Roadtrip en Amérique du Sud : où et comment acheter sa voiture ou son van

Envie de vivre une aventure sud-américaine en mode Che Guevara, mais avec un peu plus confort qu’en mobylette ? Solution : acheter sa voiture ou son van, s’équipe en tente et en réchaud… Et en voiture Simona !

Comme rien n’est jamais simple avec ces petites choses roulantes, on a sondé les voyageurs mobiles pour tout vous expliquer : comment acheter votre voiture, les pièges à éviter, et les choses à savoir pour rouler en toute sécurité.

Bus vs. voiture : avantages et inconvénients

S’il existe beaucoup d’avantages à voyager en Amérique latine en voiture plutôt qu’en bus, il y a aussi, comme toute chose en ce bas monde, des inconvénients. Voilà à quoi ressemble une battle bus vs. voiture :

En voiture : plus de liberté

Avantages

  • Liberté : vous allez où vous voulez, quand vous voulez et de vous rendre dans des endroits éloignés.
  • Légèreté : le voyageur en voiture peut laisser ses affaires dans le coffre et marcher léger.
  • Économies : sur le logement (vous dormez dans votre véhicule où en tente) et sur le transport (en Amérique du sud, un trajet en voiture coûte souvent moins cher qu’en bus).

Inconvénients

  • Pollution : empreinte écologique supérieure au bus 
  • Contrainte administrative de l’achat et du passage des frontières.
  • Achat du véhicule à prévoir dans son budget.
  • Parking et bouchons : visite des grandes villes difficile.
  • Fatigue du conducteur : vu les distances et l’état de certaines routes, c’est parfois très confortable de se laisser conduire ! 
  • Vol ou braquage de véhicule possible.

En bus : plus de facilité

Avantages

  • Facilité : un ticket et hop, vous êtes dans le bus. Vous n’avez qu’à vous laisser porter jusqu’à votre destination. 
  • Rencontres : dans le bus et en auberge de jeunesse, les rencontres sont faciles.
  • Aventures : pour vous rendre dans des endroits reculés, vous devrez vous débrouiller, et c’est pour certains tout le sel du voyage : faire du stop, se faire emmener par des locaux…

Inconvénients

  • Peu confortable : vous risquez d’être un peu à l’étroit.
  • Prix : si les bus dans certains pays comme la Bolivie sont très économiques, dans d’autres, comme en Argentine, les trajets reviennent cher. 
  • Restrictions : il est plus difficile de se rendre dans des endroits reculés, et encore plus d’y dormir en tente.

Pourquoi voyager en voiture en Amérique du Sud ?

Avant de vous lancer dans l’aventure, réfléchissez-y : pourquoi voulez vous faire un voyage en voiture plutôt qu’en bus ? Pour un début de réponse, vous pouvez consulter notre comparatif bus/voiture plus bas sur la page.

Pour Andrea, qui a sillonné l’Amérique latine à bord de son fidèle 4×4 Turuleta, l’avantage d’avoir son propre véhicule est avant tout économique : tu dors où tu veux, dans ton véhicule ou en hamac, tu cuisines… C’est de l’argent que tu ne dépenses pas en hostel ou en resto… C’est un investissement mais au final tu économises beaucoup !

L’Amérique du Sud en voiture, c’est la liberté : tu évites les zones touristiques et découvres plein de coins que tu ne découvrirais certainement pas si tu voyageais en bus…

Andrea, voyageuse en Amérique latine

Selon moi, la plupart des pays d’Amérique latine ont l’avantage d’avoir un réseau de bus très développé, qui peut vous emmener à peu près partout – si vous avez de la patience.

C’est donc plutôt une question de mode de voyage : en voiture, vous êtes 100% autonome, libre, vous allez où vous voulez. C’est parfait pour se retrouver tout seul au milieu de nulle part. En bus, vous vous adaptez au réseau qui existe. Vous êtes donc moins libre, mais vivez d’autres aventures : vous faites du stop, vous prenez des bus locaux sur des routes caillouteuses… Les deux solutions ont leur charme !

La location de voiture, une solution intermédiaire

Si vous hésitez à acheter un véhicule pour votre voyage, pensez à la solution d’un voyage en bus avec une location ponctuelle de voiture : ça peut vous permettre d’accéder à des endroits inaccessibles, sans vous encombrer d’une voiture.

Voyager en voiture, combien ça coûte ?

Tout dépend de la voiture et du pays dans lequel vous l’achetez. Mais dans tous les cas, il faudra compter un investissement de départ, et des frais au quotidien :

  • Le prix d’achat de la voiture : l’investissement le plus important. D’après notre enquête et les témoignages, le prix d’achat d’un véhicule d’occasion aménagé tourne autour de 5 000 € à 7 500 €, en fonction du confort, du kilométrage, de l’ancienneté, etc. Ajoutez-y environ 100 € de démarches administratives.
  • Frais d’assurance : d’après nos sources, autour de 150 € l’année.
  • Frais de réparation : ne soyez pas excessivement optimistes : si vous roulez un an avec le même véhicule, forcément, vous aurez des frais de réparation ! Par définition, ils sont imprévisibles, alors ayez un toujours peu d’argent de côté pour ne pas vous retrouver sans solution…
  • Sur la route, comptez le prix de l’essence et des péages… Qui varient d’un pays à l’autre. Globalement, l’essence n’est pas très chère en Amérique latine. Retrouvez sur gas-globe les prix moyens de l’essence dans les pays d’Amérique du Sud.

Rome2rio, le site qui calcule le coût de vos trajets

Pour calculer votre budget de voyage, servez-vous du site Rome2rio, qui calcule à la louche le prix d’un trajet en voiture dans chaque pays.

Quel type de voiture acheter ?

4×4, van ou combi ?

Alors, évidement, on rêve tous du road-trip version Hair, dans le combi Volkswagen, à rouler cheveux aux vents sur une route lisse et interminable en écoutant du Otis Reading.

Sauf que la vie n’est pas une comédie musicale et que dans la vraie vie, vous alternerez entre routes caillouteuses, sentiers escarpés, cols sableux et chemins boueux : ainsi, beaucoup de voyageurs conseillent le 4×4 pour un road-trip en Amérique latine. Cela dit, si vous y tenez, le van n’est pas à éliminer non plus : plus spacieux, il est aussi plus confortable. Il nécessite juste d’adapter votre itinéraire à l’état des routes (et donc de sacrifier un peu de liberté).

Quelle marque de voiture choisir ?

Là encore, il n’y a pas une bonne réponse. Mais si vous comptez traverser plusieurs pays avec votre fougueux destrier, Andrea conseille d’opter pour une marque japonaise (Toyota et Mitsubishi sont les deux marques réputées les plus fiables), car elles sont assez répandues sur tout le continent et vous n’aurez donc pas (trop) de mal à trouver les pièces en cas de panne (et les pannes, ça vous arrivera, soyez en sûrs).

Un véhicule aménagé, ou pas ?

Tout dépend de votre exigence niveau confort : peut être que certains d’entre vous sont prêts à dormir en tente pendant un an de PVT. On se permet quand même de vous rappeler que dans des régions désertiques de la Cordillère, on plonge facilement sous la barre des zéros la nuit, même en plein été… Alors même si vous adorez campez, il me parait judicieux d’avoir un plan B pour les climats hostiles !

Un véhicule déjà aménagé vous coûtera forcément plus cher qu’un véhicule nu. Mais vous pouvez aussi aménager votre véhicule vous-même si vous êtes un peu bricoleur : c’est ce qu’a fait Andrea, qui estime à 1 000 € le coût de l’aménagement de Turuleta, pour lui donner un bon lit et une kitchenette.

Comment évaluer la mécanique d’un véhicule ?

Pour Andrea, le mieux est tout simplement… De s’y connaitre en mécanique – et de parler espagnol pour pouvoir comprendre ce qu’on vous raconte ! Pour elle, ces deux points sont indispensables pour ne pas se faire arnaquer…

Si vous êtes une « quiche » en mécanique (le cas de 90 % des voyageurs, avouons-le), nous avons écrit un petit guide pour faire quelques tests et inspections bien utiles avant achat d’un véhicule. C’était écrit pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande, mais c’est toujours valable en Amérique latine !

Check-list des choses à vérifier avant l’achat d’un véhicule

Dans tous les cas, la plupart des voyageurs conseillent fortement de faire un diagnostic pre-compra dans un garage avant d’acheter votre véhicule, pour être sûr qu’il n’y a pas de gros problème mécanique.

panoramique amerique latine voiture
Hit the road, Turuleta ! © DR

Choisir le bon pays pour acheter son véhicule

C’est bon, vous êtes décidé, vous vous voyez déjà conquérir le continent américain sur quatre roues ? Reste à trouver les quatre roues (si possible, avec un habitacle par dessus). La question est : où allez vous chercher ? « Je l’achèterai dans le pays où j’atterris », me direz vous. Et bien pas si vite, petits papillons roulants… Car l’Amérique latine n’est pas l’Australie : la culture de la voiture individuelle y est beaucoup moins développée, et donc, trouver un véhicule à acheter n’est pas si facile. Vous allez vous heurter à plusieurs problèmes, selon les pays :

  • Des voitures chères à l’achat
  • Du coup, un marché de voitures d’occasion restreint (en plus d’être cher)
  • Des frontières parfois difficiles à passer avec un véhicule immatriculé à l’étranger.
  • L’achat d’un véhicule pas toujours possible quand on n’a pas de statut de résident.
  • La revente d’un véhicule dans un autre pays que celui d’achat difficile – voire impossible.

Avec tout ça, les expériences des voyageurs montrent que la meilleure solution est d’acheter son véhicule au Chili, voire en Colombie – avec, dans les deux cas, la nécessité de revendre le véhicule dans le pays d’achat.

Avant de partir, demandez votre permis international !

Qui dit voiture, dit permis, pardi ! Où que vous alliez, on vous conseille de faire votre permis international : ce petit document est certes un peu long à obtenir, mais gratuit, et surtout en théorie indispensable pour conduire dans certains pays. Je dis en théorie, parce que les lois ne sont pas toujours appliquées à la lettre en Amérique latine… Mais bon, mieux vaut être paré à tout : ça vaut le coup de l’avoir sur soi ! Notre conseil : lancez la demande en ligne au moins 3 mois avant votre départ pour le recevoir dans les temps !

Solution 1 : acheter une voiture au Chili

La plupart des voyageurs optent pour l’achat d’un véhicule au Chili. La raison ? Les démarches sont longues mais assez faciles à faire, les voitures pas trop chères, et il y a aussi un effet de réseau : comme tout le monde fait ça, il y a plein de véhicules à la vente, et donc, encore plus de gens achètent et revendent au Chili, du coup il y a encore plus de véhicules à la vente, etc. Les démarches coûtent environ 100 €, et durent entre un mois et un mois et demi. Pour acheter une voiture au Chili, vous devrez suivre plusieurs étapes.

1 – Préalable : enregistrement au RUT

Le RUT, c’est l’équivalent d’un numéro de sécurité sociale au Chili. Il est obligatoire pour plein de choses, et notamment pour l’achat d’une voiture.

Si vous êtes en PVT : vous devrez d’abord aller faire valider votre visa à la PDI (police). Ensuite, vous devrez demander votre RUT avec le papier obtenu auprès PDI (original + photocopie) votre passeport (original + photocopie) au Registro Civil. Vous obtiendrez votre RUT sous environ 20 jours. Coût de la démarche : 6 €.

Notre tutoriel pour réussir sa demande de PVT Chili

Si vous n’êtes pas en PVT, il vous faudra trouver un Chilien qui vous parrainera pour obtenir votre RUT.

2 – Chercher (et trouver) son véhicule

Comme beaucoup de voyageurs achètent et revendent leur véhicule au Chili, on vous conseille de miser avant tout sur les groupes de voyageurs :

  • Overlanding buy and sell sur Facebook (groupe international, mais pas mal d’annonce en Amérique latine)
  • Français au Chili sur Facebook (ce groupe vous servira par ailleurs pour plein d’autres choses !)
  • Voyageforum (une infinité d’annonces, de questions de réponses

Regardez les annonces le plus tôt possible

N’hésitez pas à regarder les annonces avant de partir en voyage : les voyageurs postent parfois l’annonce de la vente de leur bolide quelques semaines avant la fin de leur voyage, pour le vendre rapidement… Par exemple, Turuleta était vendue avant même qu’Andrea ne revienne en Colombie.

3 – Les démarches à faire pour acheter une voiture au Chili

Pour acquérir le véhicule, c’est assez simple. Tout se fait chez un notaire, pour une centaine d’euros. Cela dit, faites les démarches avec soin, car vous ne pourrez pas faire sortir du Chili un véhicule mal enregistré !

Après avoir trouvé votre notaire (il y en a presque à tous les coins de rue au Chili), il faudra que vous et le vendeur fournissiez votre document d’identité et votre RUT. Le vendeur devra fournir les papiers du véhicule :

  • Le padron : l’équivalent de la carte grise en France
  • Le certificado de anotaciones : le certificat d’inscription du véhicule au registre Chilien. Vous pouvez le récupérer sur le site du Registro civil.
  • Le multa de transito no pagadas, un document qui prouve que le véhicule n’a pas d’amendes impayées. Il s’obtient auprès du Registro civil.
  • Le permiso de conducir, qui autorise le véhicule à circuler.
  • Le contrôle technique avec certificat d’émission de gaz.

Avec tout ça, il faudra faire la transferencia, une démarche auprès du Registro Civil : c’est le transfert du véhicule à votre nom. C’est une démarche essentielle pour pouvoir sortir du territoire chilien ! Une fois la demande faite, le transfert de nom sera effectif sous une quinzaine de jours.

Vous devrez aussi souscrire à deux assurances :

  • Le SOAP, qui est une assurance obligatoire pour circuler au Chili (et dans la plupart des pays d’Amérique latine : on vous l’imposera souvent à la frontière).
  • Comme le SOAP n’assure pas grand chose, il est conseillé de souscrire à une assurance internationale.
Les petits spots à coucher de soleil : un des plaisirs du road trip ! © DR

Solution 2 : acheter une voiture en Colombie

A priori, les démarches en elles-mêmes ne sont pas très compliquées. Andrea nous donne les étapes à suivre :

1 – Préalable : Enregistrement au RUNT

Le « registro único nacional de transporte » (RUNT), est un système d’information qui recense les véhicules, conducteurs, licences de transit, entreprises de transport, accidents…

Un étranger (même sans PVT) peut sans problème s’y inscrire. Pour ça, vous devrez vous rendre dans un Organismo de Tránsito o Dirección Territorial avec votre passeport, et la démarche se fait sur place. Andrea précise qu’on lui a aussi demandé son groupe sanguin et une adresse en Colombie

2 – Chercher (et trouver) son véhicule

Andrea a trouvé sa voiture Turuleta au marché de voitures d’occasion de Bogotá, qui a lieu le dimanche.

Sinon, comme au Chili, le mieux est de se concentrer sur les groupes de voyageurs :

3 – Les démarches à faire pour acheter une voiture en Colombie

Pour acquérir le véhicule dans les règles (et c’est essentiel de bien le faire, sinon vous aurez des difficultés à passer les frontières) et faire le transfert de nom de carte grise (Licencia de Transito), vous et le vendeur devrez avoir un numéro de RUNT. Vous devrez tous deux vous présenter au RUNT, avec les documents suivants :

  • Certificat Paz y Salvo : il certifie qu’il n’y a pas d’amende en cours sur votre véhicule. Il se demande auprès d’un secretaría de tránsito, et est aussi consultable (mais pas téléchargeable) sur le site www.SIMIT.org.co.
  • Le certificat de contrôle technique à jour : un papier vert, fourni par le vendeur.
  • Une preuve que la taxe de la voiture a été payée : se demande en même temps que le certificat Paz y Salvo.
  • un Certificado de Tradicion : Certificat sur l’historique du véhicule. Il peut être obtenu sur le site de la Superintendencia de Notariado y Registro.
  • La copie du numéro du moteur.
  • Copie de l’assurance SOAT (obligatoire). L’assurance SOAT se prend dans toutes les petites boutiques qui l’indiquent en vitrine.
  • Photocopie des pièces d’identité
  • Photocopies des permis de conduire (français + international)
  • Facture de l’achat

Il est aussi conseillé de prendre un assurance internationale.

4x4 devant montagne enneigée amerique du sud
Pourquoi Turuleta s’appelle-t-elle Turuleta ? « Turuleta, en Colombie, c’est quand tu es un peu saoul. Comme il y a plein de virages dans les Andes, c’est un peu comme si la voiture était saoule… », explique Andrea. © DR

Quelle assurance pour mon véhicule ?

Tout dépend quel pays d’Amérique latine vous comptez traverser ainsi que votre degré d’optimisme. Il y a dans chaque pays d’Amérique une assurance obligatoire (SOAP au Chili, SOAT en Colombie, Assurance Responsabilité Civile Mercosur en Argentine, Uruguay, Brésil, Paraguay, Bolivie, Chili, Pérou…).

Ces assurances ne coûtent pas très cher : entre 25 et 40 €, selon les pays. En passant la frontière en voiture, elles vous seront systématiquement demandées. Souvent, vous pourrez l’acheter directement à la frontière – même si nous vous conseillons de l’avoir achetée en amont, pour éviter les problèmes.

Une seule assurance pour toute l’Amérique latine ?

Pour se simplifier la vie, certains voyageurs comme les blogueurs de Coupdepoucevoyage préconisent de se rendre chez un assureur pour souscrire une assurance internationale qui couvrira les différents pays que vous comptez traverser.

Au Chili, ils conseillent les assurances MAPFRE, qui proposent un pack international. De leur côté, les voyageurs qui ont acheté leur véhicule en Colombie semblent plutôt avoir opté pour prendre les assurances une à une à la frontière des pays traversés… Mais si vous avez des infos, nous sommes preneurs !

Après le voyage : revendre sa voiture

Que vous ayez acheté votre véhicule en Colombie ou au Chili, la revente doit se faire dans le pays d’achat. (Bon, sauf si vous et l’acheteur êtes prêt à vous lancer dans des démarches pas possibles et hors de prix… Donc personne ne le fait, et tout le monde préfère faire un parcours en forme de boucle).

Pour ça, vous devrez repasser par toutes les démarches, cette fois en tant que vendeur (c’est beaucoup plus facile). Pour trouver vos acheteurs, nous vous conseillons de faire simple, comme Andrea : postez une annonce sur un (ou des) groupes de voyageurs sur Facebook, laisser reposer, et vous devriez avoir des tonnes de réponses.

Circuler en voiture en Amérique latine

Quelques petites choses à savoir pour un voyage sans gros incidents…

  • Avant de partir : renseignez vous sur les règles de circulation et de sécurité en voiture dans chaque pays que vous allez traversez. Notamment, soyez au fait du matériel obligatoire à avoir dans votre voiture : gilet jaune, cric… La liste varie selon les pays.
  • Vous devrez aussi vous renseigner sur les droits d’entrée et de sortie du pays de votre fougueux destrier. Par exemple, si vous achetez votre voiture au Chili, vous ne pouvez pas le faire sortir plus de six mois d’affilée… C’est bon à savoir !
  • Ayez toujours les papiers du véhicule avec vous. Par sécurité, on vous conseille de les scanner et les stocker dans votre boite mail !
  • Andrea conseille de se munir d’un maximum de matériel de réparation, pour pouvoir vous auto-dépanner sur la route : des outils, une courroie, des bougies, des fusibles…
  • En cas de panne, Andrea prévient qu’il faut toujours négocier les prix annoncés par les garagistes. Elle recommande même – quand c’est possible – de donner un coup de main, « pour montrer que tu connais ton sujet, que tu sais de quoi tu parles »… Pour éviter les arnaques !

Maps.me et iOverlander, les applis indispensables pour votre voyage en voiture

Andrea conseille deux applications : Maps.me, une application pour avoir accès à des cartes, y compris sans être connectée, et iOverlander, la bible du voyageur en voiture, qui référence toutes les choses utiles sur votre route : un point d’eau, un endroit où se débarrasser de ses eaux usées, un coin superbe où dormir, les endroits dangereux ou ceux où rencontrer des locaux adorables…

Après tout ça, il ne vous reste plus qu’à baptiser votre bolide… Et en voiture, Simona !

Voiture bord lac amerique du sud
Après une longue journée, Turuleta se repose au bord de l’eau… © DR

En m'approchant (dangereusement) de la trentaine, j'ai eu envie de prendre un peu d’air frais pour cette décennie qui commence. Après un premier bain de pieds en Turquie en 2015, c'est le grand plongeon début janvier 2017, avec un PVT Argentine, cette fois en compagnie de mon amoureux de presque toujours, Romain. Notre devise de voyage : curiosité, improvisation et contemplation !

Commentaire(s)

avatar
  S’abonner  
Notifier de

Abonne-toi ! Reçois nos bons plans

Reçois ton guide de bienvenue et les derniers conseils des voyageurs de la communauté Kowala.

Partager avec un ami