Si vous préparez un Working Holiday Visa (WHV) en Australie, ou venez de terminer votre propre roadtrip au pays des kangourous, vous n’échapperez pas à la grande, mais non moins stressante étape d’achat ou de vente de votre (futur) compagnon de voyage. Chaque année c’est la même parade : des centaines de backpackers cherchent désespérément à dénicher le compagnon idéal pour leur road trip, tandis que d’autres s’arrachent les doigts pour tenter de s’en séparer au plus vite et enfin regarnir le porte-feuille. Pourquoi tant de stress ? Parce que quand tout le monde vend quand personne ne veut acheter, et vice et versa, ou parce que les véhicules vieillissent indéniablement et que personne ne veut se faire rouler. Pour mieux comprendre les rouages de ce grand marché national, voici un guide complet pour l’achat et/ou la revente de votre van ou 4×4 en Australie !  

De notre côté, deux jours nous ont suffi à trouver notre bonheur à notre arrivée à Sydney, et nous avons revendu (à regret) notre cher van en trois jours à Darwin. Sans être pour autant des experts de l’achat/revente de véhicules, nous pensions utile de transmettre ces quelques conseils qui pourraient vous être profitables. En tout cas, ça a parfaitement fonctionné pour nous.

Le marché des véhicules en Australie

La saisonnalité

Vous ne la savez peut-être pas, mais la vente de véhicule en Australie suit une météo bien précise. Ce n’est pas bien difficile à comprendre en même temps, elle dépend directement du niveau de l’offre et de la demande qui varie en fonction des périodes de grandes arrivées des backpackers et des périodes de grands départs. Ainsi, de début septembre à fin octobre, puis de fin décembre à février, les backpackers débarquent en masse. Tout le monde veut rapidement trouver son futur compagnon de route, la concurrence est féroce, l’offre ne suit pas forcément et souvent les prix s’envolent ! À l’inverse les périodes « creuses » comme de novembre à décembre ou de mai à août (qui, on le rappelle, constitue l’hiver en Australie,) font le bonheur des acheteurs, et parfois la frustration des vendeurs. Les annonces pullulent, les acheteurs sont bien moins nombreux, et pour ne pas rentrer bredouilles, les vendeurs ont tendance à revoir régulièrement leur prix à la baisse.

Meteo-achat-vente-van-ausralie-par-Katy-Perry-Kowala

L’hiver en Australie, grand soleil pour les acheteurs, temps morose pour les vendeurs

Où se rendre pour acheter ou vendre un véhicule ?

Où acheter, où vendre ? Faut-il privilégier une grande ville et laquelle ? Plutôt à l’est, à l’ouest ou dans le nord ? C’est un peu la grande question que tout le monde se pose et qui, à mon sens, n’a pas de réponse exacte. Il y a des pour et des contres selon qu’on cherche à vendre ou à acheter. Je les détaillerai plus bas. Les plus grosses villes comme Sydney, Melbourne ou Brisbane restent les grandes valeurs sures à la fois pour la vente et l’achat, mais ça ne se vérifie pas toujours, et on n’y trouvera pas non plus nécessairement le meilleur prix.

Où trouver (ou déposer) des annonces ?

Sites de petites annonces

Le premier support, connu de tout bon backpacker australien qui se respecte, est le site Gumtree. C’est le boncoin à l’australienne, tout le monde l’utilise, et c’est gratuit. (N’hésitez pas à fouiller dans les rubriques Cars, Vans&Utes, et Caravan & Campervan).

Groupes Facebook

Vous pouvez également poster ou faire vos recherches sur les groupes Facebook ou forums spécialisés. On ne vous garantit pas l’efficacité, mais ça ne coute rien d’y faire un tour.  Pour l’avoir personnellement testé, le groupe Backpacker Cars Australia est une bonne adresse, régulièrement mis à jour et très bien administrée. Rendez vous sur les groupes aux infos généralistes, comme notre groupe du WHV Australie.

Annonces imprimées

Hors internet, les supports physiques peuvent être extrêmement efficaces. Le plus classique reste l’annonce directement placardé sur le véhicule en vente, ou encore sur différents supports en ville : feu d’intersection, poteaux, etc.

Auberges de jeunesse

Les hostels et backpackers sont également un haut lieu d’échange d’annonces et de transactions de toutes sortes. Rendez-vous à l’accueil de ceux-ci, certaines auberges disposent même d’un book complet avec toutes les annonces disponibles.

Car Market

Un dernier endroit à connaitre à la fois des vendeurs et acheteurs : les car market ! Le plus important reste celui de Sydney (le Sydney Travellers, Car Market) situé au beau milieu du quartier de King Cross. C’est à cet endroit que nous avons trouvé notre bonheur, et on ne l’a pas regretté. Leur fonctionnement n’implique aucuns frais supplémentaires pour les acheteurs, tandis que les vendeurs doivent s’acquitter de 60 AUD pour pouvoir présenter leur véhicule pendant une semaine, et doivent également au préalable obtenir un « safety check » qui correspond à un certificat de bon état des éléments de sécurité, délivré par les établissements agréés par l’état à ces adresses et à ces prix pour le NSW. Je ne connais pas ceux des autres grandes villes d’Australie, mais il doit en exister. Si c’est votre cas, merci de faire tourner l’information dans les commentaires !

Conseils aux acheteurs

L’achat du véhicule pour partir à la découverte des terres australiennes est l’une, sinon l’étape la plus importante qui déterminera la qualité de votre futur voyage. Vous n’achetez pas qu’un véhicule, mais votre compagnon de tous les jours. Celui qui vous offrira les grandes découvertes, le confort d’un lit ou d’une banquette pour manger, mais aussi de belles galères, des pannes et des dépenses dont on se serait bien passé. Vous l’aurez compris, ce choix est critique pour faire de votre voyage un pur bonheur ou un cauchemar. Voici donc nos conseils avisés pour mettre toutes les chances de votre côté.

Achat ou location d’un véhicule en Australie

L’achat d’un van représente un investissement financier important, voire impensable selon votre budget de départ. Il peut être également risqué si vous disposez d’une courte durée pour visiter l’Australie : risque de tomber sur un véhicule peu fiable, risque de perdre trop de temps à l’achat ou à la revente… Selon votre situation ou vos projets, évaluez bien s’il est plus intéressant d’acheter ou de louer votre van (ou 4×4) en Australie.

Anticipez un peu l’achat

Si vous êtes certain(e) de vouloir partir rapidement en road-trip, commencez à éplucher les annonces quelques jours/semaines avant le départ. Ceci vous permettra de voir l’état de l’offre, la moyenne des prix qu’on retrouve sur le net, ou de repérer les annonces qui semblent régulièrement remonter. Tout ceci vous permettra de vous mettre dans le bain de ce grand marché et d’arriver affuté(e).

Pensez également à localiser les cars market de la ville d’arrivée (s’il y en a) et éventuellement choisir votre auberge de jeunesse en fonction.

Quelle est votre capacité de retrait ?

Préparer l’achat, c’est aussi anticiper l’une des plus grosses dépenses de votre road trip et donc un gros besoin en liquidité. Pensez donc à augmenter les plafonds de retrait de votre carte le plus tôt possible (avant même votre départ si possible) et à retirer de grosses sommes dès votre arrivée en Australie.

Quand acheter au meilleur prix ?

Comme on l’explique au début de cet article, tout le monde débarque quasiment en même temps en Australie et cherche rapidement un véhicule pour lancer leur voyage et profiter du soleil (ou trouver un boulot). Pour espérer acheter au meilleur prix et être en position de force pour d’éventuelles négociations, tentez de sortir du lot ! Les périodes de mi-novembre à décembre ou de mai à mi-aout environ devraient vous offrir le plus grand nombre de bonnes affaires.

Bien évaluer le type de véhicule qui vous conviendra le mieux

Qu’on se le dise, il n’y a pas UN modèle de véhicule idéal pour parcourir l’Australie, mais un idéal par type de backpacker, oui, enfin presque. Vous rencontrerez certainement des aficionados absolus du 4×4 pour la possibilité d’aller partout, alors que d’autres vous sur-vendront les wagons cars ou familiales bien plus économiques à l’achat et en entretien. Selon nous, chaque modèle offre ses avantages et inconvénients à évaluer en fonction de votre profil et surtout du voyage que vous imaginez réaliser.

Le van

La solution confort

Très répandu en Australie, tous les prix et qualité sur le marché, malgré tout plus cher qu’une familiale à l’achat.

Confort et nombreux aménagements possibles. Possibilité de se garer presque n’importe où, de manger en intérieur, de sauter dans le litquand bon nous semble, de stocker plus de choses (depuis les réserves alimentaires, en passant par les valises et jusqu’à la planche de surf).

Consommation somme toute plus importante, il faut bien la déplacer la bête !

On oubliera les passages sur la plage ou les terrains trop accidentés (hormis pour les modèles 4×4)

Le 4×4

La solution passe partout

Presque aussi répandu que le Van, il vous transportera partout en Australie, ce qui peut être décisif quand on veut s’enfoncer loin dans le centre rouge ou dans les territoires sauvages de l’ouest par exemple.

Un confort et un espace de stockage moindre, qui vous obligeront à être plus organisés pour passer de la conduite au couchage par exemple.

Consommation la encore, 4 grosses roues a faire tourner ça demande plus que pour une twingo.

Le 4×4 est la solution idéale de celui qui a du budget et qui prévoit d’explorer les recoins sauvages de l’Australie.

La familiale

La solution petit budget

La solution économique a tout point de vue, on trouve régulièrement des modèles a moins de 2000 $. Elle devrait également vous faire faire des économies en consommation d’essence.

Elle demandera en revanche beaucoup plus d’organisation. Le transfert de vos affaires des sièges avant à la banquette arrière et inversement seront vos routines quotidiennes, à moins que le souk intérieur ne vous fasse pas peur. Une tente de secours prendra d’ailleurs tout son sens avec ce type de véhicule !

Les éléments à prendre en compte en toute priorité

Même si ça peut paraitre idiot, nombre de backpackers se laissent berner par un véhicule truffé d’accessoires de voyages ou joliment décoré, alors qu’il ne faut pas oublier que son intérêt premier sera tout de même de vous transporter ! Les éléments clés ne doivent pas être la présence ou non d’un cooker, d’une douche ou d’un frigo, mais bien la qualité de la mécanique, des éléments roulants et des éléments de sécurité.

Sans rentrer dans les détails, n’oubliez donc jamais d’inspecter toutes les pièces maitresses du véhicule, d’abord à l’arrêt puis en fonctionnement. Si vous n’êtes pas particulièrement à l’aise en mécanique, l’article qui suit est fait pour vous !

Check-list avant l’achat d’un véhicule en Australie et en Nouvelle-Zélande

Check-list avant l’achat d’un véhicule en Australie et en Nouvelle-Zélande

Que ce soit un van, un 4×4 ou une voiture classique, on a tous entendu ces histoires d’arnaques et autres grosses galères de backpackers qui viennent d’ac

https://kowala.fr/checklist-avant-acheter-vehicule-voiture-van-australie-nouvelle-zelande/

Quel modèle de véhicule préférer ?

Même si ça pourrait paraitre cool de traverser l’Australie au volant d’une Peugeot ou d’une Citroën (oui, on en trouve même là-bas), nous vous conseillons largement d’orienter vos recherches vers les modèles les plus répandus en Australie. D’une part parce qu’en général, ces véhicules ont déjà fait leurs preuves en termes de fiabilité, d’autres part, parce qu’en cas de pépin, les pièces de rechange seront bien plus simples à trouver. Voici une petite liste non exhaustive des véhicules sur lesquels vous pouvez jeter votre dévolue :

  • Van : Toyota Hiace (le plus courant, et plus fiable selon beaucoup), Ford Econovan (le nôtre, jamais une panne de notre côté) Mazda E series (le même en Mazda), Toyota Liteace, Mitsubishi Express, Volswagen T4, Nissan Urvan…
  • Van 4×4 : Mitsubishi Delica
  • 4×4 : Mitsubishi Pajero et Challenger, Jeep (Grand) Cherokee, Holden Jackaroo, Toyota Landcruiser et Hilux, Ford Explorer, Nissan Patrol…
  • Wagon : Ford Falcon, Holden Commodore et Camira, Mitsubishi Magna, Nissan Bluebird, Subaru Outback…

Essence, diesel ou GLP ?

Au-delà du simple achat de votre véhicule, une bonne partie du budget de votre road-trip va être engloutie dans… l’essence, toujours elle ! Une petite investigation sur ce détail vaut donc le coup :

Essence

+ entretien moins récurrent et moins cher
+ les vieux modèles de moteurs essence sont généralement aussi fiables que les diesels
+ moins chers à l’achat
– consommation plus élevée

Petit calcul rapide : 30 000 km au volant d’un véhicule essence consommant autour de 12l/100km vous couteront environ 30 000 x 12/100 x 1,45 = 5220 AUD

Diesel

+ consommation moins importante et autonomie décuplée
+ moteur qui chauffe moins, la fiabilité se veut prolongée (surtout vrai pour les modèles  » récents  »)
– entretien plus couteux
– prix à l’achat en général plus important
– sur-consommation sur les petits trajets

Petit calcul rapide : 30 000 km au volant d’un véhicule diesel consommant autour de 10l/100km vous couteront environ 30 000 x 10/100 x 1,35 = 4050 AUD

GLP

+ carburant le moins cher à la pompe
+ carburant le moins polluant
– consommation élevée (d’où une économie pas si importante face au diesel)
– moins de pompes équipées GLP (bien que plus commun en Australie qu’en France)

Petit calcul rapide : 30 000 km au volant d’un véhicule GLP consommant autour de 14l/100km vous couteront environ 30 000 x 14/100 x 0,8 = 3360 AUD

Essence au meilleur prix en Australie

Pour une actualisation quotidienne des tarifs de l’essence partout en Australie, ou trouver la pompe la moins chère, le site MotorMouth devrait vous plaire !

Couleurs flashs ou sobriété ?

Vous remarquerez certainement une fois sur les routes australiennes de nombreux vans personnalisés avec des couleurs fluo ou des graffiti plus délirants les uns que les autres (les vans de location Wicked ayant montré la voie). Si l’idée d’en posséder un soi-même peut être plaisante, dites vous aussi que le fait d’être remarqué à chacune de vos étapes ne sera pas forcement un avantage. Rappelons d’abord que selon la loi australienne, il est interdit de dormir dans son véhicule dans des lieux non spécifiquement prévus pour ça. Mais pour des raisons de budget, ou par manque d’options, vous serez certainement amenés a transcender cette loi pendant votre roadtrip. C’est dans ce genre de cas (et particulièrement aux abords des grandes villes) que votre véhicule  »passe-partout » prendra tout son sens et vous évitera potentiellement d’être réveillé par nos amis rangers l’amende à la main.

lightpainting australie kowala van
Au pire, pour le côté fun et fluo, il reste le lightpainting !

Pour compléter le sujet, préférez également les couleurs de carrosseries blanches ou claires. Il peut faire chaud, très chaud en Australie, et avec un véhicule foncé, vous risquez d’avoir la sensation de rouler dans un four !

Négociez le prix ! Et pensez immédiatement revente !

Obtenir son véhicule au plus bas prix, c’est bien. Obtenir un véhicule qu’on pourra facilement revendre c’est encore mieux ! Lors de l’achat, on se fixe souvent un budget maximum à ne surtout pas dépasser, le risque étant de passer à côté de très bonnes affaires (des véhicules en meilleur état, plus fiable, moins énergivores ou simplement plus sécuritaires) dont le prix d’annonce est justement au-dessus de votre plafond. Pour éviter de rater ces affaires, gardez en têtes ces quelques règles :

  • Les tarifs des vans sont en général largement négociables en Australie. Si l’offre d’appel vous parait vraiment trop élevée, n’hésitez pas à proposer votre prix. Pour le coup, ça ne coûte rien !
  • Le vrai budget transport de votre roadrip est loin de se résumer au prix d’achat du véhicule. En acquérant un véhicule plus récent ou mieux entretenu, vous ferrez potentiellement des gains importants en entretien ou en consommation, et vous aurez aussi certainement beaucoup plus de facilité à revendre la bête. Le tout mis dans la balance, vous pourriez alors faire de grosses économies sur votre budget transport même en ayant acheté le van 2000 $ plus cher que le Ford à 300 $ et 400 000 km de l’oncle Tom.
  • Au-delà du simple facteur prix, pensez également à votre sécurité (qui, allez on l’ose, n’a pas de prix !). Un véhicule plus cher, mais en meilleur état, c’est aussi un véhicule qui vous protègera vraiment en cas d’accident.

Budget transport = Prix d’achat + Régo + Entretien/Réparation/Assurance (optionnelle) + Essence – Prix de revente

Bien sûr la logique du plus cher égale mieux n’est pas toujours valable, il existe de très bonnes occases à bas prix comme de futures épaves hors de prix. Donc tous les conseils vus plus haut restent primordiaux, on vous conseille juste de ne pas vous arrêter sur le prix !

Facilité de revente = bonne registration (ou Régo)

La Régistration (ou Régo) est la petite complexité administrative à l’Australienne qu’il faut absolument prendre en compte autant pour lors de l’achat que pour anticiper la revente de votre véhicule. Obligatoire pour conduire en Australie, elle correspond en gros au certificat d’immatriculation dont le prix, mais également les règles de renouvellement ou de cession, varient d’un état à l’autre de l’Australie.

La registration, ou « Rego » en Australie : règles et renouvellement

La registration, ou « Rego » en Australie : règles et renouvellement

Trouver le véhicule de ses rêves pour parcourir la pampa australienne n’est pas une mince affaire. Pour ne rien arranger à l’histoire, il existe en Australie

https://kowala.fr/la-registration-ou-rego-pour-les-intimes/

Comment réduire la facture à l’achat et au quotidien

Pour alléger la facture liée à votre futur véhicule, vous pouvez adopter quelques techniques :

À l’achat, de nombreux backpackers optent maintenant pour des van ou véhicule nus (ou vides) qu’ils vont ensuite aménager et équiper par eux-mêmes. Cette option peut être très rentable, car les utilitaires vides (souvent d’anciens véhicules pros) se négocient parfois bien moins cher que leurs cousins aménagés. C’est également assez plaisant de se dire qu’on va voyager pendant près d’un an dans une maison roulante faite par nos propres mains. Mais, eh oui, il y un, mais, cette option n’est pas non plus conciliable à tout le monde selon nous. L’aménagement complet d’un van demande du temps, de l’argent et des outils ! Nous vous conseillons donc de vous lancer dans ce genre d’aventure si vous êtes un minimum bricoleur, disposez d’une bonne semaine (minimum) de libre, n’êtes pas en galère d’argent (au risque de ne jamais pouvoir terminer votre aménagement) et surtout si vous disposez d’un emplacement idéal et d’outil qu’on vous prête par exemple (parce que seul, au milieu du parking de Bunnings et avec un seul tournevis, vous allez trouver le temps long !)

Au quotidien, il est ensuite facile de faire des économies en apprenant à faire soi-même l’entretien général du véhicule. Faire une vidange ou changer un filtre à air est vraiment à la portée de tous, et vous fera facilement économiser une cinquantaine de dollars.  Apprenez également à localiser et à vérifier tous les niveaux (refroidissement, huile, frein, etc.) du véhicule et vous pourrez déjà rouler plus sereinement.

Pour ceux qui n’y auraient pas pensé enfin, tentez également de lever un peu le pied une fois sur la route. En roulant entre 80 et 90 km/h plutôt qu’à 110 ou 120 km/h, vous économiserez en moyenne 15 à 20 % sur la facture d’essence, tout en profitant encore plus des paysages, et en ayant le temps d’éviter les kangourous. Que des avantages !

Pour terminer si vous hésitez encore sur l’achat ou la location d’un véhicule, vous pouvez lire cet article où on vous donne notre avis.


Conseils aux vendeurs

Disons-le tout de suite, vendre son van/4×4 ou wagon-car peut être un véritable parcours du combattant. Les raisons ? Comme par hasard, tout le monde veut vendre son van en même temps, et les acheteurs eux manquent à l’appel. Ou alors on s’y prend mal, trop tard, au mauvais endroit. C’est enfin un crève-cœur, parce qu’on s’y est souvent attaché à notre compagnon de route, mais bon, il va bien falloir se faire à l’idée qu’il ne rentrera pas dans les bagages pour le vol retour !

Voici donc nos conseils et techniques pour optimiser la vente de votre véhicule :

Ne nous enflammons pas trop sur le prix d’appel

La première erreur classique du vendeur est de trop en vouloir. Certains vont même jusqu’à ajouter plusieurs centaines voire milliers de dollars au prix que le van leur a couté. Si vous avez fait d’énormes modifications sur le van ou carrément changé le moteur (facture à l’appui), ça peut encore se justifier. Mais dans le cas inverse, notre conseil est de ne pas être trop gourmand. Même si vous indiquez que le prix est négociable, un véhicule surcoté fera souvent peur et personne ne prendra la peine de vous appeler. Vous risquez également d’être directement filtré sur des sites comme Gumtree si les utilisateurs indiquent un prix maximum que vous dépassez. Vous risquez enfin de laisser trainer la vente sur plusieurs semaines, de laisser monter le stress pour finalement être obligé de brader votre véhicule. Donc, un conseil, soyez raisonnables dans votre prix d’appel, ce ne sont pas quelques centaines de dollars qui vous changeront la vie !

Utilisez tous les supports possibles !

Si ce n’est pas déjà fait, il faut vraiment utiliser toutes les techniques pour multiplier ses chances de dénicher un acheteur. Faites une annonce claire et complète, en anglais et français, publiez là sur Gumtree et renouvelez là régulièrement pour remonter dans les recherches. Imprimez votre annonce, placardez-la sur vos vitres (tout en gardant un peu de visibilité pour conduire hein), distribuez-la également dans un maximum d’auberge de jeunesse. En gros, faites campagne.

Vendez quand les autres ne vendent pas !

Comme on le décrivait plus haut, il y a des périodes de l’année où tout le monde cherche à vendre son véhicule, et d’autres où au contraire plus personne ne vend tandis que les acheteurs sont nombreux. Pas besoin d’être un expert commercial pour savoir quand vous vendrez au meilleur prix : si vous parvenez à vous organiser pour revendre votre véhicule autour des mois de septembre ou de janvier, on vous promet qu’on se battra pour vous l’acheter !

Faites des photos sexy !

Pour une bonne campagne, il faut de belles photos ! Soignez bien ce point, elles vous permettent de sortir du lot ! Pour le shooting, un grand ménage s’impose d’abord. Nettoyez les vitres, rangez l’intérieur, et votre véhicule aura une tout autre allure, il sera accueillant, appétissant ! Vous pouvez utiliser des photos de votre van prises dans les plus beaux endroits que vous avez visités pendant votre road trip : un van en bord de plage excite plus qu’un van sur un parking, pourtant c’est le même ! De bonnes photos sont aussi celles qui montrent bien tous les côtés pratiques et utiles du véhicule. Voilà, il ne reste plus qu’à organiser le shooting, et comme pour un modèle, la lumière sera primordiale pour obtenir de belles photos !

Rendez-vous là où il y a des acheteurs potentiels

Comme on le disait plus haut, la stratégie la plus simple pour vendre son véhicule est de se rendre là où un maximum de nouveaux backpackers cherchant à démarrer un road trip peut se trouver. Les grandes villes comme Sydney, Melbourne, Brisbane, ou même Perth à l’ouest sont donc les meilleurs lieux d’implantation. Mais ce sont également les endroits où il peut y avoir le plus de concurrence. La bonne stratégie consiste alors selon nous à proposer la vente de votre véhicule bien à l’avance et sur plusieurs villes que vous croiserez sur la fin de votre itinéraire. Si vous faites la côte est, postez par exemple à la fois à Melbourne, Byron et Sydney. Si vous traversez le centre, tentez le coup à la fois à Alice Springs et à Darwin. Si vous parvenez à vendre votre véhicule avant la fin prévue de votre road trip, vous n’aurez aucun problème pour rejoindre votre dernière étape par les airs (les vols internes peuvent être économiques et attractifs) ou en restant sur terre (une location, un covoiturage ou même une option de relocation).

Un contrôle technique récent ? Ça peut rassurer !

Un des points qui va être le plus important pour vos potentiels acheteurs, c’est la fiabilité mécanique de votre véhicule. Pour les rassurer, c’est même parfois indispensable pour la revente de véhicules dans certains états d’Australie (on en parle au prochain point), vous pouvez au préalable faire passer un contrôle technique à votre véhicule. Ceux-ci coutent en moyenne une centaine de dollars et permettront d’apporter un argument fort à vos acheteurs (du moins, si le contrôle est bon…) Le passage du contrôle technique peut également servir d’excellent argument de fin de négociation : on le passe, s’il est clean, vous le prenez !

Quoi, je ne peux pas vendre mon van dans cet état ?!

Vous l’avez certainement pris en compte lors de l’achat de votre véhicule, enfin je l’espère. La règlementation de revente de véhicules n’a rien à voir en fonction de votre état d’immatriculation. Parfois il faut se trouver dans ce même état pour valider la revente, parfois il faut passer un contrôle technique ou check sécurité de base, et parfois quelques clics ou un courrier à la poste suffit. Ainsi si vous êtes immatriculé dans le Queensland, le Victoria ou le Capital territory, un contrôle technique (en général de moins de 1 mois) délivré dans ce même État est obligatoire pour valider la vente. Pour le NSW ou le Northern Territory, le contrôle technique sera également obligatoire, mais pour renouveler cette fois la Registration. Il ne reste plus que le South Australia et le Western Australia qui eux, n’imposent pas de contrôle technique et donc aucune contrainte de localisation. Si vous êtes dans une situation problématique, pensez également à faire ou à proposer à vos acheteurs une réimmatriculation.

Pourquoi ne pas payer un petit lifting à votre véhicule ?

Même si le plus important reste le bon état mécanique de votre maison roulante, un petit lifting de l’extérieur de votre véhicule peut valoir le coup. C’est en effet ce qu’on remarquera en premier sur les photos, ou qui sautera en premier aux yeux des potentiels acheteurs. Et ça ne coute pas si cher que ça ! De notre côté nous avions commencé par traiter les rayures de notre van, un petit coup de polish peut avoir des résultats surprenants. En fin de road trip, nous avons décidé de faire un traitement complet antirouille puis de repeindre notre Kowagon. Ça nous a pris une bonne journée, mais on ne le reconnaissait même plus après ça ! Et ça ne nous a pas couté plus de 200 AUD (bombes de peintures, scotch pour fixer le journal aux vitres, papier de verre et traitement antirouille). Si nous avons revendu aussi vite notre van, sa carrosserie toute neuve a surement pesé dans la balance. Après, attention, on ne vous propose pas de faire du cache-misère !

Méfiez-vous des arnaques !

Un dernier point, si après avoir posté votre annonce vous recevez d’étranges réponses de personne proposant d’acheter votre véhicule, même sans le voir, mais qu’il faudrait passer par PayPal ou autre système en ligne, c’est une grosse arnaque classique très répandue en Australie. Passez donc votre chemin…

Acheter et revendre son van / 4×4 en WHV Australie
Vous avez aimé ?

Pour aller plus loin...

Article mis à jour le 19 novembre 2018