Chômage, RSA, j’y ai droit ? Et je dois déclarer mon départ à l’étranger, tu crois ? Mais je pourrais aussi toucher mes aides pendant mon PVT ? Vraiment ?! Y vont pas me radier, t’es sûr ? Et comment je fais s’ils me convoquent ? Et à mon retour ? Les sons de cloches sont multiples et variés concernant les droits aux prestations sociales dans le cadre d’un PVT ou WHV ; on entend tout, et souvent n’importe quoi !

Nous avons donc tenté de condenser ici vos véritables droits et obligations par rapport à Pôle Emploi et à la CAF. Le but de cet article est de vous orienter sur les démarches obligatoires ou les plus judicieuses pour être en règle, faciliter votre départ et préparer au mieux votre retour (si retour il y a). Ne vous attendez pas à un guide des dix entourloupes pour escroquer le système et toucher des aides sociales pendant votre voyage, ça, on ne fait pas !

Ces conseils sont le fruit de nos propres expériences, des avis de conseillers de l’administration et du retour de plusieurs pvtistes recueillis sur des forums spécialisés. Ce guide ne vous empêche pas non plus de vous renseigner auprès des conseillers que vous rencontrerez !

Démarches pour le chômage avant départ en voyage

Quitte à briser immédiatement quelques illusions, commençons par le début : il n’est pas possible, ou du moins illégal de toucher son chômage à l’étranger, ou en PVT. Les allocations chômage, ou Aide au Retour à l’Emploi (ARE) prévoient en effet que vous soyez en recherche active d’un nouvel emploi ET que vous résidiez en France. Il est également obligatoire de notifier toute absence auprès de Pôle Emploi dès que celle-ci dépasse 7 jours consécutifs. Vous comptez partir pour plus de 7 jours, n’est-ce pas ?

En revanche, si votre situation vous donne le droit à des allocations chômage, vous pouvez — et nous vous conseillons mille fois de le faire — geler l’ensemble de vos droits pour les retrouver à l’identique dès votre retour en France.

La procédure

1 – Inscription

Préinscription à Pôle Emploi par internet ou téléphone au 3949. Faites cette préinscription le plus tôt possible, dans l’idéal dès le lendemain de la rupture officielle de votre dernier contrat de travail. (À noter : il est impératif de s’inscrire à Pôle emploi dans les 12 mois suivant la perte de votre dernier emploi. À défaut, vous perdrez l’ensemble de vos droits)

À la fin de cette préinscription vous sera proposé un choix de dates pour un rendez-vous de validation de votre dossier et de vos droits chez Pôle Emploi. Ce premier rendez-vous est indispensable à l’ouverture effective de vos droits, il faut absolument vous y rendre, et n’oubliez pas vos pièces justificatives !

Pour ce premier rendez-vous, il vous faudra :

  • Une pièce d’identité (carte d’identité, passeport, etc.),
  • le ou les attestation(s) Pôle Emploi de chacun de vos employeurs des 28 derniers mois (originaux),
  • une photocopie de votre carte de sécurité sociale,
  • un relevé d’identité bancaire,
  • un CV, pour le premier job qu’on voudra vous trouver, et dont vous ne voudrez pas…

À la suite de cet entretien, vous saurez si vous pouvez prétendre à des allocations chômage, leur montant et la durée d’indemnisation. Vous recevrez également par courrier une attestation officielle et votre carte d’allocataire.

2 – Gel des droits

Au moment de votre départ à l’étranger, vous avez la possibilité de « geler vos droits » au chômage. Concrètement, ceci correspond à se retirer de la liste des demandeurs d’emploi, sauf que vous conservez vos droits et allocations pour une période de 3 ans à laquelle s’ajoute la durée de votre indemnisation. Ainsi, selon votre durée d’indemnisation (0 à 2 ans), vous avez entre 3 et 5 ans pour réactiver vos droits auprès de Pôle Emploi. Ça devrait être suffisant, non ?

Pour geler vos droits, rien de plus simple, il suffit d’envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception à votre agence Pôle Emploi signifiant votre départ à l’étranger pour durée indéterminée et votre souhait de geler vos droits. Vous pouvez télécharger une lettre type ici.

Transmettez l’équivalent de votre courrier par email à votre conseiller(e) Pôle Emploi, ça ne coute rien et mieux vaut deux fois qu’une avec « Paul ».

Vous toucherez ainsi vos allocations jusqu’au jour précisé dans ce courrier. À votre retour, si vous rentrez suffisamment tôt (avant 3 ans + la durée de vos indemnités pour rappel), il vous suffira de vous réinscrire à Pôle Emploi en tant que demandeur d’emploi. Le reliquat de vos allocations vous sera alors versé à partir de cette date. Ca peut vraiment aider quand on repart presque à zéro, je vous promets !

Toucher ses allocations pendant le PVT / WHV ?

Comme dit plus haut, il n’est pas légal de toucher ses allocations pendant votre PVT. Il est en revanche possible d’utiliser les 35 jours d’absence autorisés annuellement par les Assedics. Si vous êtes un peu à court de moyens avant votre départ, c’est une option à étudier. Cette possibilité n’est pas illégale, elle est même « vendue » par certains conseillers Pôle Emploi quand on leur annonce qu’on part à l’étranger.

Une fois cette période terminée, il vous faudra également geler vos droits jusqu’à votre retour. Nous n’avons pas utilisé ce droit, mais après avoir recoupé les informations, la bonne procédure pour geler ses droits si on est déjà à l’étranger consiste à cocher la case « NON » pour la question « Cherchez-vous toujours un emploi » lors de votre première actualisation après ces 35 jours d’absence. Pour le motif, indiquez ensuite « Autre ». Pour les plus sceptiques, n’hésitez pas non plus à demander à un de vos parent ou proche de transmettre un courrier de gel de droits à votre agence PE, en faisant bien attention de faire coïncider les dates !

Conseils et astuces

  • Pour avoir le temps de réunir toutes les pièces justificatives et de caler le rendez-vous, prévoyez au minimum 2 à 3 semaines entre votre fin de contrat de travail et votre départ en PVT / WHV.
  • Utilisez de préférence la préinscription par téléphone (au 3949), un interlocuteur remplira tout votre dossier et vous permettra peut être d’avoir un premier rendez-vous plus rapidement qu’en vous inscrivant en ligne. Appelez-les également en heure creuse, le matin vers 8 h, c’est souvent efficace !
  • Si vous utilisez vos 35 jours de congé, pensez au fait qu’ils seront déduits de votre période totale d’indemnisation (eh oui, ce n’est pas cadeau !). Réfléchissez donc en fonction de votre durée totale de chômage si cette aide vous est plus utile avant ou après votre PVT !

Foire aux questions (FAQ)

  • Je souhaite quitter mon travail avant le départ en PVT / WHV. Dans quelles situations suis-je éligible aux allocations chômage ?
    Pour être éligible au chômage, il ne faut pas avoir quitté son travail de manière volontaire. Il faut également pouvoir justifier d’un minimum de 610 h de travail au cours des 28 derniers mois.
Quitter son travail avant un PVT / WHV : droits, obligations, chômage | Kowala - Tour du monde des PVT

Quitter son travail avant un PVT / WHV : droits, obligations, chômage | Kowala – Tour du monde des PVT

Que faire de son emploi avant un long voyage, un PVT ou un WHV ? Doit on quitter son travail, peut on le récupérer, peut-on toucher le chômage, quels sont nos droits et obligations, on vous dit tout !

https://kowala.fr/quitter-travail-pvt-whv-chomage-droits/

  • Que se passe-t-il si je ne m’inscris pas avant mon départ ?
    Vous avez possibilité de vous inscrire dans les 12 mois après votre date de fin de contrat. Passée cette date, tous vos droits sont perdus !
  • Que faire si je n’ai pas de droits au chômage, comme après une démission (non légitime) ?
    Nous vous conseillons de vous inscrire tout de même en tant que demandeur d’emploi, même si vous ne toucherez aucune allocation. Votre dossier sera déjà instruit, et vous n’aurez pas à refaire toutes les démarches à votre retour. Cette inscription vous permettra aussi de qualifier vos derniers emplois même si vous rentrez après 12 mois de PVT !
    Par ailleurs, votre situation et vos droits aux allocations peuvent être réévalués après 4 mois par une commission. Attention, il faut par contre justifier d’avoir recherché un nouvel emploi pendant cette période, et cette réévaluation ne garantit pas un accès aux droits. Par les temps qui courent, ces commissions mettent aussi un temps fou à donner un avis, positif ou négatif. Ne comptez donc pas trop sur cette option avant votre départ.
    La dernière option consiste à tenter d’obtenir une mission intérim ou un CDD d’au moins 4 mois après démission de son CDI. Ce fut mon cas, sans que j’aie fait le calcul à l’avance, et ceci m’a permis d’ouvrir des droits avant le départ.

Démarches pour le RSA avant départ en voyage

Si vous êtes bénéficiaire du RSA avant votre départ en PVT ou WHV, là encore, il n’est pas légal de continuer à percevoir ce revenu de solidarité pendant votre séjour à l’étranger. Pour être bénéficiaire du RSA, il faut en effet remplir certaines conditions de revenus, d’âge, mais aussi être résidant en France de manière « stable » (ce qui signifie être résidant au moins 9 mois sur 12 en France Métropolitaine), et justifier de recherches d’emploi en France.

Le seul cas où vous pouvez donc éventuellement pouvoir continuer à bénéficier du RSA est de réaliser un voyage de moins de 3 mois et sans exercer de travail à l’étranger : des vacances donc ! Si c’est votre objectif, oubliez tout de suite PVT et WHV (qui sont au regard de la loi des permis de travail, rappelons-le), et orientez-vous vers des visas de tourisme. Vous y gagnerez du temps et de l’argent ! ;)

Avant votre départ en PVT, vous devez donc informer votre Caisse d’Allocations Familiales (CAF) de votre changement de situation, soit en ligne, soit en transmettant ce formulaire.

À votre retour et tant que vous ne retrouvez pas un emploi, vous pourrez en fonction de votre situation soit faire une demande d’inscription comme demandeur d’emploi, soit faire une demande de RSA. Vous retrouverez toutes les conditions et démarches sur le site officiel du service public.

Chômage et RSA : les démarches avant le départ en PVT / WHV
Avis : 4.8/5 | 4 votes

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 14 décembre 2018