nous coûtait 5,80 € en janvier, et 5 € en août. Ce n’est peut-être pas grand-chose comme ça, mais faites le calcul sur un loyer mensuel à 6600 $ : en quelques mois, notre loyer est passé de 388 € à 325 € ! C’est bien quand c’est dans ce sens, mais ça peut aussi être dans l’autre…

Mise à jour de novembre 2018 : 1 € vaut désormais plus de 40 $ !

Comme le peso s’effondre, les euros sont de plus en plus forts. Alors qu’1 € valait 20 $ en août 2017, ce même euro vaut 40 $ en novembre 2018.

Prenez donc bien ces deux éléments en compte dans la construction de votre budget : revoyez régulièrement vos chiffres et allez consulter les taux de change !

Pour retirer de l’argent en Argentine, oubliez les banques. Les retraits bancaires sont limités, et coûtent une petite fortune : les commissions de retrait sont hallucinantes. Western Union existe, mais les démarches pour obtenir l’argent sont toujours un peu laborieuses. La solution miracle, c’est Azimo. Il suffit de télécharger l’application, de faire un virement, et vos pesos devraient être disponibles dans un point de retrait sous quelques heures ! Le premier transfert est offert.

Pour vivre vos premiers jours en Argentine, nous vous conseillons d’amener des euros à échanger sur place. Vous trouverez des bureaux de change un peu partout. Vous entendrez aussi parler du « Blue Market », le marché de change parallèle, très populaire il y a quelques années. Aujourd’hui il est un peu passé de mode, d’abord parce que les taux n’y sont plus si avantageux, mais aussi parce que vous vous exposez au risque de récupérer des faux billets…

Astuce fourmi : Faites vos comptes…

… Ça permettra d’éviter les surprises en milieu de voyage ! Il y a deux écoles : celle du bon vieux carnet, ou celle plus moderne de l’application téléphone. Pour notre part, on a testé et approuvé l’application Tricount, disponible sur Android et iOS.

Le coût du logement en Argentine

Si vous ne restez que quelques jours, vous pouvez opter pour le Couchsurfing pour vous éviter les frais d’hébergement (et rencontrer des Argentins). Pour des prix corrects, vous pouvez aussi miser sur les auberges de jeunesse, recensées sur le site Hostelworld. A Buenos Aires, soyez attentifs à où vous mettez les pieds : ça ne sert à rien de se retrouver dans un quartier dangereux pour économiser quelques euros. Pour commencer, les quartiers de Palermo et San Telmo sont parfaits.

A Buenos Aires, nous avons opté pour l’une des auberges les moins chères de Palermo, dans le dortoir mixte de 14 lits (oui, 14). La nuit y était à 160 $, soit 8 € au cours de l’époque, avec petit-déj’ et accès wifi inclus. C’est loin d’être luxueux, voire un peu crado, mais c’est la version cheap !

À noter : les prix de Buenos Aires ne sont pas ceux de toute l’Argentine ! En Patagonie par exemple, tout est plus cher : nous avons payé 300 $ (soit 15 € au cours de 2017) pour un lit dans un dortoir glauque d’une auberge pas terrible… Qui était la moins chère de San Martín de Los Andes !

Pour du plus long terme, comptez entre 6000 $ et 12000 $ mensuels (150 € – 280 € au cours actuel) pour une chambre dans une coloc à Buenos Aires… Voire beaucoup plus dans des quartiers à la mode comme Palermo. Ces chiffres datent de novembre 2018, mais vous pouvez avoir une idée des prix actuels en consultant les annonces sur Craiglist Buenos Aires, Compartodepto, et le groupe Facebook des Français en Argentine — Buenos Aires.

Mise à jour novembre 2018 : des prix en baisse pour des européens

C’est un peu triste à dire, mais le peso qui s’effondre est paradoxalement assez bénéfique pour un européen détenteur d’euros… Car même si les prix en pesos augmentent, vos euros valent plus qu’avant. C’est ce que j’ai constaté en cherchant les prix des colocations : il est moins cher de se loger à Buenos Aires en 2019 qu’en 2017…

Le coût de la culture et de la nourriture en Argentine

Voici une idée des prix en Argentine en janvier 2019 :

  • Café : 100 $ (avec 10% de pourboire inclus) soit 2,35 €
  • « Plato del día » (plat du jour) au restaurant : 220 $ soit 5,10 €
  • Le plat de base au supermarché : un paquet de pâtes + un sachet de sauce tomate : 60 $ soit 1,40 €
  • Bière d’un litre à se partager au bar : 180 $ soit 4,80 €
  • Cigarettes : 60 $ pour les moins chères fumables soit 1,4 €
  • Une séance de ciné, une entrée au musée, une place de concert : 140 $ soit 3,30 €
  • Transport urbain : 18 $ le trajet de bus soit 0,40 €

Notez bien que ces prix sont dans la fourchette basse de ce que vous pouvez trouver dans les quartiers du centre de Buenos Aires. Quand nous y étions, nous vivions avec peu, sans pour autant nous priver de toute sortie. Pour vous donner une idée générale, nous vivions en 2017 avec environ 40 € de dépenses par semaine et par personne (hors loyer). En 2019, bien que l’économie argentine soit de plus en plus mauvaise, les prix convertis en euros restent à peu près stables.

Coût des transports en Argentine

Vous ne comptez pas passer tout votre PVT à Buenos Aires ? Grand bien vous fasse ! Le pays est immense et regorge de paysages tous plus fous les uns que les autres : glaciers dans le sud, déserts dans le nord, Cordillère des Andes à l’Ouest et océan Atlantique à l’Est…

Rome2Rio, le site pour préparer vos déplacements

Rome2Rio est un indispensable : vous entrez votre trajet, et le site vous liste toutes les possibilités de transports que vous avez (bus, avion, train), avec le nom des compagnies et les prix (pas toujours exacts, mais toujours dans la bonne fourchette). Ça sert aussi bien pour préparer le voyage que sur place pour savoir vers quelle compagnie se tourner !

Prix pour se déplacer en bus

Les bus en Argentine ne sont pas trop chers, et offrent un confort nettement supérieur aux bus français : on vous offrira souvent des petits encas et des repas (mmmm les alfajores) !

Exemples de prix en janvier 2019 :

  • Buenos Aires à Mendoza (environ 1000 kms) : à partir de 800 $ soit 20 €
  • Buenos Aires à Iguazu (environ 1200 kms) : à partir de 1100 $ soit 25 €
  • Buenos Aires à Punta Arenas, au Chili (environ 2700 kms) : à partir de 3700 $ soit 86 €

Au départ, l’achat de billets de bus semble une mission compliquée : devant l’enfilade de guichets du Terminal, comment identifier celui où vous devez aller ? C’est tout l’intérêt du site Rome2rio, qui vous permet de connaitre les compagnies et leurs prix à l’avance et d’aller directement au bon guichet.

Prix des avions (vols internes) en Argentine

 Nous n’avons pas testé les avions (la faute à notre fameux « budget fourmi »), mais c’est une solution adoptée par beaucoup d’Argentins : les vols internes ont des prix corrects (ils sont même parfois équivalents à ceux des bus), et surtout, ça évite de passer 38 h dans un transport (oui, on l’a fait : c’est dur). Toujours avec le site Rome2rio, vous devriez avoir une idée des prix et des compagnies vers lesquelles se tourner.

Frontière Argentine-Chili
Certes, le bus est beaucoup plus lent que l’avion. Mais il est moins cher et, vous en conviendrez, les paysages que vous traversez ne sont pas atroces… Ici, à la frontière entre l’Argentine et le Chili.

Se déplacer en stop et en covoiturage

Pour beaucoup d’Argentins à qui nous avons posé la question, faire du stop ou du covoiturage revient à de l’inconscience : la question de la sécurité est centrale. Nous n’avons pas essayé, mais les retours de voyageurs sont divers : de ceux qui se sont fait dépouiller au bord de la route à ceux (beaucoup plus nombreux !) qui ont parcouru 5000 kilomètres sans aucun problème.

Que vous dire, donc ? De ne pas avoir peur et de suivre votre instinct… tout en gardant en tête cette question de la sécurité. Nos conseils seraient tout simplement de ne pas hésiter à laisser passer une voiture si le conducteur ne vous inspire pas, et, surtout, d’avoir toujours un peu d’argent au cas où vous ayez à prendre le bus ou à dormir dans le premier hôtel que vous trouvez.

Voyager économique : le volontariat

Vous souhaitez faire des rencontres ? Faites du volontariat ! Vous voulez économiser de l’argent ? Faites du volontariat ! Vous voulez faire de nouvelles expériences ? Mais faites du volontariat, vous dis-je !

Le principe : en échange de quelques heures de travail par semaine (en principe, entre 25 et 30 heures), vous êtes nourris, logés, blanchis. Les missions et les lieux varient : les expériences que nous avons faites vont de la construction d’un jardin au milieu des Andes à la réception dans une auberge de jeunesse à Valparaíso…

Volontariat à Ñorquinco, en Patagonie Argentine
La mission de Romain pendant notre volontariat à l’Ecocamping de Ñorquinco, en Patagonie Argentine : arracher TOUS les bambous morts de la forêt !

Il existe deux sites principaux qui recensent les annonces : Workaway et HelpX. Nous avons choisi HelpX, qui malgré un design complètement ringard (on se croirait sous Windows 98), regorge d’annonces. Moins connu que Workaway (… donc moins de concurrence), il nous a semblé que les annonces y étaient plus variées. L’inscription permet d’avoir accès à tous les contacts : elle coûte environ 20 € pour un an.

Quelques astuces pour économiser à Buenos Aires

 Où (bien) manger ?

  • Notre grande découverte lorsque nous étions en auberge, ça a été les « comida al peso » : des buffets à emporter où vous pouvez acheter des plats cuisinés, au poids. Pratique pour ne pas manger uniquement des « empanadas » ou des pâtes !
  • Si vous vous offrez le luxe d’un restaurant, misez sur les « plato del día » : le midi, beaucoup de lieux proposent un plat unique, avec un prix qui inclut aussi l’entrée et le dessert.
  • Pour le petit-déj’ au café : pensez à regarder les « promociones », un prix qui inclut café et viennoiseries.
  • Quand vous faites les courses, sachez que les supermarchés sont parfois plus chers que les commerces de quartier, notamment sur les légumes, la viande, le fromage…
 Où boire une bière en terrasse ?

  • Pensez aux « hora felíz », soit le happy hour version argentine (elle n’est pas jolie cette traduction ?). Presque tous les bars en ont. Ils appliquent souvent le « dos por uno » (deux pour le prix d’un) sur une sélection de boissons.
 Comment se déplacer ?

  • Adoptez l’Ecobici, le vélo de la ville ! Non que les déplacements coûtent très cher : le problème vient surtout de leurs horaires aléatoires. L’inscription est gratuite. Par contre, soyez prudents… La conduite à Buenos Aires est fidèle à sa réputation : chaotique !
 Où sortir ?

  • Veillez les bons plans de la capitale ! Chaque jour, vous pourrez trouver des activités pour les petits porte-monnaie : séances de ciné pas chères, cours de danse gratuits dans les clubs de tango, musées moins chers certains jours de la semaine…
 Où se loger pas cher ?

  • Vous souhaitez vivre à Buenos Aires ? Pensez à San Telmo ! Un peu moins à la mode que Palermo, mais tout aussi charmant, vous y trouverez des chambres un peu moins chères.
Volontariat à Uspallata
Uspallata : une petite oasis au milieu de la sécheresse des Andes…
Quel budget prévoir pour une année en PVT Argentine ?
Avis : 5/5 | 1 vote

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 17 janvier 2019