S’il y a bien quelque chose qui peut littéralement gâcher votre voyage, c’est bien le fait d’avoir mal choisi vos habits : trop chaud, ou pas assez, aussi respirants qu’un sac plastique, pas confortables, bien trop lourds à transporter… Les manières de se planter dans le choix de vos tenues sont innombrables. À l’inverse, il existe des vêtements parfaitement adaptés au voyage (retrouvez directement notre sélection de vêtements ici) qui, par des choix intelligents de textile ou de conception vous font presque oublier que vous portez des vêtements (sans pour autant vous obliger à découvrir le tourisme naturiste). Nous les avons découverts au fur et à mesure de nos nombreux voyages, et maintenant on ne les quitte plus : en voyage, en weekend, mais aussi au quotidien. Si vous n’avez jamais entendu parler de textiles comme le Tencel ou la géniale laine mérinos, si vous ne connaissez pas la technique des couches, si vous n’avez jamais entendu parler des marques Outlier ou Seagale, si vous cherchez les meilleurs habits pour le voyage, cet article est fait pour vous !

Les propriétés d’un bon vêtement de voyage

Quel est le meilleur vêtement que la nature ait créé ? Pas la peine de chercher très loin, c’est probablement notre peau ! Elle régule notre température, notre humidité, s’adapte aux conditions extérieures et nous protège de toutes sortes d’attaques extérieures. Une vraie petite merveille ! Si nous n’avons jamais fait aussi bien en terme vestimentaire, un bon vêtement va travailler en collaboration avec notre peau, en participent à son gros boulot de régulation, ou à minima, en ne l’empêchent justement pas de bosser correctement.

En plus de ces considérations « techniques », un bon vêtement de voyage sont ceux va apporter un véritable confort psychologique : « je sais que mon pantalon ou ma jupe ne va pas s’arracher de bas en haut en montant sur ce bateau », « je sais que je ne vais pas avoir totalement l’air ridicule en entrant dans cet hôtel »… Vous voyez de quoi je parle ?

Finalement les meilleurs vêtements sont probablement ceux qui se font le plus vite oublier ! Vous êtes tellement bien dedans, ils sont tellement le prolongement de vous-mêmes, vous avez tellement confiance en eux, que vous oubliez carrément que vous les portez.

En voyage, les contraintes sont encore plus nombreuses avec des habits qui doivent s’adapter à de nombreuses conditions, à plus d’activités, à moins d’entretien… Pour arriver à un tel résultat (c’est loin d’être facile), ces vêtements miraculeux doivent être :

  • Respirants : Rien de pire que d’isoler votre corps dans une couche totalement isolée, à moins d’être un adepte du hammam permanent.
  • Confortables : Un peu de douceur sur votre peau, et de flexibilité pour vos mouvements, par pitié !
  • Légers : que ce soit dans votre sac ou sur vous, il faudra quoiqu’il arrive les porter !
  • Polyvalents : pour éviter d’emporte toute sa garde-robe, la chemise que vous pouvez porter autant en randonnée qu’en soirée fera merveille !
  • Sans entretien : lavage et repassage, deux contraintes qu’on a envie d’oublier en voyage. Et même si on avait envie, c’est compliqué.
  • Étanches (pour les couches extérieures) : idéal pour le petit voyage en Asie en pleine saison des pluies.
  • Non allergènes : les moustiques sont déjà là pour nous embêter avec notre peau, pas besoin d’en rajouter.
  • Beaux : qui a un jour décrété que tous les vêtements « techniques » ou « sportifs » devaient être fuchsia ou verts fluo ? Si on le trouve celui-là…
pantalon neige Seagale vetement voyage

Le moment où tu apprécies d’avoir chaussures et pantalon parfaitement imperméables

Les textiles magiques en voyage

La nature fait souvent très bien les choses, il « suffit » ensuite de savoir la mettre en valeur, ou de l’imiter aussi bien qu’on peut. Les textiles ne font pas exception à cette règle : la plupart des textiles de l’habillage ont une origine directement naturelle (végétale ou animale). C’est seulement depuis le milieu du 19e que les fibres synthétiques sont apparues, soit pour améliorer certaines caractéristiques (élasticité, durabilité ou résistance aux mites par exemple), soit pour abaisser les coûts de production. Si certains de ces textiles synthétiques sont aujourd’hui extrêmement intéressants dans le domaine du voyage et/ou du sport, je voudrais me concentrer sur deux fibres naturelles vraiment géniales en voyage et qu’on connait encore trop peu.

La laine Mérinos

Personnellement, j’ai fait la découverte de la laine mérinos en partant étudier 3 ans au Québec. La rudesse de l’hiver sur place n’est pas une légende, j’ai bien gouté à quelque -40 °C. Le pire dans ces conditions, c’est qu’on jongle en permanence entre ces températures polaires et les +20 °C du métro ou de l’université. Pour l’habillage adéquat, c’est un vrai casse-tête ! Ces chocs thermiques multiples m’ont d’abord permis de découvrir la technique des couches (ou technique de l’oignon) que tout québécois qui se respecte connait. On en reparle plus bas. Mais ma véritable révolution personnelle arriva lorsque je me suis offert des dessous (ou second skin) en laine Mérinos. Certes, il faut assumer le look « catseyes » (les trentenaires comprendront), mais j’ai surtout découvert un textile extrêmement doux et confortable, ultra flexible, et surtout qui s’adapte au froid comme au chaud ! C’est le pouvoir thermorégulant de cette laine, et il est juste incroyable : contrairement à ce que je pensais, je ne mourrai pas de chaud avec ces collants même par 25 °C, et je n’avais pas froid par -30 °C, miraculeux ! Autre qualité incroyablement appréciable de la laine mérinos : elle ne retient par l’humidité et neutralise les odeurs. Pour finir, ces collants m’ont tenu 7 ans, avant qu’ils ne fassent la rencontre de méchantes mites. Niveau résistance à l’usure, j’ai rarement trouvé mieux. En bref je venais de découvrir celui qui a tout compris à la mode : le mouton !

Passer des vêtements en coton basique à des vêtements intelligents en mérinos, c’est un peu comme passer de la tomate espagnole à la tomate bio de Provence. En général, tu ne reviendras pas en arrière ! ;)

Depuis je me suis équipé en vêtement de laine mérinos pour tout ce qui reste près du corps, chaussettes, T-shirts et sous-vêtements, et j’en suis ravi. Et si mon expérience ne vous suffit pas, je peux aussi vous citer celle d’Alexandre Poussin : quelqu’un comme vous et moi, à ce détail prêt qu’il a déjà fait le tour du monde en bicyclette, ou traversé l’Afrique à pied, du Sud à l’extrême Nord (un voyage réalisé avec sa femme Sonia qu’ils racontent dans Africatrek). Pour ce dernier voyage, c’est 14 000 km de marche qu’ils ont englouti en quelque 3 années et demie d’efforts (et de pas mal d’aventures, je vous conseille le livre). Dans Marche Avant, Alexandre Poussin nous livre les enseignements et réflexions qui sont ressortis de ses voyages atypiques. Au chapitre des équipements, il nous explique justement qu’ils adoptèrent des chaussettes en laine mérinos pour cette traversée à pieds de l’Afrique. Certainement pas la première matière à laquelle on aurait penser pour un tel périple !

chaussette laine pour traverser afrique

14 000 kilomètres, à pieds, en Afrique… le tout avec des chaussettes en laine

Ces propriétés de la laine mérinos viennent directement de leur usage dans la nature : les moutons d’Australie et de Nouvelle-Zélande (entre autres) s’en servent pour se protéger à la fois des rudesses de l’hiver et des grosses chaleurs. Comment ça fonctionne ? La laine emprisonne dans sa structure une fine couche d’air qui va elle même servir de parfait isolant. À l’inverse du coton, leur laine est hydrophobe grâce à la kératine qu’elle contient. Ainsi l’humidité ruisselle le long des fibres et s’évapore en surface bien plus rapidement qu’avec du coton, créant du même coup une réelle sensation de fraicheur lorsqu’il fait chaud. Une merveille de la nature je vous dit !

Les propriétés géniales de la laine mérinos

  • thermoregulante
  • ne capte pas les odeurs – naturellement antibactérienne
  • ne se déforme pas
  • douce et légère
  • sèche rapidement
  • se lave facilement et demande peu d’entretien
  • naturelle et biodégradable
  • durable
  • protège des UV
laine merinos vetement voyage

Eh ouais mon gars, ma laine, c’est de la pure technologie !

Le Tencel

Voici une autre fibre naturelle découverte en me penchant plus dans l’univers du vêtement technique : le Tencel (ou Lyocell). Une fibre qui nous vient tout droit de l’eucalyptus : la pulpe de l’arbre est extraite via un circuit quasi fermé (solvant recyclable ne donnant aucun rejet de polluant dans l’environnement). À la sortie, on obtient une fibre extrêmement douce et très résistante. Concernant les propriétés de régulation de la transpiration, c’est pas mal non plus : la fibre de Tencel peut absorber de grande quantité d’humidité tout en restant sèche à l’extérieur. Ainsi vous conservez une sensation de fraicheur, mais les odeurs et bactéries, elles, ne peuvent pas se développer, car la surface est sèche. La nature est sacrément bien faite quand même !

Les propriétés non moins géniales du Tencel

  • maintien au frais
  • neutralise les odeurs
  • régule la transpiration
  • infroissable
  • doux et léger
  • durable
  • respectueux de l’homme et de la planète
koala eucalyptus tencel vetement voyage

Mince, je suis plus le seul à savoir que l’eucalyptus c’est trop bon !

Comme tout voyageur aime sa planète (eh oui, sans planète le voyageur risque de s’ennuyer un peu), vous serez heureux d’apprendre que le Tencel est une des fibres les plus « eco-friendly » qui soit ! Sans rejet de polluants comme dit plus haut, les bois utilisés proviennent d’exploitation forestière labellisée (vérifiez le label FSC) où les arbres ne sont pas manipulés génétiquement et ne nécessitent aucun apport en eau artificiel (et ne vous inquiétez pas, on ne deforeste pas non plus les forêts australiennes de notre ami le koala). Pour vous donner une idée de l’apport écologique de ce textile, dites vous que là où un T-shirt en coton nécessite 6m2 de surface au sol et environ 400L d’eau pour sa fabrication. Il faudra 10 fois moins de surface et 10 à 20 fois moins d’eau pour un T-shirt en Tencel !

LES LABELS À SURVEILLER

Que ce soit pour votre peau, ou pour participer à votre manière à une économie plus durable, écologique et respectueuse des hommes, vérifiez les origines de vos textiles. Pour le Tencel, les labels FSC et PEFC indiquent une exploitation de l’eucalyptus raisonnée. Pour la laine mérinos, vérifiez la certification museling-free qui garantit une production sans maltraitance pour l’animal. Si vous vous orientez vers le coton malgré tout, recherchez autant que possible les cotons bio, le label GOTS garantissant une agriculture bio, l’absence de tout composant toxique en fabrication et des conditions de travail décentes.

S’habiller en voyage : la technique des 3 couches

Maintenant qu’on est un peu moins des newbie du textile et qu’on sait que le mérinos n’est pas un parfum de glace, il est temps de comprendre comment s’habiller. En voyage, le but est de s’adapter à toutes les conditions possibles : le chaud, le froid, l’humide ou le sec, le venteux comme le pluvieux, et j’en passe. Aucun vêtement à lui seul (à ma connaissance) ne permet de s’adapter à tout ce cocktail de conditions. En revanche, en combinant intelligemment les propriétés de certains textiles, on peut arriver à des ensembles quasi parfaits ! Cette technique d’habillage provient plus du monde du trek, mais prend tout sons sens dès qu’on part pour de longs voyages, d’autant plus si vous visitez des pays où le climat peut être rude : froid, pluvieux ou avec de grands écarts de températures.

Mettre en place la technique des couches

Cette technique consiste à associer intelligemment plusieurs couches de vêtements qui, par leurs propriétés spécifiques et leur compatibilité efficace, vont vous permettre d’être parfaitement à l’aise dans n’importe quelle situation.

schema technique des couches de vetement randonnée voyage

Régulation des flux dans la technique des 3 couches

  • 1ère couche : Surement la plus importante, car elle est en contact direct avec votre peau. Vous avez besoin ici de vêtements respirants qui doivent absolument laisser passer la transpiration. Si vous m’avez suivi jusque là, on oublie donc le coton et on privilégie des matières hydrophobes tels que la laine mérinos (ou à défaut en fibres synthétiques). Cette première couche vous sert aussi de première isolation, et de protection contre les UV si vous l’utilisez seule.
  • 2ème couche : cette couche vous servira à garantir un bon maintien au chaud dans des conditions plus fraiches. La couche d’air emprisonnée entre cette couche et la première va en effet servir d’isolant, à la manière d’un thermos si vous voulez. Cette couche doit aussi maintenir un transfert efficace de l’humidité vers l’extérieur pour que vous ne ruisseliez pas dessous. On adopte en général des vêtements polaire ou doudoune, mais le mérinos fonctionne aussi très bien si vous voulez rester au naturel !
  • 3ème couche : c’est celle qui en prend le plus dans la gueule : vent, soleil, pluie et frottements en tout genre. Elle sert justement à vous protéger de toutes ces « agressions ». Il faut donc qu’elle soit imperméable et/ou coupe-vent, mais doit également continuer à être respirante pour évacuer l’humidité de votre corps. Un sacré boulot donc ! C’est sur cette couche que s’« amusent » en général le plus les concepteurs de vêtements high-tech avec l’utilisation de membrane Gore Tex et autre Polartec. Au-delà de toute cette haute technologie, mon conseil est de vraiment privilégier une veste respirante, qui dépend de son tissu, mais aussi de sa conception avec par exemple des systèmes de zip et d’aérations au niveau des aisselles, du dos, etc.

Cette technique des couches est bien sûr à adapter selon les conditions du moment, et votre activité. Dans la très grande majorité des cas, la simple première couche suffira. Ça sera le cas dans la plupart des pays chauds et secs. Si le vent se lève, ou la pluie arrive, il suffira de rajouter la troisième couche pour maintenir un confort maximal. La deuxième couche, elle, aura plus de sens dès qu’il commence à faire trop froid pour que la première couche garantisse seule votre maintien au chaud. C’est une question d’assemblage intelligent en fonction du temps, ou du sport pratiqué. Le plus important : rester à l’écoute de son corps !

meilleur vetement a emporter en voyage

Quand il fait trop chaud, la technique du plus de couches fait aussi du bien !

Dans mon cas, j’utilise maintenant dans 99 % des cas en voyage uniquement la première couche (pantalon ou short polyvalents, T-shirt et dessous en Mérinos), et j’ajoute un soft-shell (veste qui combine les propriétés de la seconde et dernière couche) dès que j’ai besoin de me protéger du froid, du vent ou de la pluie.

S’habiller en Voyage : les tenues interchangeables

Autre règle ultra importante en voyage : ne surtout pas surcharger son sac ! Sinon vous allez transpirer, piétiner, souffrir du dos, bref, autant ne pas partir. Hors le plus gros de vos bagages va surement consister en vêtements ! Pour alléger cette « section », il est important de trouver des vêtements légers, mais surtout de ne pas multiplier les tenues ! Chacun de vos T-shirts doit s’accorder avec vos short(s), jupe(s) ou pantalon(s). Faites des essayages avant le départ, et ne conservez que vos habits qui s’associent bien entre eux. Pour les fantaisies, mieux vaut à la rigueur acheter une fois sur place. Ainsi avant le départ, mon conseil est vraiment d’opter pour des « basiques » qui s’accordent facilement entre eux, et ainsi réduire énormément votre quantité de vêtements !

Que vous partiez pour une semaine, un mois ou même un an, et avec des vêtements qui peuvent se porter sans problème sur plusieurs jours sans lavage (ni odeurs dérangeantes), vous pourrez vite vous contenter de :

  • 2 à 3 sous-vêtements
  • 2 à 3 paires de chaussettes
  • 2 à 3 Tshirts ou hauts légers
  • 1 pantalon/jupe de rechange
  • 1 short de rechange
  • 1 pull
  • 1 veste
  • une paire de chaussures polyvalentes et une paire de tongs

Et voilà, pas plus. Je vous promets que vous voyagerez bien plus confortablement avec seulement ceci sur le dos !

vetement basic Outlier voyage

Les basiques de la marque Outlier – les couleurs sombres et unies sont les plus simples à associer

Les marques de vêtement voyage friendly

Dernier point, mais pas des moindres : où trouver ces vêtements miraculeux qui vont me rendre la vie plus belle en voyage ? Je ne les connais pas toutes, mais j’ai quelques bonnes adresses à vous conseiller dans la grande distribution ou dans le spécialisé.

Les spécialistes des vêtements en laine Mérino

Pour les spécialistes de la laine mérinos d’abord, mes collants provenaient de la marque américaine Icebreaker, un véritable spécialiste pour les sous-vêtements et premières couches de qualité. Vous pourrez aussi trouver de très bonnes pièces chez le concurrent suédois Woolpower ou l’Américain Smartwool.

Les enseignes où s’équiper

En boutiques, vous pourrez trouver quelques vêtements en mérinos chez Décathlon, ou pour un bien meilleur choix dans les boutiques Vieux Campeur. La marque Uniqlo propose aussi des modèles de basique à des prix défiant toute concurrence. Attention tout de même à la qualité de leur laine (je n’ai pas pu vérifier leurs labels) et à l’épaisseur souvent très fine de leurs pulls (économie oblige).

Les marques Techwear spécialistes du vêtement voyage

Et puis il y a les plus petites marques du techwear qui se sont spécialisées dans les vêtements qu’on peut garder toute une vie, qu’on soit chez soi, au sport, en vacances tranquilles ou en grandes sorties de plein air. La première se nomme Outlier et nous vient tout droit de New York City. Son origine ? L’idée que les habits du quotidien sont terriblement inappropriés pour faire du vélo ou du sport en général. Ils ont ainsi créé un pantalon qui se porte au travail comme à la maison, mais avec le confort et l’élasticité d’un jogging. Depuis ils ont lancé toute une gamme de vêtements intelligents et résistants, à la fois passe-partout et confortables.

PLUS CHER LE TECHWEAR ?

Ces vêtements dits techniques ou techwear sont souvent plus chers à l’achat que des vêtements classiques (quoiqu’avec certaines marques...) Les tarifs ne grimpent pas à cause d’un logo, mais bien des matières premières : géniales, mais bien plus couteuses. Cependant, en considérant la versatilité, la durabilité et le confort qu’apportent ces vêtements, on relativise vite ces tarifs. De mon point de vue, je fais d’énormes économies en achetant uniquement 3 à 4 tenues qui remplacent les dizaines d’autres que j’achetais auparavant. Si on considère en plus qu’ils nécessitent moins d’entretien (peu de lavage, aucun repassage), le bénéfice est encore plus grand. Avec de tels vêtements, vous limitez votre frénésie d’achat, votre impact sur l’environnement, et vous faites du bien à votre peau en dépensant certainement moins ! Ça parait trop beau, mais c’est bien vrai !

Dans la même lignée, ce fut ma dernière découverte et une des meilleures, il y a la marque Seagale. Celle-ci, enfin, est bien française, et basée dans le sud, à Toulon exactement. Aux origines de la marque, c’est plus le maillot de bain qui a été un déclic : vous savez ce maillot si « confortable », équipé d’un filet qui sert d’épuisette à algues et qui vous gratte dès qu’on sort de l’eau. Les deux fondateurs en ont eu marre de cette gêne permanente, et ont inventé un maillot dans lequel on se sent enfin bien (j’en parle plus bas), dans comme hors de l’eau ! Depuis, leurs collections ne cessent d’évoluer avec des vêtements alliant intelligemment Merinos, Tencel et autres textiles techniques. Ces vêtements s’adaptent autant au quotidien qu’au voyage, et transforment littéralement votre manière d’appréhender vos vêtements. Je pense en toute sincérité que tout bon voyageur devrait emporter au moins une pièce de leurs collections dans leur sac à dos. Ces vêtements changent votre vie en voyage, en tout cas ils ont changé la mienne !

Les modèles de vêtement géniaux en voyage

De toutes ces marques qui produisent du vêtement intelligent, voici quelque modèles dont je vous conseille particulièrement l’acquisition. Des choix à réaliser encore une fois en fonction des climats que vous allez rencontrer, ou des activités que vous aimez pratiquer, en voyage ou à la maison.

Collants (pour les pays froids, activités haute montagne)

Comme je le disais, ma petite révolution personnelle en vivant au Québec. Des accessoires indispensables selon moi pour les voyages où on va tâter les extrêmes : les grandes fraicheurs du nord ou les hauts sommets de Nouvelle-Zélande et d’Amérique latine par exemple. Si vous êtes un adepte des sports d’hiver, pensez aussi Mérinos ! Les collant mérinos de la marque Icebreaker (utilisés au Canada pour moi) sont d’excellente qualité, je vous les conseille spécifiquement.

Sous-Vêtements de voyage

La première couche de confort, ô combien importante ! S’il y a bien un endroit où il est intéressant d’avoir un matériau ultra doux, qui ne prend pas les odeurs et ne retient pas la transpiration, c’est bien notre entrejambe, non ? Oubliez vite vos sous-vêtements en coton, et faites un essai avec le mérinos (ou à défaut, en synthétique type polyester). Après quelques jours de voyage, vous ne reviendrez probablement plus jamais en arrière. En bonus, fini la gestion des lavages tous les 2 jours ! Question modèles, vous pouvez toujours faire confiance aux sous-vêtements d’Icebreaker, ou bien tester le boxer mérinos de Seagale.

Chaussettes en voyage

Là encore, c’est une zone de grandes révolutions ! Peut-être plus encore tellement nos pieds travaillent en voyage. Les chaussettes en mérinos ne sentent pas et vous pouvez les porter pendant plusieurs jours sans problème, même en pleine randonnée. Le confort apporté est excellent, et les chaussettes s’adaptent aussi bien aux climats froids que chauds. Si je vous conseillais un premier achat, ce serait bien celui-là ! Vous trouverez d’excellents modèles chez Smartwool, Seagale et Woolpower.

T-shirts et hauts de voyage

Comme je vous disais, il y a deux textiles aux propriétés vraiment intéressantes pour le voyage : le mérinos et le Tencel. Eh bien Seagale a eu l’excellente de les marier dans leurs T-shirts « basics ». Le résultat : des T-shirts d’une douceur incomparable, ultra-légers, infroissables, qui ne prennent pas les odeurs et tellement respirants. Un incontournable encore une fois ! Je vous conseille vraiment de tester en voyage leur Tshirt Action merinos homme ou femme.

LE maillot short ultime de voyage

Celui-ci est un peu spécial : c’est le short qui vous permet quasiment de partir dans un pays chaud sans un seul bagage ! Il fait maillot, short de sport, short de ville et procure à chaque fois un excellent confort  grâce au caleçon interne qu’il intègre. Bref, c’est le couteau suisse du short. Nous sommes partis en Indonésie avec, j’ai du le porter 28 jours sans lavage ni entretien, que ce soit pour faire du rafting, nager avec les raies iPhone dans la poche, partir à l’ascension des volcans, visiter les temples, enfourcher des dizaines de scooters et j’en passe. Déperlant, ultra flexible, séchage très rapide… je vous passe toutes ses propriétés, et vous conseille juste de l’essayer par vous même !

maillot pour le voyage seagale

Le maillot à tout faire de Seagale

À tous nos lecteurs qui s’apprêtent à partir en PVT Australie ou à visiter n’importe quel pays chaud et proche de la mer (une destination sympa donc ;),  je ne peux que vous recommander l’acquisition de ce maillot. Il y a de bonnes chances qu’il devienne votre vêtement de tous les jours ! Et si vos amis ou parents cherchent un bon cadeau de départ, personnellement je saurai quoi leur suggérer. :)

Pantalons de voyage

Le pantalon est une pièce importante en voyage, car dans l’idéal, il ne faudra en emporter qu’un pour éviter de trop s’alourdir. Or les marques font souvent des pantalons dédiés à une activité précise : sobre et élégants pour la ville, résistants et avec des poches partout pour la rando, stretch et ultra colorés pour le sport… Réunir tout ça dans un seul et même pantalon : loin d’être évident ! Mais des marques comme Seagale et Outlier proposent maintenant des modèles qui frisent cette perfection : on s’y sent comme dans un jogging, sauf qu’on a un peu plus d’allure que dans un jogging. On peut les porter pour le travail comme pour les visites (idéal en PVT entre autres). Ils s’adaptent parfaitement aux activités de plein air (marche, vélo, etc.), sont déperlants, chauds et restent légers. Des petits miracles de technologie une fois de plus. Chapeau bas aux concepteurs !

Une autre option intéressante pour le voyage : le pantalon convertible en short, comme ce modèle Columbia. Je les trouve personnellement moins élégants, mais ils restent une option intéressante pour n’emporter qu’un bas à tout faire dans un pays où les températures peuvent pas mal varier entre la nuit et la journée par exemple.

Pour les filles, un modèle souvent mis en avant (pour son confort et son côté, passe partout) est le legging. Encore ne fois, tentez de favoriser des matériaux naturels et « intelligents » comme le Tencel, vous aurez surement un tout-en-un parfait pour vos voyages.

Une alternative de base qui pourrait devenir votre accessoire préféré de voyage ? Le sarong (ou paréo si vous préférez la mode tahitienne), l’habit traditionnel porté dans une grande partie de l’Asie du Sud-est autant par les hommes que les femmes. Indispensable pour pénétrer dans certains lieux sacrés en Asie, il pourra vous servir de chapeau de fortune, de serviette, d’écharpe ou même d’oreiller pour les longues traversées en bus ou en taxi-boat. Où se le procurer, là où il est confectionné pardi. Vous en trouverez forcément un à votre gout en visitant la Thaïlandaise, l’Indonésie, l’Inde ou tout autre pays d’Asie, le tout pour généralement moins de 3 €.

Les vices du jeans en voyage

Le jeans pour la vie de tous les jours, c’est super pratique. Mais en voyage, tous ses défauts vont vous éclater à la figure : bien trop lourd à transporter, pas franchement respirant et je ne vous raconte pas pour le temps de séchage si par malheur vous finissez trempé(e). Si vous ne pouvez pas vous passer de votre jeans, regardez également du côté des marques Outlier ou Seagale qui ont inventé des jeans stretch bien plus adaptés au voyage

Jupe de voyage

Celle-là je n’ai pas eu le plaisir de la tester, ;) mais j’ai eu un retour d’une grande voyageuse très positif sur cette jupe made in england. Proposée par la marque kaméléon rose (qui porte bien son nom), cette jupe de voyage se transforme en 20 tenues différentes rien que ça ! À la manière des pantalons présentez plus haut, elle se veut à la fois fonctionnelle (infroissable, séchage rapide, poches cachée et légère) et élégante. Si vous la testez, dites-nous ce que vous en pensez ! La marque a depuis développé sa gamme avec un pantalon de voyage transformable en 10 tenues ainsi que des hauts modulables. N’hésitez pas à aller découvrir leur site KameleonRose !

Robe transformable Kameleon voyage

Robe transformable de KameleonRose pour le voyage

Vestes de voyage

Comme je l’expliquai dans la technique des couches, la troisième est dernière couche (les vestes donc) est le terrain de jeu favori des marques de textile technique : elles peuvent y intégrer le summum de leurs technologies. Au final les gammes sont extrêmement variées, et les prix aussi ! Pour des vestes de bonne qualité à des prix accessibles, vous pouvez vous diriger vers les modèles Decathlon (voir leur modèles hommes ou femmes), Salomon ou Millet. Si vous voulez passer sur des vêtements encore plus techniques, je vous conseille les marques ArcTeryx, Norrona ou encore et toujours Seagale.

impermeabilite-veste-seagale-test

L’effet déperlant des vestes Seagale ! Quand on les porte, on a presque hâte qu’il pleuve ;)

Chaussures de voyage

On sort un peu du domaine du vêtement pur, pour une pièce qui sera peut-être la plus importante de tout votre matériel de voyage. Oui il s’agit bien de vos chaussures de voyage ! Celles-ci méritent un article à elles seules, et le choix est en plus très personnel. Je ne m’étalerai donc pas dessus ici. Après une dizaine d’années de voyages, je dirai juste que le combo idéal en voyage consiste à prendre des chaussures de trail (basses dans mon cas, imperméables, mais respirantes, qui tiennent bien le pied et surtout très légères) ainsi qu’une paire de tongs. Les premières vous serviront pour toutes les longues marches, rando, activités sportives en tout genre et portage de sac. Pour tout le reste, les tongs seront vos meilleures amies pour laisser respirer vos chers petits pieds.

J’avais besoin d’un modèle sobre s’adaptant autant à mes tenues de ville que de marche pour mon dernier voyage au Japon. Le modèle Adidas Agravic GTX m’a offert tout ce confort, à tester si vous cherchez de bonnes chaussures de Trek.

Faites vos chaussures avant le départ

Remarque importantissime concernant vos chaussures : surtout n’achetez pas un modèle juste avant votre départ en voyage. Les chaussures doivent « se faire » en les portant pendant plusieurs jours avant le départ. Vous vérifierez alors que vous vous sentez bien dedans et elles s’adapteront doucement à votre démarche et à votre pied. S’il y a une chose qui peut vous gâcher un voyage, c’est bien une mauvaise paire de chaussures, et des ampoules !

Chaussure trail voyage

Chaussures de Trail Agravix d’Adidas – ultra confortables et polyvalentes, et pas de couleurs criardes… pour une fois !

Note pour le voyageur incertain :

Ces vêtements représentent un vrai coût et je comprends qu’il en refroidisse plus d’un : 30 € dans un caleçon, 90 € dans un maillot, au premier abord, ça pique un peu trop. Si vous êtes serré dans votre budget voyage, mon conseil est de seulement faire l’essai avec un habit : une paire de chaussettes, un T-shirt ou un short par exemple. Testez ce vêtement pendant quelques semaines, et évaluez s’il en vaut la chandelle. Je suis persuadé que pas mal d’entre vous seront plus que séduits ! Avec certaines marques comme Seagale, vous ne prenez même aucun risque, ils offrent les retours dans un délai de 90 jours si vous n’êtes pas satisfaits.

Vous connaissez d’autres marques ou modèles de vêtements qui valent vraiment le coup d’être connus pour le voyage ? N’hésitez pas à nous en parler en commentaire !

Les meilleurs vêtements pour le voyage : textiles, marques et modèles conseillés
Avis : 5/5 | 1 vote

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 1 octobre 2018